Cooperation bilatérale algero-japonaise / Taro Kono : «Le Japon  prête une  « grande attention » au  potentiel économique de l‘Algerie »

0
596

Le ministre japonais des Affaires étrangères,  Taro Kono a assuré jeudi à Alger que l’Algérie « contribue à la stabilité de  l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient », soulignant que son pays prêtait une  « grande attention » à son potentiel économique.

Intervenant au terme de ses entretiens avec le ministre des Affaires  étrangères, Abdelkader Messahel, M. Kono a affirmé que le Japon accordait  une « importance particulière » aux relations avec l’Algérie qui contribue à  la stabilité de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, soulignant qu’elle  est la 4ème puissance économique en Afrique, à laquelle le Japon prête « une  grande attention ». M. Kono a ajouté que les deux parties se sont mises d’accord pour  « renforcer le dialogue politique à différents niveaux et rehausser ainsi  les relations bilatérales à un niveau supérieur », rappelant que le Japon et  l’Algérie ont de « très bonnes relations » traditionnelles depuis l’ouverture  du bureau de la représentation du Front de libération nationale (FLN  historique) en 1958 à Tokyo et l’établissement des relations officielles  diplomatiques en 1962. Le chef de la diplomatie japonaise a exprimé la volonté de son pays  d’élargir davantage l’implantation des entreprises japonaises en Algérie  afin de contribuer à la diversification industrielle, qui est « une grande  priorité » pour l’Algérie.  « Nous avons convenu de faire avancer les dossiers dans le domaine des  investissements ainsi que celui de la non double imposition entre les deux  pays », a-t-il ajouté. Faisant savoir qu’il a été décidé de « tenir un 2ème dialogue l’année  prochaine », il a indiqué que les deux parties ont également convenu de  renforcer le dialogue et la coopération sur la lutte contre le terrorisme  et les mesures contre l’extrémisme violent qui sont « une clé » pour la  stabilité de la région de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Pour M. Kono, au sein de la communauté internationale, l’Algérie est « un  acteur important » pour le Japon, espérant une « participation active » de  l’Algérie lors du sommet de la conférence internationale de Tokyo sur le  développement de l’Afrique (TICAD) au mois d’août prochain à Yokohama. De son côté, M. Messahel a indiqué avoir passé en revue l’état de la  coopération entre les deux pays, ajoutant que « nous avons constaté ensemble  qu’on peut encore beaucoup et mieux faire, en raison du potentiel qui  existe de part et d’autre ». « Nous avons un certain nombre de projets d’accords qui sont en  négociations, mais nous avons convenu durant le premier trimestre de  l’année prochaine de lancer le comité mixte économique. Il sera un grand  rendez vous, avec la finalisation des documents qui sont en négociations  pour être certainement signés à Tokyo », a-t-il dit, relevant que le  lancement de ce comité mixte permettra de « donner de l’élan et de booster  la coopération bilatérale ». M. Messahel a dit avoir « beaucoup insisté sur la présence des  investisseurs japonais en Algérie, eu égard au potentiel économique, aux  infrastructures, à la position géographique et stratégique de l’Algérie,  mais également sa stabilité et sa sécurité, des facteurs essentiels qui  encouragent davantage la présence des opérateurs  japonais en Algérie ». La coopération dans le domaine de la lutte antiterroriste a été également  abordée, a noté M. Messahel, soulignant que « nous avons un mécanisme qui  existe, mais qui gagnerait à être renforcé ».  « Nous avons prochainement des rendez-vous pour essayer de faire en sorte  que cette relation dans le domaine de la coopération en matière de lutte  antiterroriste prenne la place qu’il faut dans la coopération globale de  l’Algérie avec le Japon », a-t-il souligné. Le chef de la diplomatie algérienne a indiqué avoir évoqué la TICAD,  relevant que nous « avons au sein de l’UA, nos propres décisions et que les  formats avec nos partenaires, comme nous l’avons fait avec l’UE, doivent se  faire dans l’esprit et la lettre des orientations de nos chefs d’Etat, qui  définissent le caractère ou le format de ces partenariats ».  La coopération pays arabes-Japon a été, par ailleurs, évoquée, a dit M.  Messahel, ajoutant que le Japon s’apprête à réunir l’année prochaine la  2ème session de ce dialogue à laquelle « nous allons prendre part ». D’autres questions ont fait également objet d’un échange de vues, comme la  situation en Libye, au Sahel et au Moyen-Orient, ainsi que la concertation  entre les deux pays concernant la réforme du système de l’ONU, et  particulièrement la réforme du Conseil de sécurité, a souligné M. Messahel,  précisant que les Africains comme les Japonais y « tiennent beaucoup ».

A.A