Coopération économique algéro-polonaise: Plusieurs segments porteurs identifiés

0
227
Photo Hakima Hadjam@L'Echo D'Algérie

Lors d’un séminaire d’affaires algéro-polonais tenu, au siège de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (Caci), les deux parties ont évoqué les secteurs d’activités permettant de renforcer la coopération économique entre les deux pays.

Durant cette rencontre à laquelle ont assisté des opérateurs économiques des deux pays, un nombre de segments «porteurs de potentiels» ont été identifiés. Il s’agit de l’agroalimentaire, le meuble, les TIC, le traitement de déchets et les cosmétiques. La directrice générale de la Caci, Ouahiba Behloul, a lancé lors de son intervention, un message aux entreprises polonaises pour venir investir en Algérie tout en ajoutant que l’Algérie ne devrait être plus perçue comme un «marché», mais comme «une plateforme» d’investissement. «L’économie algérienne est en pleine phase de changement, elle connaît des mutations profondes. Aujourd’hui, on est dans l’obligation d’aller vers la diversification économique (…) Notre pays est une terre d’investissement, toutes les opportunités sont là, le cadre juridique y est aussi», a dit Ouahiba Behloul. Selon elle, le volume des échanges économiques entre l’Algérie et la Pologne est en croissance, mais reste défavorable à notre pays et ne reflète pas la volonté existant entre les deux pays. En 2017, souligne-t-elle, les échanges commerciaux entre les deux pays n’ont pas dépassé 600 millions de dollars.

Les importations occupent la grande part avec plus de 450 millions de dollars, tandis que les exportations n’ont pas dépassé le seuil des 22 millions de dollars. Durant les deux premiers mois de 2018, le volume des échanges commerciaux 30 millions de dollars dont les importations occupent toujours la grande part. «Ces statistiques nous poussent en tant que Chambre de commerce à chercher les moyens permettant d’augmenter les exportations algériennes et trouver des marchés pour commercialiser le produit national. La directrice général de la Caci a annoncé qu’une délégation d’hommes d’affaires sera en mission d’affaires en Algérie à partir du 22 de ce mois. Pour sa part, Riad Amour, vice-président de la Caci a souligné que la Pologne a bien mené et réussi sa transition. Ce pays maintient un taux de croissance positif, dans ce cadre, RiadAmour a mis l’accent sur la qualité et le savoir-faire de la Pologne qui poussent l’Algérie à établir des relations de partenariat solide. «Il va falloir qu’on réfléchisse ensemble pour développer ce partenariat car il y a des complémentarités importantes entre les deux économies.

C’est là où nous voulons établir des partenariats dans diffé- rentes domaines tels que l’agriculture, l’élevage, la production laitière et les meubles», a-t-il dit en invitant les opérateurs polonais à participer aux appels d’offres concernant les fermespilotes en Algérie, car selon lui, cela pourrait constituer une opportunité importante de partenariat. Revenant aux dernières mesures prises par le gouvernement dans le but de réduire les importations, à savoir l’interdiction d’une liste de produits à l’importation, Amour a souligné que ces décisions ne sont pas prises pour fermer l’Algérie ou pour protéger dans un esprit de protectionnisme», mais c’est surtout «pour gérer les ressources financières».

Aujourd’hui, a-t-il dit, on demande à nos partenaires de comprendre la situation dans laquelle on se trouve tout en espérant qu’avec les partenariats, les donnes vont changer et notre pays sera ouvert à l’importation comme d’habitude. Il a jouté que le climat des affaires en Algérie «est en train de s’améliorer». «L’Algérie passe par une période difficile et le pays doit diversifier son économie. Nous sommes convaincus que cette période d’austérité ne sera pas éternelle. L’Algérie possède un potentiel énorme», a dit l’ambassadeur de Pologne en Algérie, Witold Spirydowicz ajoutant que les matières premières, les fruits et légumes et autres produits peuvent être exportés en Pologne.

«Nous devons nous rencontrer, discuter et chercher comment coopérer dans une façon plus efficace», a souligné l’ambassadeur. «Cette rencontre sera une occasion pour stimuler cette coopération. La Pologne constate vraiment que l’Algérie est un pays prioritaire», a-t-il signalé dans une conférence de presse à l’issue de cette rencontre. Durant son intervention sur «le secteur polonais d’industrie agroalimentaire de machinisme agricole avec une expérience en Algérie», le conseiller chargé des affaires agricoles, Rafal Razny, a présenté des statistiques qui témoignent de «la puissance» de ce marché dans l’économie polonaise. Ce marché enregistre 27,3 milliards d’euros d’exportations d’agroalimentaire dont 80% des exportations sont destinées à l’Europe. Le lait et dérivés, la viande, le poisson frais constituent la structure générale de ce segment. La Pologne s’intéresse à l’huile d’olive et les dattes algériennes, souligne le conseiller ajoutant que son pays souhaite relancer la production de tracteurs et les machines agricoles en Algérie. D’autre part, une coopération est entamée entre une société polonaise pour le développement de la production de semences de pommes de terre.