Des consultations seront menées pour former une autorité indépendante: La feuille de route de l’élection présidentielle tracée

0
63

Avec la remise de l’instance de dialogue et de médiation de son rapport des consultations politiques au chef de l’Etat, le processus des élections présidentielles aura atteint une phase cruciale en attendant la convocation du corps électoral qui devrait se faire dans les tous  prochains jours.

Il s’agit d’une feuille de route claire et précise qui prend en compte toutes les contributions et les propositions présentées par les différents acteurs dans le cadre des consultations politiques menées par l’instance de dialogue et de médiation.  Selon le coordinateur de l’instance, Karim Younes, la missions a été accomplie « en réponse aux revendications de la société civile », soulignant que l’instance « a pu convaincre la majorité » et qu’elle constitue un espace de coordination et d’écoute et non de négociation. Il a précisé également que les partis politiques, les associations, ainsi que les personnalités nationales seront destinataires du rapport des consultations pour leur permettre d’ouvrir un large débat, partant du fait, dira-t-il, que la culture du dialogue est pérenne.

la missions a été accomplie « en réponse aux revendications de la société civile », soulignant que l’instance « a pu convaincre la majorité » et qu’elle constitue un espace de coordination et d’écoute et non de négociation

Il a rappelé avoir annoncé, au cours des derniers jours, les principales propositions, essentielles dans les yeux de tous les acteurs politiques et sociaux, pour chaque mesure à prendre, inspirée des revendications populaires, constituant essentiellement en l’amendement de la loi électorale et la création d’une autorité nationale indépendante chargée de la préparation, de l’organisation et de la surveillance du processus électoral. Karim Younes a ajouté que « si le dialogue est la vertu des peuples civilisés et que le peuple algérien en fait partie comme il l’a démontré à maintes occasions, nous sommes convaincus que la création d’un climat propice est une nécessité impérieuse pour apaiser et détendre l’atmosphère et améliorer le climat des élections. Il ne s’agit pas seulement de notre conviction, mais également de celle de tous ceux avec qui nous avons engagé le dialogue ». Dans la même optique, l’instance a été appelée à poursuivre ses efforts et mener les consultations nécessaires pour former et installer une autorité indépendante chargée des élections. Ces consultations auront lieu bientôt avec les partis politiques, les représentants de la société civile, les personnalités nationales ainsi qu’avec des représentants du mouvement populaire.

Le dialogue est la vertu des peuples civilisés et que le peuple algérien en fait partie comme il l’a démontré à maintes occasions, nous sommes convaincus que la création d’un climat propice est une nécessité impérieuse pour apaiser et détendre l’atmosphère et améliorer le climat des élections

 Ceci intervient au moment où le chef d’état-major de l’ANP multiplie ses appels pour accélérer le processus devant mener à l’organisation de l’élection présidentielle qu’il a qualifiée d’étape « décisive » pour l’avenir du pays. En visite récemment à la 4e Région militaire, le général de corps d’Armée a soutenu que la situation « ne peut tolérer plus de retard, elle exige au contraire la tenue de ces élections décisives pour le présent et le futur du pays, dans les délais que j’ai évoqués lors de ma précédente intervention, qui sont des délais raisonnables et acceptables qui reflètent une revendication populaire insistante, à même d’instaurer l’Etat d’équité et de droit ». Gaïd Salah avait suggéré qu’il serait opportun de convoquer le corps électoral le 15 septembre en cours pour que les élections « puissent se tenir dans les délais fixés par la loi ». Il a, par ailleurs, réaffirmé l’accompagnement de l’ANP aux hommes de la justice, qui remplissent « leurs nobles missions avec loyauté et veillent à recouvrer l’omnipotence de l’Etat, en traitant les différents dossiers de corruption, et en rassurant le peuple algérien qu’il appartient à un pays d’équité et de droit ». Le Général de Corps d’Armée a déclaré, en outre, que « l’acharnement sur l’institution militaire fait partie d’un plan abject, dont l’objectif est de bloquer et neutraliser le rôle de l’Armée ». Il a ajouté que le Commandement de l’Armée était « le premier à répondre aux revendications populaires avant toute autre partie, ce qui a menacé les intérêts de la bande et de ses acolytes et a mis en échec leurs plans visant à redéfinir le paysage national général selon leurs envies et celles de leurs maitres ». Et de lancer : « Nous leur disons laissez l’Algérie à ses fidèles enfants, car ils en sont dignes et capables de la construire et de la protéger », exprimant sa conviction que « notre valeureux peuple qui aspire à vivre dans la paix et la quiétude et dans la sécurité et la stabilité, mérite de vivre dignement dans son pays », affirmant que « ce peuple, que l’on cite en exemple dans l’amour de la patrie et la loyauté, a soutenu et approuvé les efforts de l’institution militaire ».

Le Commandement de l’Armée était « le premier à répondre aux revendications populaires avant toute autre partie, ce qui a menacé les intérêts de la bande et de ses acolytes et a mis en échec leurs plans visant à redéfinir le paysage national général selon leurs envies et celles de leurs maitres

Gaïd Salah avait renouvelé son appel pour « aller de l’avant pour rapprocher les points de vue, unifier les visions et trouver des mécanismes à même de concrétiser l’approche insistance, qui consiste en l’accélération de l’organisation des élections présidentielles, notamment en installant rapidement une instance nationale indépendante pour la préparation, l’organisation et la surveillance des élections, qui supervisera toutes les étapes du processus électoral, ce qui requiert également la révision de quelques textes de la loi électorale pour s’adapter aux exigences de la situation actuelle, et non pas une révision totale et profonde qui toucherait tous les textes, tel que revendiqué par certains, ce qui prendrait beaucoup de temps.  Ces élections qui représentent un rendez-vous d’importance dans l’histoire de l’Algérie, qui apportera davantage de progrès sur la voie de l’instauration de l’Etat de droit », a-t-il ajouté.

Nous ferons face avec rigueur à ces manœuvres qui visent à faire perdurer la crise, à obstruer le processus de développement de la patrie, et à s’inscrire contre la volonté du peuple

Gaïd Salah a affirmé, en outre, que l’Armée fera face « avec rigueur » aux manœuvres qui visent à faire « perdurer la crise, obstruer le processus de développement de la patrie et s’inscrire contre la volonté du peuple ». « Nous affirmons qu’au sein de l’Armée nationale populaire nous ne tolérerons aucune tentative d’entrave au travail des institutions de l’Etat et partant de nos missions et prérogatives constitutionnelles, nous ferons face avec rigueur à ces manœuvres qui visent à faire perdurer la crise, à obstruer le processus de développement de la patrie, et à s’inscrire contre la volonté du peuple qui a affirmé à maintes reprises qu’il n’avait aucunement besoin à de telles idées qui détruisent au lieu de construire, notamment en cette phase cruciale de l’histoire contemporaine de notre pays », a indiqué Gaïd Salah. Et d’enchainer : « nous sommes en possession d’informations sûres que nous dévoilerons au moment opportun, sur la conspiration de certains partis contre la patrie et le peuple », assurant que « ces partis rejetés par le peuple, n’ont d’autre souci que la critique et le dénigrement, et auxquels nous demandons à cette occasion de se soucier de leur peuple et de leur patrie, d’avoir un peu de dignité et d’honneur, de respecter la déontologie politique et de cesser de mettre des obstacles sur le chemin des hommes loyaux qui apportent des initiatives pour faire sortir le pays de la crise ».