Coopération inter-universitaire/ L’ENS de Constantine bénéficie de 4 projets financés par l’IFA en 2018

0
341

L’Ecole normale supérieure Assia-Djebar de Constantine (ENSC) a bénéficié du financement de 4 projets de coopération universitaire et de recherche par l’Institut français d’Algérie (IFA) au titre de l’exercice 2017-2018, a révélé, hier, son directeur, Mahmoud Boushaba.

Décroché pour la seconde fois consécutive, le financement de projets de coopération universitaire fait suite à l’appel lancé par l’IFA, et dont la clôture a eu lieu le 31 janvier 2018, a indiqué Boushaba, précisant que «parmi les 4 candidatures soumises par l’ENSC, deux projets obtenus en 2017 ont été reconduits». Selon le directeur de l’INSC, le financement des projets s’inscrivent dans «une optique d’encouragement de la coopération avec des établissements universitaires français, notamment les projets innovants et viables permettant la mobilité bilatérale des enseignants formateurs, des chercheurs et des doctorants, en sus de favoriser la durabilité des échanges». S’agissant du soutien financier dont bénéficieront ces quatre projets, le directeur de l’ENS Assia Djebar fait état d’un financement s’élevant à 15 600 euros, et qui vise, a-t-il dit, outre l’échange culturel et scientifique, «le développement de la composante humaine et la montée en compétence dans des spécialités dont l’ENSC est totalement ou partiellement dépourvue». Le premier projet retenu, «Appui à la qualité de la formation à l’enseignement» (AQUFE), avec pour partenaire l’ESPE de Nantes, bénéficiera d’un soutien qui prendra la forme de 5 billets d’avion et sera lancé, a-t-il fait savoir, en décembre prochain, parallèlement à un symposium national intitulé «Pour une qualité meilleure de la formation à l’enseignement : français, objet d’enseignement et/ou langue d’enseignement ?».
Le second projet porte sur un montage de formation de master-conseiller pédagogique de l’éducation (MCPE) en partenariat avec l’ESPE de Toulouse Midi-Pyrénées, poursuit Boushaba, affirmant que «le soutien à ce projet se traduira également par des billets d’avion et de per diem au profit des enseignants et de spécialistes algériens et français intervenant durant la phase de conception de cette formation». Lancé en septembre 2017, et se poursuivant en 2018, le troisième projet est une «reconduction du projet de promotion de l’enseignement de la didactique des mathématiques (PEDIMAT) en partenariat avec l’université de Montpellier», a-t-il précisé. Selon le directeur de l’ENSC, la reconduction de ce projet a bénéficié d’une subvention pour le déplacement de deux enseignants experts de l’université de Montpellier à l’occasion d’une journée d’étude au profit des enseignants du département des sciences exactes, prévue en octobre 2018, une bourse d’étude taux 3, en sus d’un mois de stage de recherche au profit d’un enseignant-doctorant à l’université de Montpellier. Boushaba a évoqué, en dernier lieu, le 4e et dernier projet, portant sur un double master pour une meilleure formation d’enseignants-chercheurs en mathématiques, en partenariat avec l’université de Lorraine et qui constitue également une «reconduction». Le financement de ce projet prendra la forme d’une bourse d’étude taux 3, d’une durée de 6 mois, au profit d’une étudiante de l’ENSC, outre des billets d’avion et de per diem pour les coordinateurs de projets algérien et français, pour un enseignant de l’université de Lorraine qui assurera des enseignements au sein du département des sciences exactes et un étudiant français dans le cadre de son mémoire de Master, a-t-il ajouté.
M. El Hadi