Des dispositions révolutionnaires pour protéger l’entraineur et promouvoir la formation

0
107

Neuf mois après son installation à la DTN, le 17 octobre 2017, le directeur technique national, Rabah Saâdane (Photo), secondé par Boualem Charef, vient de rendre publiques, lundi à travers le site officiel de la FAF, de nouvelles dispositions dans la gestion des championnats nationaux et dont le gros intérêt se trouve focalisé sur deux points essentiels : la lutte contre l’instabilité, devenue quasi légendaire, des techniciens à la tête des clubs et la formation des jeunes ainsi que leur promotion.

Au premier volet, la DTN balise le terrain via des garde fous tendant à protéger, du moins à minimiser les dégâts, l’entraineur et partant, lui donner l’opportunité, donc, de travailler au moins sur une saison. Saâdane limite à seulement deux, le nombre de licence par saison sportive à délivrer aux entraineurs de la L1 et L2, déjà en place où sur le point de s’engager, soulignant que leur enregistrement se fera uniquement pendant la période du Mercato. Au deuxième chapitre, maints paramètres vont être activés pour permettre une prise en charge réelle et effective du travail de la formation et de la promotion des jeunes. En tête, vient l’injonction de rendre obligatoire le poste du directeur technique sportif (DTS) pour la L1, la L2 et la LNFA. LA DTN n’en assujettit pas moins le dépôt des licences d’entraineurs- des jeunes au dépôt de la licence du DTS. Plus que tout, le contrat pour les entraineurs des catégories- jeunes est désormais obligatoire, aussi bien en L1 et L2, de nature professionnel, que pour tout le reste des autres paliers du championnat national, de type fédéral. S’ensuit la perspective de la mise en place d’une cellule nationale du suivi et de contrôle des compétitions de jeunes et de réflexion sur le projet de création de la ligue nationale de football de jeunes. Dans le souci de traduire sur le terrain la notion de la promotion, le surclassement chez les jeunes est désormais autorisé. Enfin à titre de stimulation et pour éviter la déperdition, la DTN ouvre la possibilité de faire participer trois joueurs séniors en U21, exclusivement en championnat. En définitive, des dispositions aux pourtours d’une véritable révolution. Ou encore, un plan de sortie très probable, du marasme dans lequel s’est enlisé le football national dès lors qu’il est devenu une coquille vide, aux antipodes du travail bien pensé, réfléchi et responsable.

Bessa N