Compléments alimentaires pour sportifs : Entre boom du marché et absence  totale de contrôle

0
567

La quête ou l’obsession du corps parfait  observée chez une certaine jeunesse constantinoise adepte de fitness et de  bodybuilding a fait exploser les ventes de compléments alimentaires pour  sportifs. Censés être pris pour améliorer la performance sportive, prendre de la  masse musculaire où pour perdre du poids, ces produits sont constitués de  minéraux, d’oligo-éléments de vitamines et de macronutriments dont les  fameuses protéines essentielles au développement des muscles.

Propriétaire d’un magasin à la nouvelle ville Ali Mendjeli dédié à la  vente de ces compléments alimentaires, Fouad B. avoue que jamais ses  affaires ne s’étaient aussi bien portées depuis que les jeunes amateurs de  bodybuilding affluent en nombre chez lui n’hésitant pas à débourser entre  6000 jusqu’à 24000 dinars pour une seule boite de deux (2) kilogrammes de  ce genre de produits. « Le désir d’obtenir des résultats et de prendre de la masse musculaire le  plus rapidement possible, pousse la plupart de mes clients à acheter ce  qu’il y a de meilleur sur le marché et ce, peu importe le prix à  débourser », témoigne-t-il. Alors, face à une clientèle qui bien des fois a du mal à s’y retrouver  devant tant de produits promettant tous monts et merveilles, Fouad, qui se  targue d’avoir plusieurs années d’expérience dans ce domaine, a assuré  qu’il œuvre à fournir ses conseils à ses clients en les aidant à choisir la  marque qui les aidera à atteindre leurs objectifs.

 Quid de l’avis du corps médical 

 Il est essentiel de se référer à l’avis de son médecin pour toute  consommation prolongée de compléments alimentaires qui peut être nocif pour  certains organes du corps et, notamment, les reins, explique, pour sa part,  le professeur Mohamed Lahbib Belmahi de l’hôpital universitaire  CHU-Benbadis de Constantine. « Dans la majorité des cas, on ignore tout de la provenance de ces produits  qui ne sont d’ailleurs soumis à aucun contrôle en laboratoire »,  alerte-t-il, avant d’ajouter que « le vrai danger, réside dans le fait que  les compléments sont fabriqués à base de produits de synthèse et qu’en  aucun cas on ne peut se fier à ce qui est mentionné sur leurs boites pour  en connaître les vrais composants ». Ce professeur en toxicologie soutient mordicus qu’il était impossible d’en  ressentir les effets néfastes immédiatement. « Des fois il faut attendre plus de trois ans pour observer leur impact sur  des organes tels que le cœur ou les reins », affirme-t-il tout en  déconseillant l’usage de ces compléments alimentaires aux personnes  présentant des facteurs de risques cardiovasculaires ou une pathologie  rénale. De son côté, le responsable du service protection du consommateur à la  Direction du commerce de la wilaya de Constantine, Fayçal Djeghim, affirme  que la Direction du commerce « n’est pas habilitée à contrôler la vente de  ces compléments alimentaires au sein des salles de musculation ».  L’intervention de ces services concerne essentiellement les règles de  commercialisation (conditions de conservation et d’étiquetage, affichage  des prix). Au cours de l’année 2017, souligne M. Djeghim, pas moins de 21 marques  commerciales ont été recensées et plus de 153 interventions ont été  effectuées se soldant par l’élaboration de deux procès verbaux de  poursuites judiciaires et la saisie de 25 kg de compléments alimentaires. Menées par les agents des Directions du commerce et de la jeunesse et des  sports, ces opérations ont ciblé 40 salles de musculation, des pharmacies,  des magasins d’articles de sport, des centres commerciaux donnant lieu au  contrôle de plusieurs milliers de boites à la recherche de tout produit  jugé prohibé par le ministère.

M.E.H