Chronique sportive: Football et cannabis

0
279

Huit supporters du Mouloudia d’Alger ont été appréhendés par les services d’ordre en possession de drogue. C’est ce que nous apprend un confrère en précisant que «les supporters du MCA font parler d’eux». C’était lors du match comptant pour la CAF et pour laquelle le Mouloudia s’est brillamment qualifié. Comme quoi l’usage de stupéfiants serait la spécificité de ces supporters. On semble donc évacuer le phénomène de la consommation de la drogue comme étant national. Si tous les supporters de tous les clubs étaient minutieusement fouillés à l’entrée du stade, nous parions que les prises de cannabis et de psychotropes se quantifieraient en kilos! Parce que le fléau ne concerne pas un quartier ou une galerie, mais tout le pays où une jeunesse cède de plus en plus aux dangers des paradis artificiels. Parce qu’elle manque cruellement de loisirs sains, elle s’adonne à ce qu’elle croit être un plaisir mais qui finit par la détruire en fin de compte. La presse nationale nous apprend que des quintaux de kif traité en provenance du Maroc sont saisis quotidiennement par les services de sécurité. C’est dire l’ampleur du fléau -de la malédiction- qui touche les jeunes, ces consommateurs qui constituent le dernier maillon d’une chaîne de trafiquants de tout acabit, du gros bonnet qui brasse des milliards jusqu’au dealer de quartier. C’est une industrie bien huilée, un business qui rapporte gros parce que les jeunes manquent cruellement de perspectives. Des quartiers entiers ainsi que les nouvelles cités flambant neuves sont dépourvus du moindre espace sportif et/ou culturel où les jeunes peuvent donner libre cours à leur vocation. Qui sait? Parmi les 8 supporters appréhendés par la police, il y a peut-être des musiciens invétérés ou des sportifs avérés qui n’ont pas eu l’occasion d’exercer leur talent, faute d’une prise en charge effective? Il faut voir ces ensembles immobiliers livrés neufs : ils sont pourvus de tout, de commerces de proximité, d’administrations, d’écoles et aucun espace sportif et encore moins un centre culturel où le jeune pourrait apprendre la guitare, le piano, à faire du théâtre, à dessiner, manipuler une caméra… Mais ces activités sont déclarées haram par les nouveaux gardiens des valeurs. Et la drogue, c’est hallal ? A voir les proportions alarmantes que le fléau a pris au sein de la jeunesse, il y a de quoi se poser des questions…