Chypre: l’UE menace la Turquie de sanctions pour ses forages

0
68

 

L’UE a menacé jeudi la Turquie de sanctions si Ankara refuse de cesser les forages d’exploration « illégaux » réalisés au  large de Chypre.

Quelques heures après l’envoi d’un deuxième navire turc au large de l’île,  les dirigeants de l’UE réunis en sommet à Bruxelles ont réitéré leur condamnation des « activités illégales de forage ».

Ils ont « déploré que la Turquie n’ait pas encore répondu aux appels  répétés de l’UE pour cesser de telles activités ». Plus tôt dans la semaine, les pays membres avaient demandé à la Commission européenne et au Service européen pour l’action extérieure (SEAE) de  « présenter sans délai des options concernant des mesures appropriées ». Jeudi, les 28 chefs d’Etat et de gouvernement ont appuyé cette requête. « Le Conseil européen appuie l’invitation faite à la Commission et au SEAE de soumettre des options pour des mesures appropriées sans délai, y compris  des mesures ciblées », ont-ils averti dans les conclusions de politique étrangère adoptées jeudi soir.

« L’UE va continuer à surveiller de près les développements et se tient  prête à répondre de façon appropriée et en toute solidarité avec Chypre »,  ajoutent-ils. Selon Ankara, les forages sont « légitimes » et conforme au droit  international.

La découverte ces dernières années de gigantesques gisements gaziers en  Méditerranée orientale a aiguisé l’appétit de Chypre, qui rêve de devenir à  terme un acteur énergétique majeur. Chypre est divisée en deux depuis l’invasion du tiers nord de l’île par  l’armée turque en 1974 après un coup d’Etat visant à rattacher l’île à la Grèce.

La République de Chypre, membre de l’Union européenne, n’exerce son  autorité que sur les deux tiers sud de l’île. Au nord se trouve l’autoproclamée République turque de Chypre du Nord, non reconnue par la  communauté internationale.

La République de Chypre a signé ces dernières années des contrats  d’exploration avec des groupes d’hydrocarbures, mais Ankara réclame la  suspension de toute exploration tant qu’une solution à la division de l’île  n’est pas trouvée.