Coopération algero- turque : Mevlut  Cavusoglu salue le rôle important de  l’Algérie dans la région

0
26

 Le ministre des Affaires étrangères turc, Mevlut  Cavusoglu a salué, hier  à Alger, le rôle important de l’Algérie dans la  région et ses efforts pour la résolution, par les voies pacifiques, de la  crise en Libye.

  S’exprimant lors d’une conférence de presse tenue avec le ministre des  Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, M. Cavusoglu a indiqué que « l’Algérie  a un rôle important dans la région » , saluant les efforts qu’elle fournit  pour « l’instauration de la paix en Libye », en privilégiant les solutions pacifiques.  Affirmant que le « rétablissement de la sécurité passe par l’élimination  des groupes terroristes », le chef de la diplomatie turque a souligné que  les « conflits » en Libye ou dans un toute autre pays, avaient des  « répercussions négatives sur l’Algérie ».  Après avoir mis en relief la concordance de vues entre la Turquie et  l’Algérie concernant les questions régionales, M. Cavusoglu a assuré que  son pays « ne croit pas en la solution militaire » et demeure attachée à la  coordination bilatérale en vue de parvenir à une solution pacifique en  Libye.  Il a réitéré, dans le même cadre, l’attachement de son pays à l’intégrité  territoriale de la Syrie.  Au volet économique, le ministre des AE turc a salué les réformes  économiques entreprises par l’Algérie, lesquelles, a-t-il dit, « seront  certainement bénéfiques pour les deux pays », rappelant, à l’occasion, que  son pays est l’un des plus grands investisseurs en Algérie, un partenariat  qui sera diversifié et conforté dans tous les domaines, à la faveur  de « la  relance de la Commission conjointe, les jours à venir ».  Le ministre truc a exprimé, à l’occasion,  sa gratitude  » pour les  facilitations et l’appui que reçoivent les investisseurs turcs de la part  du Gouvernement et du peuple algériens », réaffirmant  » la détermination de  son pays à poursuivre l’encouragement des sociétés turques à investir en  Algérie.  Quant à la décision des autorités turques relative à la réduction du  nombre de visas accordés aux Algériens, M. Cavusoglu a estimé qu’il  s’agissait d' » une mauvaise compréhension des procédures » et que « certaines  sociétés ont détourné ce sujet », rassurant que les autorités de son pays  »  continueront à délivrer des visas d’entrée ».  Il a fait état, dans ce sens, d’une prochaine création d' » un mécanisme ou  d’une commission consulaire conjointe » entre les deux pays, en vue de  débattre de la question et de parvenir à des  » solutions satisfaisantes »,  ainsi que de l’annonce prochaine de quelques « facilitations en termes  d’octroi de visas au profit de certains catégories d’âge », a-t-il précisé.  De son côté, M. Boukadoum a insisté sur l’impératif  élargissement des  perspectives de partenariat entre l’Algérie et la Turquie, dont le volume  de ses investissements s’était élevé à plus de 4 milliards de dollars US,  ce qui a permis la création de 28.000 opportunités d’emploi, s’est-il  réjoui avant de relever que la révision par le Gouvernement algérien de la  règle 49/51 %,  » contribuera indubitablement à la dynamisation de  l’investissement étranger ».  A ce propos, le chef de la diplomatie algérienne a indiqué que pas moins  de 300.000 touristes algériens se rendent en Turquie annuellement.  Lors de rencontre avec son homologue turc, il a été procédé à l’évaluation  des relations bilatérales qui se sont confortées, a-t-il dit, à la faveur  du Traité d’amitié et de coopération en 2016, en vertu duquel, les deux  pays ont convenu d’impulser leurs relations et de leur donner un caractère  privilégié dans les différents domaines.  Les deux parties ont également, poursuit M. Boukadoum, procédé à un  échange de vues sur les questions d’intérêt commun, à l’instar de la  situation dans la région du Sahel, la cause palestinienne et les crises  libyenne et syrienne, saluant au passage, le respect par la Turquie de la  question de l’intégrité territoriale de la Syrie.

Moussa O