Commerce: Coup de chaud sur les prix des produits alimentaires

0
140

Les prix des produits alimentaires de large consommation, notamment le sucre, l’huile, le café et certains produits agricoles ont enregistré une forte hausse ces derniers jours.

Les consommateurs algériens restent interloqués par cette tournure et commencent même à exprimer leur colère, cela survient à le veille de la rentrée scolaire, et à un moment où de nombreuses familles souffrent encore des vestiges de la crise du coronavirus. Alors que certains attribuaient la raison de l’augmentation des prix à l’effondrement de la valeur du dinar ces jours-ci et aux frais imposés aux importateurs, la fédération de la  protection des consommateurs a mis en garde contre le fait de profiter de la préoccupation pour le campagne référendaire et du manque d’explications convaincantes de le part des autorités compétentes sur les hausses des prix de  certaines denrées alimentaires non spéculatives et à l’épuisement des poches des citoyens algériens. Dans  les centres commerciaux et les magasins de produits alimentaires destinés à la vente au détail, les propriétaires ont confirmé avoir modifié la  liste des prix de nombreux produits, dont les plus importants, comme le lait,  les pâtes, l’huile, la confiture, le café, les produits d’entretien et les œufs. Ces augmentations varient selon les commerçants entre 5 DA et 30 DA, ce qui a provoqué un mécontentement généralisé parmi les citoyens, et certains ont  décidé de boycotter quelques biens de consommation, qui ont  connu une augmentation de 10%. Parmi les denrées alimentaires, qui ont récemment connu une hausse des prix, les pâtes arrivent en tête de liste avec une augmentation  allant de 5 à 10 DA, le lait pour bébé de 30 DA, le lait en pack, comme Candia, Soummam et autres,  de 10 DA. Les augmentations concernent également le café de 5 DA, l’huile  de  2  et 5 litres  de 10 et 15 DA, les boîtes de confiture, toutes marques confondues, de 10 DA, et enfin  divers produits d’entretien qui ont vu leur prix  augmenter de 10 à 20 DA. Réagissant à ces augmentations, le chef de la fédération nationale des grossistes en alimentation, Saïd Kebili, a déclaré que de nombreux propriétaires de magasin de détail profitent des circonstances  pour  spéculer sur les prix qu’il juge injustifié dans de nombreux cas, affirmant que certaines denrées alimentaires fabriquées localement sont  disponibles en  quantité suffisante, et regrette l’ambiguïté et l’absence de déclarations officielles relatives à ces augmentations de prix.