Championnat du monde de handball: Le Sept national livré à lui-même

0
215

Après l’équipe nationale de judo, contrainte de réduire son effectif de 2/3 pour pouvoir participer aux championnats d’Afrique à Madagascar, c’est au tour de l’EN de handball de connaître des restrictions budgétaires l’obligeant à chambouler son programme établi au préalable.

Faute de moyens, le Sept national a dû en effet  annuler son stage prévu au Bahreïn qui devait commencer, hier et ce jusqu’au 11 du mois courant. Un regroupement au cours duquel les poulains d’Alain Portes devaient disputer deux matches amicaux contre la sélection locale, avant de rejoindre directement l’Egypte, pays hôte du 27e Championnat du monde prévu du 13 au 31 janvier. L’équipe nationale se contentera finalement d’un regroupement improvisé à Alger. Il faut dire que ce n’est pas des conditions idoines pour préparer un événement d’une telle envergure, où l’on retrouvera la crème de la petite balle mondiale. Si le stage du Bahreïn a été annulé, c’est parce que les caisses de la Fédération de handball (FAHB) sont vides. Elle n’a pas pu assurer un vol spécial à sa sélection afin de rejoindre Manama dans de bonnes conditions et lui éviter, ainsi, un long périple de plus de 24h sur un vol régulier avec des escales à Paris et Dubaï. Le sélectionneur national a donc préféré annuler le stage pour ne pas fatiguer davantage ses capés, à quelques jours du début du championnat du monde. A noter l’absence de réaction du ministère de la Jeunesse et des Sports et celle du COA qui ne semblent pas concernés par le problème. Ils n’ont pas levé le petit doigt pour venir en aide à la FAHB. Visiblement, la Tutelle a décidé de laisser les fédérations se débrouiller seules. Une situation lamentable qui a tendance à se généraliser ces dernières années. À ce rythme, on n’aura plus d’élite dans quelque temps. On achève bien le sport chez nous, surtout en cette période de crise sanitaire où les salles sont toujours fermées. D’ailleurs, le staff technique a eu toutes les peines du monde pour préparer son équipe au championnat du monde. Les camarades de Berkous se sont contentés de trois petits stages dont deux en Pologne, récemment. Il est à rappeler que les Verts feront leur retour sur la scène mondiale après avoir raté les éditions de 2017 en France et 2019 en Allemagne et au Danemark. Ils aspirent à franchir le premier tour dans un groupe composé aussi du Maroc, du Portugal et de l’Islande.

Ils entament la compétition le 14 janvier contre le voisin marocain. Un match décisif pour la qualification, sachant que le Portugal et l’Islande sont d’un niveau supérieur par rapport à celui de l’Algérie. Il faut souhaiter que le Sept national compense son manque de préparation par la hargne et la fougue qui l’ont toujours caractérisé afin de réussir une participation honorable. On ne peut pas lui demander plus.

Ali Nezlioui