Championnat: Des filets troués en Ligue 1, et après !?

0
550

Si un championnat  national reflète la bonne santé du ballon dans un pays, on peut avancer sans risque de se tromper que le nôtre est gravement malade. Sinon comment expliquer cet état de délabrement dans lequel il s’enfonce de plus en plus, année après année, au point de ne plus offusquer personne.

Le week-end dernier, une scène insolite s’est produite pendant le match de la Ligue 1 opposant l’USMBA  au CABBA qui n’a pas été relevée ou peu par les médias. Comme si c’était normal qu’un filet des buts à ce niveau soit complètement troué. En tout cas, cela n’a dérangé ni l’arbitre de la rencontre, ni le commissaire au match encore moins les deux équipes sur le terrain. Ironie du sort quatre buts ont été inscrits dans ces buts défectueux qui n’ont pu retenir le ballon. Une situation qui prête à rire à la limite du burlesque que l’on ne voit même plus dans les tournois inter-quartiers. Il aurait pu y avoir confusion ou contestation, car le ballon à chaque fois est sorti au-delà du champ du jeu.

Pourtant les officiels sont tenus de vérifier le maillage du filet avant le début de la rencontre afin d’être assuré que la balle ne peut passer ailleurs qu’entre les poteaux. Le match ne peut pas débuter si ce fameux filet n’est pas aux normes requis. Visiblement, personne ne fait son travail  consciencieusement  à ce niveau, ce qui dénote une certaine démission et un laisser-aller quasi général. On aurait admis qu’un but passe au travers du filet avant de le réparer. Mais quatre buts, c’est carrément de l’inconscience et de l’irresponsabilité.  Ce qui s’est passé au stade « homologué »  du 24-Février de Sidi Bel Abbès est grave et lamentable. Il démontre par ailleurs, un manque de respect  pour le public et les téléspectateurs et même pour la compétition censée être la vitrine du pays. Car à l’ère des satellites, des scènes pareilles passent en boucle sur les chaînes étrangères pour faire le buzz, malheureusement à nos dépens. Le championnat mérite-t-il tant de mépris et d’humiliation. C’est comme s’il n’était pas déjà suffisamment dévalorisé et décrié. Il est vrai qu’avec ce genre de comportement loin de toute rigueur et du professionnalisme, il perd complètement sa crédibilité et sa raison d’être. Il devient même un simulacre de compétition juste bon pour occuper les plus désœuvrés.

Pourtant réparer un filet défectueux ça n’exige aucun savoir ou des diplômes particuliers. Il suffit d’être un petit peu bricoleur comme le sont la plupart des Algériens. Au pire des cas, le remplacer ne doit pas coûter cher. L’on se demande d’ailleurs pourquoi l’arbitre n’a pas arrêté la partie pour exiger sa remise en conformité ou son changement. Est-ce par négligence, par dépit ? Il est vrai que dans un pays où l’on meurt quant on va assister à un gala, il ne faut s’étonner de rien. Toutes les valeurs du travail bien accompli et responsable disparaissent les unes après les autres. Le football ne fait que refléter cette dégradation sociétale.