Clubs: A quand la reprise des entraînements ?

0
197

Suite au prolongement d’une quinzaine de jours de la période de confinement dans 29 wilayas du pays, les clubs ne sont pas près de reprendre le chemin des entraînements. Ça commence à faire beaucoup.

Cela fait en effet environ 5 mois que les footballeurs sont inactifs, même si beaucoup d’entre eux s’entraînent individuellement avec un programme bien établi par le médecin du club. Mais cela ne remplace jamais les entraînements collectifs. Plus on décale la date de la reprise, plus le risque de blessure est grand chez les sportifs. Une situation qui dérange et inquiète sérieusement les spécialistes, notamment les médecins du sport. Ils ne savent pas vraiment comment gérer ce cas inédit en dehors de toute concertation avec les autorités sanitaires plus occupéss, au demeurant, par la propagation alarmante du Covid-19 sur tout le territoire national. Ce n’est pas cependant une raison pour que cette situation perdure. Il faudra rapidement réfléchir à la manière la plus efficace et la plus adéquate pour que les équipes de l’élite reprennent au moins les entraînements. Le Maroc, qui enregistre pourtant ces derniers jours, pratiquement le même nombre de nouveaux cas atteints du coronavirus que chez nous, est allé encore plus loin en autorisant sa Fédération de reprendre le championnat. Le football a repris ses droits dans le Royaume chérifien, en attendant que la Tunisie en fasse de même le mois prochain. C’est d’ailleurs programmé depuis plusieurs semaines. Pendant que chez nous, tout est à l’arrêt. Est-ce à dire que l’on n’est même pas capable d’assurer au moins la reprise des entraînements au niveau de nos clubs ? Il est temps d’apprendre à vivre avec ce virus, car visiblement il est là encore pour longtemps, d’après les spécialistes. Tout le monde doit s’y adapter, y compris les Algériens, même s’ils ont acquis la réputation de ne pas trop se conformer à la discipline. C’est probablement un cliché auquel l’Algérien doit tordre le cou en se montrant plus responsable. Cela a nécessité une plus grande prise de conscience générale et une campagne de sensibilisation plus efficace. Tout le monde doit y contribuer. Mais une chose est sûre, la situation doit rapidement évoluer, car le pays ne peut pas supporter indéfiniment cet isolement. Le championnat est définitivement clos, n’en parlons plus, il faut néanmoins permettre aux clubs de reprendre leurs activités afin de préparer la prochaine saison qui pointe à l’horizon. Une saison qui s’annonce difficile, car on n’a toujours pas scellé le sort de l’actuelle. Certes, la FAF a lancé une consultation écrite à laquelle la majorité des clubs ont répondu. Mais il semble que la partie n’est pas encore gagnée. Comme il fallait s’y attendre, le ministère de la Jeunesse et des Sports ne semble pas de cet avis. Hier, le ministre Sid Ali Khaldi a mis en garde la Fédération en l’appelant à assumer ses responsabilités. S’exprimant en marge de la signature de plusieurs accords de partenariat et de parrainage entre Mobilis et les Fédérations sportives olympiques, le premier responsable du secteur a déclaré : «J’appelle la Fédération, lorsqu’elle traite ce dossier, de vieller à instaurer un climat de tranquillité et de stabilité, surtout dans ce contexte exceptionnel que traverse notre pays et les grands défis qui l’attendent.» Cela au moment où de nombreux supporters du MCA se sont déplacés au niveau du siège de la FAF pour protester contre la décision que le Bureau fédéral s’apprête à prendre, concernant l’issue du championnat, à savoir déclarer le CRB champion d’Algérie et annuler dans la foulée la relégation. Une option choisie par la majorité des membres de l’AG de la FAF à travers la consultation écrite à laquelle ils ont participé.

Ali Nezlioui