Covid-19: «Confinement», ce mot qui aura marqué 2020

0
468

Le «confinement» rythme le quotidien de plus de 3 milliards de personnes à travers le monde. Il est désormais l’un des mots les plus recherchés sur Google depuis le début de l’épidémie, il trône aux côtés  de «coronavirus», «télétravail», et «gel hydro-alcoolique».

Depuis quelques semaines, la vie de tous  est rythmée par l’évolution de la maladie. Face à l’épidémie de Covid-19 et en période de confinement, nos quotidiens sont chamboulés, nos habitudes mutent et cela se voit notamment à travers les recherches que l’on effectue sur Internet. En effet, depuis que l’existence du coronavirus est connue, les données recueillies par l’outil Google Trends ont permis de constater l’évolution de l’intérêt des citoyens concernant la maladie. Et cela, avec le volume de requêtes recensées pour un mot-clé dans des moteurs de recherche tels que Google, Google News ou YouTube. Ce terme tiens aujourdhui une place de choix dans la lutte efficiente contre le Covid-19, en effet, le confinement permet de freiner temporairement les contaminations. Si chacun reste chez-soi, c’est la garantie de limiter la hausse du nombre de cas. Pour les gouvernements, c’est une méthode qui permet de gagner du temps. Car le confinement est extrêmement efficace, non pas pour détruire le virus, mais pour en limiter ses conséquences. Les spécialités et les chercheurs qui planchent sur la maladie sont unanimes, «quand on limite le nombre de contacts, on va diminuer de façon très importante les nouvelles infections. Donc les gens doivent rester chez eux, pour qu’on arrive à aplatir la courbe des nouvelles infections. Et en faisant cela, on arrive à protéger le système de santé pour qu’il continue à prendre soin des malades de façon optimale et à diminuer de façon très importante la mortalité.» Ne cessent-ils de rappeler.

Le confinement est-il une mesure de dernier recours ? C’est le cas lorsque l’on prend la décision de confiner l’intégralité d’un pays. Car c’est une solution coûteuse pour les gouvernements. Économiquement d’abord. Ensuite, en termes d’image, c’est une décision assez peu populaire même si elle apparaît au final être assez bien acceptée. Les populations comprenant l’urgence sanitaire. Pour ces différentes raisons, les pays réfléchissent longuement avant de le mettre en place. L’exemple coréen est parlant, ce pays a rapidement été touché par l’épidémie. Pourtant dès janvier, 20 000 tests quotidiens étaient effectués. Un nombre dix fois supérieur à ce qui se pratiquait ailleurs. Confiner la population est la méthode la plus efficace de lutte contre le Covid-19, cette mesure garde tout son sens dans la mesure ou la lutte contre le virus dépend de nombreux facteurs, du nombre de tests pratiqués, mais aussi de places en réanimation,    et de la stratégie adoptée. Les pays qui luttent le plus efficacement contre le Covid sont ceux qui ont pris au sérieux le virus dès le début. A l’exemple de la Corée du Sud, à Taïwan, et Hong Kong. Le port du masque a été généralisé, et surtout on a pratiqué le confinement ciblé et non pas généralisé. Ceux qui sont positifs, leurs contacts, mais aussi les personnes de retour de zones   à risque étaient invités à rester chez eux. Une stratégie payante. A Taïwan par exemple, le premier cas est apparu le 11 janvier ; on compte aujourd’hui seulement un peu plus de 300 cas sur l’île. D’autre part, proposer   le confinement à l’immunité collective,  pour désigner     la stratégie des pays qui ont fait le choix de laisser le virus circuler librement, sans confiner entièrement les habitants. Le pari est de s’imaginer qu’une grande partie de la population sera infectée et qu’elle deviendra donc résistante au virus. Mais le risque c’est que le nombre de cas explose trop rapidement et que les hôpitaux soient saturés et que le taux de mortalité augmente lui aussi.En fait cette politique se base sur le concept d’immunité de population que chaque pays devra un jour ou l’autre atteindre. On confronte suffisamment de personnes  au virus, elles sont immunisées et le risque d’épidémie devient alors minime. C’est le principe du vaccin. Même les pays fortement impactés par le coronavirus comme la France et l’Italie qui ont choisi le confinement total devront atteindre cette immunité de population sans quoi le Covid-19 reviendra continuellement. Pour chaque virus il y a un seuil à atteindre. Celui-ci peut aller de 20 % à 90 %. Concernant le Covid-19, pour l’instant c’est la grande inconnue. En conclusion, la distanciation sociale semble avoir un effet sur le coronavirus, mais il faut plusieurs jours, sans doute plus d’une semaine, pour en tirer profit.

Yasmine Derbal