Collision maritime au large de Kerkennah (Tunisie): Les recherches pour trouver d’éventuels survivants se poursuivent

0
760

Les forces navales tunisiennes continuent à chercher d’éventuels survivants de la collision qui a eu lieu dimanche soir au large de Kerkennah entre un navire de la marine tunisienne et une embarcation,  faisant huit morts.

Selon un communiqué rendu public mardi par le ministère de la Défense nationale tunisien, un navire de plongée a été mobilisé sur les lieux du drame pour  retrouver les débris de l’embarcation et identifier d’éventuels survivants. Des unités aéroportées et navales de sauvetage de Malte et d’Italie ont  participé aux opérations de recherche et de secours. Plusieurs membres des familles des personnes disparues se sont rassemblés  mardi devant la base navale principale de Sfax pour connaître le sort de  leurs proches. Au cours de ce rassemblement, ils ont imputé l’entière responsabilité de cet accident au navire de l’armée de mer. Beaucoup de migrants avaient survécu parce qu’ils se  sont jetés à l’eau avant la collision. Le drame s’est déroulé dans la zone de recherches et de secours dévolue aux gardes-côtes maltais. Ces derniers ont confirmé avoir été informés  d’une collision entre deux bateaux et avoir envoyé des secours, sans plus de précision. Pour rappel, un navire de la marine tunisienne «s’était approché d’une embarcation non identifiée à 54 km de Kerkennah, et l’embarcation s’était heurtée le 9 octobre au navire militaire, ce qui avait entraîné son naufrage», avait fait savoir à l’AFP le porte-parole du ministère de la Défense tunisien, Belhassen Oueslati. Il avait précisé que huit corps et 38 rescapés avaient été repêchés, tandis que des recherches étaient toujours en cours pour retrouver des disparus. «Les opérations de sauvetage sont toujours en cours» pour retrouver des disparus, a ajouté Belhassen Oueslati, sans pouvoir préciser combien de personnes se trouvaient à bord du bateau exactement. Selon plusieurs médias italiens cités par l’AFP, il y aurait eu 70 personnes sur l’embarcation, qui était partie de Sfax, grande ville côtière du sud-est de la Tunisie et proche de l’archipel de Kerkennah. Beaucoup de migrants ont survécu parce qu’ils se sont jetés à l’eau avant la collision, selon la même source. Si les traversées de migrants en Méditerranée depuis la Libye sont de moins en moins fréquentes, une nouvelle route passant par la Tunisie s’est peu à peu imposée depuis le début de l’année. Les migrants choisissent souvent de naviguer la nuit, pour ne pas être repérés, ce qui rend d’autant plus dangereuse leur tentative.