De nouveaux incidents dans nos stades –  Jusqu’à quand ?

0
453

Encore une fois, la bête immonde a frappé dans nos stades. Le temple du 5-Juillet a été le théâtre, ce mardi, de scènes de désolation et de saccages pendant et après le match MCA-USMBA. Les images insoutenables qui circulent sur les réseaux sociaux témoignent de la violence inouïe ayant opposé les forces de l’ordre à un groupe de supporters mouloudéens.

Des sièges arrachés qui volent en guise de projectiles, un mouvement de foules, des batailles rangées… Une partie des travées du stade du 5-Juillet s’est transformée en arène incontrôlable. Le bilan est lourd, même si heureusement, on ne déplore aucune perte humaine. La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a enregistré néanmoins 22 blessés du côté des supporters et 18 côté policiers dont 4 dont un état grave. Ainsi que dix véhicules de service et une ambulance de la protection civile, saccagées. Par ailleurs, 1044 sièges ont été arrachés, ainsi que la destruction de deux caméras de surveillance. 42 supporters ont été arrêtés, dont 22 pour atteinte à l’ordre public. Enfin, la DGSN a annoncé dans un communiqué, avoir ouvert une enquête suite à la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux montrant plusieurs policiers s’acharnant sur un supporter par terre. Des images qui ont choqué les internautes et l’opinion publique. Cette violence ne devrait pas rester impunie. Décidément, la violence s’est enracinée dans notre société, il devient très difficile de l’éradiquer. Les enceintes sportives sont devenues par la force des choses un défouloir dans lesquelles certains jeunes viennent déverser leur haine et leur amertume. Cela n’a rien à voir avec le sport ni avec la passion du football. À la moindre étincelle, les tribunes s’embrasent et menacent d’entrer en éruption. Une véritable bouilloire prête à exploser. Toutes les mesures prises pour éradiquer le phénomène de la violence, par les instances du football se sont avérées vaines jusque-là. Car ni le huis clos, ni les conférences en faveur du fair-play, encore moins les amendes infligées aux clubs n’ont pu venir à bout de ce fléau rampant. Le mal est plus profond. Il faudra traiter le problème d’une manière plus sérieuse et surtout prendre des décisions radicales afin mettre fin à cette calamité.

Ali Nezlioui