Clôture du salon « Djazair export  2019 »  et de la 4ème édition du Salon international de la « Revade 2019 »

0
354

Le salon des produits nationaux destinés à  l’export, Djzair Export 2019, qui s’est clôturé jeudi à Alger a permis de  mettre en avant la qualité du produit algérien et la diversification de la  production nationale, a déclaré jeudi à Alger le ministre du commerce Said  Djellab.

« Cet évènement (Djzair Export) que nous avons lancé à l’occasion de la  conférence nationale sur les enjeux de la zone de libre échange (ZLECAF)  avait pour objectif de faire participer un grand nombre d’entreprises  algériennes et leur permettre de faire connaître leur produit à nos  partenaires africains », a expliqué M. Djellab. Il a ajouté dans ce sens que l’Algérie est prête pour aller sur les  marchés africains et se positionner en tant que fournisseur fiable et  durable. Le ministre a également fait savoir que « le pays projette de créer des  zones économiques spécialisées dans le grand sud qui vont constituer les  locomotives de diversification industrielle en Algérie».  « Cela devrait booster les exportation vers le continent africain et  permettre, en même temps, d’attirer les IDE, ce qui fera de l’Algérie une  plaque tournante des échanges commerciaux inter-africains », a-t-il ajouté. Le ministre a évoqué la participation de l’Armée nationale populaire (ANP)  avec ses entreprises notamment dans les secteur mécanique, électronique, et  textiles, en soulignant sa contribution dans le développement d’une  économie diversifiée et compétitive. Pour rappel, Le salon Djazair export tenu sous le slogan « Développer le  commerce africain, facteur de prospérité des peuples a été inauguré mardi  par le ministre du Commerce, Saïd Djellab, en présence du ministre de  l’Agriculture du développement rural et de la pêche Cherif Omari, du  ministre de Industrie Djamila Tamazirt ainsi et de la ministre de l’Environnement et des Energies Renouvelables Fatima Zahra Zarouati. Le salon a vu la participation d’une centaine d’exposants activant dans  divers secteurs : industries alimentaires, les services, l’innovation, les  industries manufacturières, les industries chimiques et pétrochimiques, les  industries mécaniques et sidérurgiques, les industries électronique et  électrique, la construction ainsi que le secteur de l’artisanat. Selon ses initiateurs, cet événement est un carrefour incontournable pour  les opérateurs économiques nationaux et internationaux.  Il permet d’accompagner les entreprises algériennes pour assurer la  promotion continue de la production nationale et son potentiel à l’export. D’autre part, la 4ème édition du Salon international de la  récupération et de la valorisation des déchets « Revade 2019 » qui a fermé  ses portes jeudi à Alger, a attiré des centaines d’opérateurs activant dans  le domaine ainsi que des jeunes porteurs de projets venus s’enquérir des  perspectives et des facilitations qui leur sont accordées.  Ce salon a constitué, également, une occasion pour les étudiants  universitaires venant de différentes régions du pays pour connaitre de plus  près les différents matériels et techniques utilisées dans la récupération  des déchets ainsi que les derniers progrès réalisés par certains pays  participants en matière de technologies et de solutions adoptées dans le  domaine du recyclage et de la revalorisation.  Pour la présidente du Département de l’information et de la communication  au niveau de l’Agence nationale des déchets (AND), Sara Tazroute, cette  édition a connu une forte affluence d’étudiants universitaires désirant  découvrir les opportunités d’investissement offertes par ce salon en  matière de revalorisation des déchets.  « Les facilitations sont disponibles dans ce domaine, aussi bien  financières que techniques », a-t-elle poursuivi, indiquant que l’Agence  fournissait des données exactes à ceux qui désirent accéder à cette  activité.  Elle a estimé en outre que la forte affluence, notamment des jeunes sur  l’investissement en matière de recyclage et de revalorisation des déchets  explique essentiellement les mesures d’incitation et de facilitations mises  en place par le gouvernement au profit des jeunes entreprises.    Elle a aussi rappelé que l’AND avait lancé la première bourse des déchets  industriels en Algérie, une plateforme Internet destinée à faciliter la  mise en relation entre les détenteurs et les valorisateurs de déchets  industriels. Pour rappel, la quantité de déchets produite par l’Algérie annuellement  s’élevait à 34 millions de tonnes, dont un faible taux compris entre 7 et  10 % seulement est recyclé et valorisé. Cette quantité de déchets non récupérée actuellement représente une valeur  marchande estimée à 40 milliards de dinars algériens (Da) et peut également  créer 100.000 emplois dont 40.000 emplois directs.  Pour ce faire, le ministère de l’Environnement et des Energies  renouvelables a insisté sur l’impératif de favoriser l’investissement dans  le domaine de l’économie circulaire en vue d’encourager un plus grand  nombre d’entrepreneurs à s’engager dans ce créneau ami de l’environnement  et qui est à forte valeur ajoutée pour l’économie nationale. La ministre du secteur avait souligné la poursuite de levée des obstacles  auxquels sont confrontés les jeunes en ce qui concerne la réalisation de  leurs projets d’investissement dans le domaine du recyclage et de la  revalorisation des déchets.  Pour rappel, près de 80 exposants ont pris part à ce Salon, dont des  entreprises spécialisées dans le tri, le recyclage et la valorisation des  déchets ainsi que des associations activant dans le domaine, venus prendre  connaissance des facilités accordées par les différents organes de l’Etat  en terme d’investissement dans l’économie circulaire. Placée sous le thème « l’entreprenariat circulaire, un modèle économique  d’avenir », la 4ème édition du salon international de la récupération et de  la valorisation des déchets « Revade 2019  » s’est fixé pour objectif de  mettre en avant la nécessité de promouvoir l’industrie de la récupération  et du recyclage des déchets en Algérie et la création d’entreprises dans le  domaine de la gestion intégrée des déchets, et de faire connaitre les  différents matériels et technologies utilisées en matière de recyclage et  de revalorisation.