Conformément aux orientations du chef de l’Etat: Le HCA trace une nouvelle feuille de route pour la promotion de tamazight

0
82

Le secrétaire général du Haut commissariat à l’qmazighité (HCA), Si El Hachemi Assad, a indiqué, hier, que l’officialisation de tamazight a scellé «définitivement» son appropriation par le peuple algérien comme langue nationale et officielle et comme «ciment supplémentaire» de son unité nationale.

Pour lui, le 6 février de chaque année «est désormais un marqueur fondamental plaçant tamazight au cœur des avancées politiques de notre pays», avec l’amendement de la Constitution de 2016 élevant tamazight au rang de langue nationale et officielle et la décision de créer l’Académie algérienne de la langue amazighe, placée auprès du président de la République. Il a relevé que le HCA, partie prenante dans le cadre du groupe de travail mis en place par le Premier ministre et chargé de l’élaboration de l’avant-projet de la loi organique portant création de l’Académie algérienne de la langue amazighe, entame l’année 2018 par un plan de charge accordant la part belle à la communication axée sur le primat de l’universitaire, le travail de terrain, la dimension nationale et le partenariat avec les institutions et la société civile. «Guidés par les arguments relevant du contexte de l’officialisation constitutionnelle de tamazight et du capital unique accumulé depuis plus de deux décennies, le HCA adopte une nouvelle feuille de route qui se décline par des mesures d’adaptation pour une collaboration, dans la complémentarité, avec l’Académie algérienne de la langue amazighe», a-t-il dit.

Selon lui, le HCA «est mobilisé pour traduire, dans les faits et dans les délais, tous les engagements pris conformément aux directives du président de la République, Abdelaziz Bouteflika». Il a indiqué que «la vision actuelle du HCA consiste à mettre à la disposition des citoyens algériens un programme d’activités comportant des volets scientifique, culturel et pédagogique». Assad avait déclaré récemment que la reconnaissance de la culture amazighe et l’institutionnalisation d’Amenzou n’Yennayer «consolide l’identité nationale fondée sur l’unité dans la diversité». Le SG du HCA a, à ce propos, salué «les décisions éclairées» du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, énoncées lors du Conseil des ministres du 27 décembre dernier. «C’est un événement historique qu’il faut apprécier à sa juste mesure. Il constitue un acquis majeur pour la mise sur les rails des projets structurants et d’avenir pour entamer la généralisation graduelle de la langue amazighe dans le système de l’Enseignement national et la préparation de la loi organique portant création de l’Académie algérienne de la langue amazighe», a-t-il précisé. Assad est revenu sur les principales réalisations en matière de promotion de la culture amazighe, l’enseignement de cette langue et le rôle du HCA, soulignant que «beaucoup de choses ont été réalisées, notamment la reconnaissance constitutionnelle de tamazight», qui a renforcé «le sentiment de fierté et d’unité dans la diversité chez les Algériens et la consécration de la journée du Nouvel An amazigh qui coïncide avec le 12 janvier de chaque année comme fête nationale chômée et payée». «Le HCA s’acquitte de sa mission à savoir l’étude et la promotion de tamazight conformément au décret présidentiel du 27 mai 1995», a-t-il relevé, notant que des efforts restent à accomplir pour atteindre l’objectif partagé qui est «conférer dans notre pays à la culture et langue amazighes la place légitime qui leur reviennent».

«Le Haut commissariat à l’amazighité compte poursuivre et approfondir sa riche expérience en collaboration et en synergie avec les départements ministériels, les réseaux universitaires et la société civile pour arriver à la socialisation de tamazight et son rayonnement sur l’ensemble du territoire national, sans exclusion aucune», a ajouté Assad. «La réhabilitation de la dimension amazighe de la nation algérienne est de nature à consolider les fondements de la nation et à mieux la préserver des dangers et des menaces externes qui auront pour écueil notre unité nationale et notre sens de l’intégrité territoriale», a jugé le SG du HCA. «Le HCA est apte à participer avec efficience à la prise en compte et au traitement des nouvelles problématiques organisationnelles, scientifiques et techniques requises par la récente stipulation constitutionnelle et préconiser avec toutes les parties concernées les mesures et dispositifs les mieux appropriées au relèvement des défis», a-t-il affirmé. De nouvelles mesures pour dynamiser l’enseignement de tamazight ont été en application des directives émises par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, lors du Conseil des ministres tenu le 27 décembre dernier. Le Conseil interministériel, présidé par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a arrêté une série de mesures, notamment «l’allocation de postes budgétaires supplémentaires pour renforcer l’enseignement de tamazight dans le secteur de l’Education nationale et pour élargir la formation et la recherche en tamazight au niveau des universités». Dans le même esprit de promotion de la langue amazighe, il a été convenu de la mise en place d ‘un groupe de travail interministériel auprès des services du Premier ministre pour «s’atteler à la préparation d’un avant-projet de loi portant création de l’Académie de langue amazighe». Le communiqué publié à l’issue de la réunion du Conseil interministériel précise que «ce texte suivra le parcours habituel au niveau du gouvernement, puis du Conseil des ministres, avant d’aboutir au Parlement au cours de ce premier semestre 2018».

Se référant à l’expression, dans certaines wilayas du pays, de revendications sur l’enseignement de tamazight, le Président Abdelaziz Bouteflika a rappelé, au cours du Conseil des ministres du 27 décembre, que la Constitution révisée en 2016 «a définitivement scellé l’appropriation par le peuple tout entier de tamazight, elle aussi langue nationale et officielle, comme ciment supplémentaire de son unité nationale, en même temps que la Nation a mandaté l’Etat pour sa promotion et son développement». Le chef de l’Etat a enjoint au gouvernement de «ne ménager aucun effort pour la généralisation de l’enseignement et de l’usage de tamazight, conformément à la lettre et à l’esprit de la Constitution». Il a également chargé le gouvernement d’accélérer la préparation du projet de loi organique portant création d’une Académie algérienne de la langue amazighe. Le président de la République a annoncé, par la même occasion, sa décision de consacrer Yennayer journée chômée et payée. «Cette mesure comme toutes celles déjà prises au profit de notre identité nationale dans sa triple composante islamique, arabe et amazighe, confortera l’unité et la stabilité nationales alors que des défis multiples internes et régionaux, nous interpellent», a affirmé le Président Bouteflika. La décision du chef de l’Etat de consacrer Yennayer, journée chômée et payée, a été unanimement saluée par la classe politique et la société civile.