Conformément aux orientations du chef de l’Etat / La promotion du tourisme figure parmi les priorités du gouvernement

0
780

Hier encore, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a eu à le réaffirmer à l’occasion d’une rencontre avec le ministre du Tourisme, consacrée à la saison estivale de cette année. Bedoui indiqué que la stratégie du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, vise à faire de l’Algérie une destination touristique par excellence et permettre à ce secteur  de contribuer pleinement dans le développement socio-économique du pays.

Il s’agit, a-t-il expliqué, de renforcer les capacités nationales touristiques et d’exploiter toutes les ressources et tout le potentiel existant pour permettre à ce secteur d’être au service du développement national. Le ministre de l’Intérieur a affirmé, d’autre part,  que des sanctions rigoureuses sont prévues à l’encontre des responsables locaux ayant présenté des défaillances dans l’application des instructions et orientations du ministère de tutelle relatives au bon déroulement de la saison estivale. Bedoui a souligné l’impératif, pour les responsables des collectivités, de redoubler d’efforts, de sortir sur le terrain et d’être à l’écoute du citoyen et de l’investisseur sur la base d’une nouvelle vision participative. « Il faut appliquer la loi avec rigueur et sans défection aucune contre les escrocs et autres bandes qui squattent les plages et obligent les estivants à débourser de l’argent pour y avoir accès », a-t-il insisté. Aussi, il lancé un appel en direction des walis et chefs des daïras et des communes côtières du pays, en vue de saisir l’opportunité de cette saison estivale en l’exploitant économiquement par un véritable partenariat. Bedoui a assuré que ces instructions s’inscrivent au titre des efforts d’incitation des collectivités locales à créer de la richesse et à chercher de nouvelles sources financières, car leurs capacités actuelles ne leur permettent pas de gérer à elles seules les plages, d’où la nécessité pour lui d’appliquer rigoureusement la loi et de ne pas hésiter à recourir à la justice. Pour rappel, le président de la République avait souligné que « la beauté de l’Algérie ne suffit pas pour la relance du tourisme dans notre pays qui reste tributaire de notre capacité à transformer ce potentiel en produits touristiques de qualité qui lui confèrent une dimension à la hauteur de ses atouts ».  Dans un message qu’il avait transmis aux participants aux assises nationales du tourisme, le chef de l’Etat avait rappelé les différents programmes parallèles mis en place afin de promouvoir le territoire algérien dans le cadre du Schéma directeur d’aménagement touristique.  « L’extension du réseau autoroutier, autoroute est-ouest et ses pénétrantes, les routes du littoral, l’autoroute nord-sud, l’autoroute des hauts plateaux, la modernisation du réseau ferroviaire, le métro d’Alger et les Tramways d’Alger, Oran et Constantine et bien d’autres projets aussi grandioses », avait-il rappelé, seront « des avantages pour le développement du tourisme algérien ». Il avait même évoqué des mesures légales avec des dispositions prises par l’Etat pour encourager l’investissement et l’activité touristique dans le cadre des mesures fiscales et parafiscales incitatives qui figurent dans les différentes lois de finances et celles relatives au foncier. « Tous ces programmes profiteront inéluctablement au secteur du tourisme, un secteur horizontal par excellence interdépendant avec plusieurs autres secteurs », avait estimé le président de la République, soulignant « la nécessaire mobilisation de tous  pour réunir les conditions et l’environnement favorable à son développement et son essor ». De leur côté, de nombreux opérateurs dans ce secteur avaient plaidé pour une meilleure prise en charge des problèmes de ce secteur notamment la nécessité d’améliorer la gestion des établissements touristiques et tirer profit des nouvelles technologies pour promouvoir la destination Algérie. Le ministre du Tourisme avait, pour sa part, mis l’accent sur l’impératif d’investir en les compétences et ressources disponibles, en les orientant vers le développement durable et de tirer profit au maximum des services et avantages qu’offrent cette richesse technologique, en dépit des inconvénients.  Il avait également salué la décision du gouvernement portant création d’un organisme pour la concrétisation de la numérisation dans les différents domaines, tout en se félicitant des orientations du président de la République visant à faire de l’Algérie, d’ici la fin de la prochaine décennie, un pôle touristique méditerranéen s’ajoutant aux réalisations accomplies pour la relance du tourisme et pour lui permettre de contribuer au développement socio-économique dans le pays, en tant qu’alternative aux hydrocarbures.  La concrétisation de la numérisation à travers la mise au point d’un système informatique vise, a expliqué le ministre, à fournir plusieurs services aux différents opérateurs du secteur notamment en matière d’investissement et de gestion de demandes outre  l’accréditation des agences de voyages et de licences d’exploitation hôtelière et bien d’autres services qui seront mis à la disposition de ces opérateurs via le réseau internet. Cette démarche, a-t-il expliqué,  tend à concrétiser les objectifs du plan directoire de l’aménagement touristique qui est un cadre référentiel en termes de programme du développement du tourisme national avec l’intégration de l’Algérie dans les réseaux internationaux, la promotion de la destination Algérie et la valorisation de ces atouts naturels et culturels grâce à l’investissement et la qualité de l’offre qui ne saurait se réaliser qu’à travers l’association de tous les acteurs.

Benslimane