Coupe d’Algérie: C’est pour quand la finale ?

0
375

 

Jamais peut-être la date de la tenue de la finale de la Coupe d’Algérie n’a posé autant problème.

Pour une fois, le problème n’émane pas de la FAF ou un quelconque retard du calendrier, il est strictement politique. La Fédération par le biais de son secrétariat générale a proposé à la présidence de la République deux dates soient le 11 et le 18 mai et attend toujours la réponse. Car comme on l’a déjà mentionné, la finale de la Coupe d’Algérie est un évènement parrainé par la présidence. C’est la haute instance du pays qui en fixe le lieu et la date en fonction du programme et des activités du Président de la République ou celui qui est censé le représenter en cas d’empêchement. Comme c’était le cas, ces dernières années avec Bouteflika dont la maladie ne lui permettait d’être présent. C’est le Chef du Gouvernement qui le remplaçait chaque fois. Mais cette année, la finale de la Coupe d’Algérie se présente dans un contexte politique très particulier dominé par le Hirak et la contestation populaire au moment où les hautes instances du pays se font petites pour éviter la vindicte populaire. L’on comprend dès lors la tergiversation des pouvoirs publics à rendre leur réponse. Ils ont d’autres chats à fouetter en ce moment en ces temps de crise politique aigue, comme peut-être n’a jamais connu l’Algérie par la passé. Il est vrai que dans cette situation, la Coupe d’Algérie passe au second plan. Peut-être on ne l’évoque même pas à la présidence, tellement ses responsables sont sous pression. Il y a des priorités que l’opinion sportive peut ne pas comprendre. Les amateurs du ballon rond et notamment les supporters des deux finalistes, le CRB et la JSMB en l’occurrence, ne tiennent pas compte de ces considérations. Ils sont impatients de voir la finale, surtout que rien n’empêche son déroulement en ce mois sacré du Ramadan. Cette attente suscite une incompréhension, mais aussi des inquiétudes. Certains suggèrent sa tenue en dehors du parrainage de la présidence. Ce qui arrangerait tout le monde, notamment les hauts responsables du pays qui éviteront ainsi l’affrontement direct avec le peuple. Ça serait néanmoins une première dans les annales de l’épreuve populaire, car depuis l’indépendance du pays, il y a eu toujours un haut représentant de l’Etat dans la tribune officielle pour remettre le trophée au vainqueur. Ce qui serait un camouflet pour l’actuel président de l’Etat et tout le Gouvernement en quête de légitimité. Mais le pire est son éventuel report aux calendes grecques. Tout le monde est dans l’expectative. En attendant l’officiel, les spéculations vont bon train à ce sujet. La dernière rumeur avance la date du 25 mai pour sa tenue au stade Mustapha Tchaker de Blida. Selon la même source, les autorités ne veulent pas du 5-Juillet pour éviter la grande affluence.

Ali Nezlioui