Complexes industriels: L’Etat a pris les mesures légales pour la poursuite de leurs  activités

0
58

La ministre de l’Industrie et des Mines,  Djamila Tamazirt, a affirmé  à partir de Blida que l’Etat a pris  toutes les mesures administratives légales garantes de la poursuite des  activités au niveau des complexes industriels dont les patrons font l’objet  de poursuites judiciaires dans des affaires de corruption.

« L’Etat a pris toutes les mesures garantes de la poursuite de l’activité  au niveau des différents complexes industriels dont les patrons sont  poursuivis en justice dans des affaires de corruption, parallèlement à la  préservation des emplois à leur niveau, dans le respect de la loi », a  assuré Djamila Tamazirt, dans une déclaration à la presse, en marge d’une  visite d’inspection dans la wilaya. La ministre a fait part en outre de la constitution d’une commission  technique chargée de veiller au respect des cahiers des charges par les  usines de montages de véhicules, en vue de leur accorder des agréments  définitifs ». La ministre de l’Industrie et des Mines a fait état de « l’accord, à ce  jour, d’agrément définitif à l’usine SOPROVI de Meftah (Est de Blida),  spécialisée dans le montage de camions Renault Trucks, après attestation de  son respect de la législation organisant cette activité industrielle », dans  l’attente, a-t-elle dit, d’octroyer « l’agrément progressivement à d’autres  usines de montage ».

Mme.Tamazirt, qui s’est rendue à l’usine de Meftah, dont l’entrée en  production a eu lieu en mars dernier avec une moyenne de montage de 10  camions/J, a soutenu que sa visite d’aujourd’hui est « un message fort » pour  exprimer « la disponibilité de l’Etat et sa détermination à accompagner tous  les investisseurs dans cette branche qui se soumettent à la loi ». « L’usine de montage de Meftah, réalisée dans le cadre d’un partenariat  algéro-français, est dotée d’une capacité de production de 2000 camions/an,  d’une qualité similaire à ceux produits en France, ou dans n’importe quel  pays européen », a indiqué à l’APS, son Directeur général, Hadj Touteh  Abdennour. Sur un autre plan, Djamila Tamazirt a souligné que la fermeture de 45  minoteries, à l’échelle nationale, est du à la « non possession  d’autorisations d’activités », estimant que cette procédure « n’a pas eu  d’incidences sur la couverture du marché national en céréales ». La ministre a entamé sa visite dans la wilaya par l’inspection de  l’Entreprise nationale de charpente et de chaudronnerie, où elle a affirmé  que ce type d’unités industrielles est « une valeur ajoutée pour l’économie  nationale ». Elle s’est ensuite rendue  à l’usine SOPROVI de Meftah, avant de visiter la  Société des Ciments de la Mitidja, filiale du Groupe industriel des ciments  d’Algérie (GICA), où des explications lui ont été fournies sur les  activités de cette unité et ses capacités de production, ainsi que sur les  équipements et procédés exploités pour préserver l’environnement, ceci  d’autant plus que les habitants de Meftah ont, maintes fois, réclamé une  solution à la pollution environnementale causée par cette usine, ce qui  constitue un risque pour leur santé et celle de leurs enfants.