Demi-finale retour de la Ligue des champions : ESS – Al Ahly, ce soir (20h) à Sétif –  Tout pour renverser les Egyptiens !

0
397
Al-Ahly's Egyptian forward Walid Soliman (2ndL) vies with Setif's Algerian defender Miloud Rebiai (L) during the CAF Champions League semifinal first leg football match Al-Ahly vs ES Setif at al-Salam stadium in Cairo on October 2, 2018. (Photo by - / AFP) (Photo credit should read -/AFP/Getty Images)

S’il y a une équipe qui peut le faire, c’est bien l’Entente. Mais remonter deux buts de retard face à l’ogre égyptien d’Al Ahly, pour se qualifier à la finale de la Ligue des champions,  la tâche des Sétifiens s’annonce des plus ardue.

Pas insurmontable, car en football, l’on ne peut jurer de rien à l’avance. Cependant il leur faudra beaucoup de détermination et un brin de chance pour pouvoir renverser la vapeur. Cela dit, on peut faire confiance aux Noir et Blanc pour mettre d’emblée du rythme et de la folie pour bousculer les Egyptiens. Djabou et ses camarades ont l’habitude des grandes joutes et des grands rendez-vous. Même si l’adversaire parait un peu supérieur, du moins sur le papier, ils vont évoluer sans complexe.  Y croire jusqu’au bout et advienne que pourra, c’est le leitmotiv de l’ESS devant son public qui sera pas de trop, ce soir dans le chaudron du 8-Mai 45. Il tiendra certainement son rôle de 12e homme. Et puis se rappeler de 1988, l’année du premier sacre africain de l’Entente sous la houlette du regretté Mokhtar Aribi. Au même stade de la compétition, l’ESS avait éliminé Al Ahly aux tirs au but. Un beau souvenir pour galvaniser la troupe, au moment où Al Ahly arrive avec ses certitudes et son statut de favori. Il faut dire que le club cairote est une institution. C’est probablement ce que l’on fait de mieux en Afrique. Mais sur un match tout est possible. Il suffit de le faire sortir de sa zone de confort et dérégler sa machine tactique, secteur dans lequel les Egyptiens excellent. Ils ont toujours avancé en bloc, même s’ils possèdent quelques individualités remarquables. C’est leur force. En revanche, ils n’aiment pas être bousculés. L’idéal pour les Sétifiens est de marquer rapidement pour jeter le trouble dans les rangs adverses. Pour ce faire, le coach Rachid Taoussi peut compter sur une ligne offensive emmenée par Djabou, un stratège hors du commun qui peut déstabiliser n’importe quelle défense. Le numéro dix sétifien est l’atout majeur de l’équipe, avec les Djahnit et Bouguelmouna, le transfuge de L’USMBA. L’entraîneur sétifien peut compter également sur des joueurs titulaires frais qui n’ont pas participé au dernier match de l’équipe en championnat face à l’O Médéa. C’est dire que ce rendez-vous a été préparé dans les moindres détails, même si Taoussi se plaint quelque peu du programme chargé de son équipe, depuis le début de la saison. Mais il lui faudra s’adapter, car le club est engagé sur plusieurs tableaux. C’est le destin des grandes équipes. L’Entente espère offrir à ses milliers de fans une nouvelle finale de la Ligue des champions, 4 ans après son sacre dans cette même compétition. Tout le monde y croit, les enfants de Sidi El Khier les premiers…

Ali Nezlioui