Championnat du monde de handball:  Des Algériens miraculés, mais…

0
194

Les nombreux fans de l’équipe nationale sont passés par toutes les émotions, lors du premier match de l’EN face au Maroc, au championnat du monde de la discipline qui se déroule actuellement en Egypte.

Après une première période calamiteuse, l’une des plus mauvaises au niveau international du Sept national (15 -8 en faveur des Marocains), les poulains d’Alain Portes ont fini par remporter une victoire inespérée (24 – 23), réalisant au passage une « remontada » historique. Un succès qui lui permet d’entrevoir une qualification au tour suivant, car le vainqueur de ce duel nord-africain était quasiment sûr de franchir le cap du tour préliminaire, sachant que les trois premiers du groupe se qualifient à la suite de la compétition.  Avec la présence dans leur poule du Portugal et de l’Islande qui à priori sont intouchables eu égard à leur niveau, l’équipe algérienne devait absolument gagner contre son voisin marocain pour atteindre son objectif. C’est chose faite. Mais que ce fut dur pour les camarades de Berkous au point de ne plus y croire. Il faut dire que les Marocains ont abordé cette rencontre le couteau entre les dents. Agressifs, concentrés  et extrêmement motivés, ils ont rapidement pris les commandes du match, faisant déjouer les Algériens qui ont multiplié les maladresses  devant le gardien marocain touché par la grâce et dont les arrêts spectaculaires ont écœuré Nouredine Hellal et ses coéquipiers en attaque.

L’écart à la mi-temps semblait rédhibitoire, mais les Verts ont su réagir dès la reprise, comme l’a souligné leur coach à l’issue de la rencontre.  « Je suis content que la mi-temps ait duré quinze minutes, il a fallu tout ce temps pour remettre les têtes à l’endroit, a-t-il déclaré. Nous nous sommes appuyés ensuite sur notre défense qui a été plutôt efficace pour jouer enfin des montées de balle et on a varié le jeu d’attaque en jouant parfois à sept joueurs en attaque. Physiquement, on finit beaucoup plus fort que les Marocains. »Justement, c’est physiquement que le Maroc s’est écroulé, accusant sûrement les efforts colossaux fournis en première période. Leur agressivité parfois à la limite, leur a également coûté cher à la fin de la rencontre, puisque trois de leurs joueurs ont été définitivement exclus de la partie, après avoir écopé de trois fois deux minutes. Le désarroi de leur coach en disait long sur la frustration des Marocain qui n’ont jamais été aussi près d’une victoire de prestige sur l’Algérie.

Toutefois, ce succès presque miraculeux face à un adversaire qu’on battait aisément, il n’y a pas si longtemps, reflète un peu le niveau actuel du Sept Algérien. Un niveau qui ne cesse de régresser au fil du temps, au point où on n’arrive plus à battre ou difficilement des équipes qu’on dominait de la tête et des épaules, il y a quelques années. Le nombre ahurissant de balles perdues au cours de ce match et les tirs de 7 mètres ratés (4 sur 5), sont des indicateurs sur la préparation désastreuse  des Verts pour ce rendez-vous mondial.Que peut-on alors espérer de la rencontre de ce soir (20h30), face à l’Islande ? Limiter la casse et essayer de jouer libérés, car l’EN n’a pas vraiment quelque chose à perdre contre l’un des cadors européens qui a néanmoins perdu sa première rencontre face au Portugal (23 -25). Il aura à cœur de se racheter face à des Algériens qui ne pourront que s’améliorer au fil des matchs. «Nous allons affronter l’Islande, qui reste à mon avis l’une des équipes les plus fortes sur le plan européen. Nous allons aborder ce rendez-vous sans le moindre complexe, avec l’objectif de jouer notre vrai handball et réaliser un bon match », a confié Messaoud Berkous dans des propos rapportés par l’APS. Pourvu que l’équipe nationale ne réédite pas sa prestation face au Maroc, notamment la première mi-temps catastrophique. Car cette fois, il n’y aura pas de miracle.

Ali Nezlioui