CHAN: Une compétition vraiment intéressante pour nous ?

0
95

L’équipe nationale A’ s’est contentée d’un nul vierge, samedi soir, à Blida, face à son homologue marocaine. Dans un match comptant pour la qualification au CHAN 2020 prévu au Cameroun, les locaux n’ont pas pu vraiment imposer leur rythme face à des Marocains tenants du titre, expérimentés et bien en place.

Un résultat somme tout logique pour une équipe composée, il faut le rappeler de joueurs qui ont évolué ensemble pour la première fois à l’occasion de cette empoignade. Le groupe a été en effet formé récemment et dans la précipitation pour ce rendez-vous. Le coach Ludovic Batelli, a hérité d’un cadeau empoisonné, il faut le dire, suite au désistement surprise de Djamel Belmadi qui a renoncé à driver cette équipe pour des raisons que l’on ignore. Peut-être parce que l’EN des locaux a connu une véritable saignée dernièrement suite au départ vers l’étranger de plusieurs de ses cadres comme Mustapha Zeghba, Abdelkader Bedrane, Ilyes Chetti, Abderaouf Benguit, Réda Helaimia, Zakaria Naidji, Abderahmane Meziane, Hichem Boudaoui ou encore Haithem Loucif. Excusez du peu ! Il fallait la recomposer avec de nouveaux éléments issus du championnat dans un laps de temps très court. Malgré ces aléas, l’entraîneur est satisfait de son rendement. «C’est notre premier match ensemble. C’était une rencontre solide et dure sur le plan athlétique. Je suis content des joueurs qui ont répondu présents. C’est important de ne pas prendre de but dans ce genre de confrontations. Je regrette les deux situations de la première mi-temps. En deuxième mi-temps, c’était plus tactique et fermé. Les deux équipes ont bien défendu et il y a eu très peu d’occasions de scorer», a-t-il analysé à la fin de la partie. Il est vrai que le fait de ne pas avoir encaissé de but permet à l’équipe nationale de conserver toutes ses chances lors de la manche retour programmée au Maroc pour le 18 octobre prochain. «Si on veut aller au CHAN, il va falloir arracher la qualification au Maroc. Ce ne sera pas une partie de plaisir. Je vais revoir ce match aller et bien l’analyser. Il faudra trouver deux profils différents sur le plan offensif pour le match retour», a ajouté Batelli. Mais la qualification au CHAN en vaut-il vraiment la chandelle ? Certains spécialistes et observateurs s’interrogent sur l’opportunité d’une telle compétition surtout si la date du déroulement de la phase finale est maintenue au mois de janvier 2020. Ce qui aura pour conséquences de perturber grandement le calendrier du championnat local. Les Egyptiens se sont d’ailleurs démarqués par rapport au CHAN en décidant de ne pas participer aux éliminatoires. Ils ont préféré donner la priorité à leur championnat. Ce qui est à leur honneur. Les autres nations continentales en revanche sont obnubilées par ce genre de compétition qui finalement n’apporte pas grand-chose sur le plan footballistique, ni sur le plan de la notoriété et du prestige. Le CHAN est à sa sixième édition et il n’arrive toujours pas à décoller. Il reste que si la CAF décide de décaler le tournoi des mois janvier-février aux mois juin-juillet, comme elle l’a fait avec la CAN, il sera probablement peut- être plus intéressant et surtout plus rentable. Une hypothèse à ne pas écarter. C’est du moins ce qui se murmure dans les coulisses de la CAF.