« Choisir à 20 ans », un  documentaire sur les Français  anticolonistes

0
55

 Le documentaire « Choisir à 20 ans », témoignage sur  les soldats français déserteurs de l’armée coloniale durant la guerre  d’Algérie, a été projeté lundi dans le cadre du 9e Festival international  du cinéma d’Alger (Fica) en présence de son réalisateur, Villi Hermann. En compétition dans la catégorie « documentaires », ce long métrage dévoile  en 100 mn une facette de l’histoire de l’Algérie à travers le parcours de  soldats français qui ont refusé de combattre sous les drapeaux durant la  guerre de Libération.

Le documentaire suit le parcours de ces insoumis- poursuivis en justice  pour refus d’obéissance et désertion- qui ont choisi de subir l’exil que  d’être impliqués dans la guerre. Motivés par des convictions politiques, éthiques ou encore religieuses,  ces jeunes français anticolonialistes, ont été enrôlés pour beaucoup  d’entre eux, dans le cadre de l’accomplissement de leur service civil ou  militaire. A l’indépendance de l’Algérie, ces Français qui ont refusé de porter  l’uniforme et les armes de l’armée coloniale, se sont  réfugiés en Suisse  où ils étaient accueillis par des citoyens. « Choisir à 20 ans » donne également un aperçu sur les souffrances subies  par la population de Sidi Larbi, centre de rébellion contre l’occupation  française dans la région de Béni Snous (Tlemcen).  Le réalisateur donne la parole à des combattants qui ont témoigné des  exactions coloniales subies par les habitants de cette région dévastée par  la guerre, proche de la frontière algéro-marocaine. A l’issue de la projection, le réalisateur suisse, ancien déserteur qui a  refusé de s’enrôler dans les rangs de l’armée française, a confié que son  documentaire s’appuyait sur des témoignages et documents d’archives  récupérés auprès des autorités helvétiques. Le cinéaste qui s’était rendu au lendemain de l’Indépendance (1962)  à  Sidi Larbi pour contribuer à la reconstruction d’une école où il avait  enseigné, dit avoir mis « trois ans » pour parvenir à établir des contacts  avec ces réfractaires dont certains sont installés en Allemagne. Sorti en 2017, « Choisir à 20 ans », a été projeté en avant-première  mondiale au 71e Festival de Locarno (Suisse). Egalement en compétition, « Les enfants du hasard » du réalisateur belge  Thierry Michel, évoque dans un documentaire-fiction la transmission de la  mémoire à travers l’histoire d’une institutrice qui prépare ses élèves  issus de l’immigration à s’épanouir dans un monde en mutation. Sorti en 2018, le documentaire suit le parcours de ces écoliers,  majoritairement musulmans, invités à s’exprimer sur des sujets d’actualité  comme le harcèlement sur internet et le terrorisme. Neuf documentaires sont programmés en compétition du 9e FICA qui prévoit  également la projection de neuf fictions en plus de quatre films qui seront  projetés hors compétition. Le 9e FICA se poursuit jusqu’au 9 décembre à la Salle Ibn Zeydoun à raison  de trois projections par jour. L’entrée est gratuite.

B.M