Chine: Test d’un nouveau missile par Washington : Pékin évoque un « impact négatif  sur la sécurité internationale » 

0
90

Le porte-parole du ministère chinois des  Affaires étrangères, Geng Shuang, a déclaré, mardi, que l’essai américain  d’un nouveau missile terrestre de moyenne portée conduirait à une « nouvelle  course aux armements et aurait un impact négatif sur la sécurité internationale », ont rapporté des médias locaux.

Quelques jours après la fin du traité de désarmement nucléaire INF signé  en 1987 par les deux puissances, les Etats-Unis ont annoncé lundi avoir testé un missile de moyenne portée interdit autrefois par l’accord. Réagissant à cette annonce, la diplomatie chinoise a souligné que « les  essais américains d’un missile terrestre ont confirmé les objectifs réels des Etats-Unis après son retrait du traité sur l’élimination des missiles à courte et moyenne portée », ont ajouté les mêmes sources. 

« Cela ne fait que trois semaines que les Etats-Unis ont quitté  officiellement le Traité sur l’élimination des missiles à portée  intermédiaire et à courte portée », a fait observer, le porte-parole de la  diplomatie chinoise, précisant que Washington s’est engagé « dans les missiles avancés et le désir de supériorité militaire solitaire ». L’armée américaine a annoncé, lundi soir, qu’elle avait testé un missile  de croisière terrestre depuis la côte ouest du pays. 

Le test américain, effectué dimanche depuis l’île de San Nicolas, au large  de la Californie, à 14H30 locales (21h30 GMT) a été qualifié de « réussi », selon un communiqué du Pentagone. « Le missile testé a quitté sa rampe de lancement terrestre et touché avec  précision sa cible après plus de 500 km de vol », a fait savoir la Défense américaine, ajoutant que « les données recueillies et les leçons tirées de ce test donneront au ministère de la Défense les informations nécessaires  au développement de nouvelles armes de moyenne portée ». 

La Russie a dénoncé, de son côté, une « escalade des tensions militaires »  après l’annonce par les Etats-Unis de leur premier test de missile de portée intermédiaire, assurant qu’elle ne cèdera pas à la « provocation »  américaine. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, cité par les agences russes, a affirmé mardi que « Moscou regrette tout cela ». Selon M. Riabkov, le « délai extrêmement serré » qu’il a fallu aux  Etats-Unis pour procéder avec succès à ce test d’un nouveau missile après la fin du traité INF démontre que Washington s’était préparé de longue date à la mort de ce texte signé entre les deux pays. 

Après six mois de tensions, la Russie et les Etats-Unis avaient pris acte  début août de la fin du traité sur les armes nucléaires de portée intermédiaire (INF), qui abolit l’usage par les deux puissances  des missiles terrestres d’une portée de 500 à 5.500 km. Signé en 1987, ce texte avait été quitté par Donald Trump le 1er février, accusant Moscou de l’avoir violé, ce qu’a réfuté Moscou dénonçant, pour sa  part, une « manœuvre » américaine pour sortir définitivement de cet accord intervenant officiellement le 2 août dernier.