Coronavirus: L’Europe déclarée épicentre de la pandémie par l’OMS

0
1042
Avenue des Champs Elysées- Paris-France Photo L'Echo d'Algérie@

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré l’Europe nouvel épicentre de la pandémie, qui a déjà fait plus de 5400 morts dans le monde et dont le pic est
impossible à prévoir, a-t-elle averti.

Plus de 144 030 cas d’infection sont dénombrés dans 136 pays, dont les plus touchés après la Chine sont l’Italie avec 1266 morts pour 17 660 cas, l’Iran avec 611 morts (12 729 cas), l’Espagne avec 121 morts (4231 cas) et la France avec 79 morts (3661 cas). La France est au stade 3 de l’épidémie de coronavirus depuis samedi soir; en effet, les plus grands sites touristiques sont fermés, à l’instar du Musée du Louvre, de la Tour Eiffel, du Château de Versailles et de l’avenue des Champs Elysées ou toutes les grandes enseignes ont baissé le rideau, et où écoles et universités le seront à partir de ce lundi. Les élections municipales de dimanche ont quant à, elles été maintenues. «Le pic impossible à prévoir», a annoncé, ce dimanche, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), avec près de 2900 cas confirmés et au moins une soixantaine de décès liés au Covid19, la France devient l’un des principaux foyers du nouveau coronavirus en Europe, avec l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne. Selon des scientifiques, plus de la moitié de la population mondiale devrait être contaminée par le virus, entraînant alors son arrêt. Mais cette stratégie est critiquée. En clair, le virus circule activement sur l’ensemble du territoire. De nombreux lieux, comme les bars et les restaurants, sont désormais fermés. Le déclenchement de ce nouveau palier était attendu. Il s’inscrit dans la stratégie de lutte de la France contre la propagation de l’épidémie. Plusieurs scientifiques alertent depuis plusieurs semaines sur la possibilité que 50 à 70 % de la population mondiale sera à terme contaminée par le coronavirus. Un constat également évoqué par Angela Merkel mercredi. La chancelière allemande a affirmé que «60 à 70 %» de la population allemande pourrait être infectée si aucun traitement ni vaccin ne sont découverts dans les prochains mois. Dimanche, l’Allemagne a annoncé la fermeture de ses frontières avec trois pays, dont la France.

Les critiques de l’OMS contre le concept de l’immunité collective

«L’immunité collective» liée à une infection naturelle est toutefois critiquée. «On peut parler théorie, mais pour l’instant nous sommes dans une situation où il faut agir», a lancé, samedi, la porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), sur la BBC. «Nous n’en savons pas assez sur ce virus, il n’a pas atteint la population depuis assez longtemps pour savoir quels sont ses effets sur le plan immunologique», a-t-elle ajouté. Certains pointent également le bilan humain important lié à cette stratégie, notamment si les hôpitaux n’arrivent à pas absorber l’affluence de malades dans un état sérieux, alors que selon médecins, l’épidémie est plus grave que prévu. Selon des modélisations confidentielles effectuées par les conseillers scientifiques du président français Emmanuel Macron, et dont Le Monde a eu connaissance, l’épidémie de Covid-19 pourrait provoquer en France entre 300 000 et 500 000 morts en l’absence de toute mesure de prévention ou d’endiguement. D’autres arguments évoqués par la revue Le Grand Continent mettent également à mal cette stratégie, comme l’efficacité des mesures strictes de confinement mises en place en Chine, qui a enregistré ce dimanche seulement 20 nouveaux cas de contamination dont 16 de personnes arrivées de l’étranger. Dans d’autres pays, comme la Corée du Sud, le nombre d’infections est également revu à la baisse depuis plusieurs jours. Donald Trump a déclaré ce vendredi 13 mars l’état d’urgence aux États-Unis, où le nouveau coronavirus a contaminé plus de 2000 personnes et fait 47 morts. Cette mesure lui permet d’aider les États et les collectivités locales américains en cas de catastrophe. Le président américain a évoqué des fonds pouvant aller jusqu’à 50 milliards de dollars, dans un pays qui n’a pas de système de couverture universelle pour la santé et où les congés maladies payés ne sont accessibles qu’à une minorité. La Chambre des représentants a approuvé un train de mesures visant à atténuer l’impact du virus sur l’économie. Le texte, qui doit maintenant passer au Sénat, prévoit, notamment, la gratuité du dépistage, un arrêt maladie d’urgence pouvant aller jusqu’à trois mois, et un accès facilité à l’assurance chômage ainsi qu’aux bons alimentaires. Comme un symbole, Apple a annoncé la fermeture de tous ses magasins jusqu’au 27 mars, à l’exception de la Chine qui semble avoir endigué l’épidémie.

Frontières fermées, vols suspendus

La Russie a fermé aux étrangers sa frontière terrestre avec la Pologne et la Norvège, l’Arabie saoudite a suspendu tous les vols internationaux dès dimanche pour deux semaines ; l’Uruguay, après ses quatre premiers cas, a fermé partiellement ses frontières et imposé une quarantaine aux voyageurs de neuf pays. La Mauritanie réduit ses liaisons aériennes avec la France, le Panama suspend celles avec l’Europe, le Gabon limite les visas touristiques. Le Danemark a fermé ses frontières aux étrangers samedi midi. En Nouvelle-Zélande les visiteurs étrangers devront se mettre en quarantaine pendant quatorze jours à leur arrivée dans le pays. En Allemagne, la ville de Berlin a annoncé qu’à partir de mardi, clubs et bars allaient fermer et le gouvernement tchèque a ordonné la fermeture de la plupart des restaurants, pubs et magasins, jusqu’au 24 mars, sauf ceux vendant de l’alimentation, de l’électronique, les pharmacies et stations essence. Le gouvernement d’Abou Dhabi va aussi fermer pour deux semaines ses sites culturels, dont le Louvre Abu Dhabi. Depuis vendredi soir, l’Équateur a annoncé les premiers décès liés au virus. Le Kosovo, la Mauritanie, l’Uruguay, le Suriname, le Guatemala, Antigua-et-Barbuda, la Namibie, l’Eswatini, Porto Rico, la Guinée, ont également constaté leurs premiers cas.