Développement local: Les pouvoirs publics devront répondre aux attentes de la population avec célérité

0
178

A l’heure d’une conjoncture économique difficile, le gouvernement table sur le développement local comme véritable socle de relance de la croissance.

A ce titre, en adoptant une nouvelle approche, il est désormais impératif de considérer la réalité avec objectivité et détermination en faisant preuve d’initiative et de transparence dans la gestion des collectivités locales. Il s’agit d’assurer un climat favorable devant faciliter la concrétisation du saut qualitatif escompté, préserver ce qui a été réalisé jusque-là et définir des solutions innovantes qui s’inscrivent au cœur des politiques générales du gouvernement A ce titre, les responsables au niveau local sont appelés à œuvrer au renforcement des moyens de rapprochement avec toutes les bonnes volontés et à ne ménager aucun effort pour intensifier les contacts avec les différentes catégories de la société à travers tous les moyens disponibles.

C’est dans cet esprit plus particulièrement que s’inscrit le dernier mouvement dans le corps des walis en vue de se mettre au diapason du programme du gouvernement, empreint d’une forte volonté politique, à la lumière d’une conjoncture économique particulière. L’objectif étant d’accélérer le processus de transition d’un modèle économique financé par les ressources pétrolières à un modèle diversifié basé sur la libre initiative, productive et créatrice de richesses. Ce mouvement intervient dans un contexte particulier marqué essentiellement par le parachèvement de l’élaboration de textes législatifs et réglementaires cristallisant les principes de la révision constitutionnelle dans le cadre de la consolidation de l‘édifice démocratique.

A ce propos, la volonté politique forte et clairvoyante du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, constitue la meilleure preuve pour aboutir au succès et à la réussite de cette démarche visant à insuffler une nouvelle dynamique à la gestion des collectivités locales dans le cadre de la poursuite des efforts consentis en termes de développement et de modernisation du service public Selon le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, les nouveaux cadres ont été choisis parmi ceux ayant occupé différents postes de responsabilité au niveau des administrations locales et jouissant d’une expérience dans le domaine de la gestion publique locale. Le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, avait relevé, à ce titre, que la nouvelle stratégie des pouvoirs publics visant à moderniser l’administration et à la rapprocher davantage au citoyen «doit être accompagnée par une utilisation rationnelle des moyens humains et matériels». Il s’agit plus particulièrement d’éradiquer le phénomène de la bureaucratie et améliorer davantage la relation entre le citoyen et l’administration, avait expliqué le ministre, tout en insistant sur la nécessité de relever le défi pour être au diapason des nouvelles technologies afin d’arriver à une administration électronique par excellence en vue d’alléger les procédures de délivrance des documents biométriques. L’étape de passer à une administration moderne et électronique nécessite aussi la formation et le recyclage du personnel de l’administration locale.

Les nouvelles mesures prises par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales visant à faciliter la tâche aux citoyens pour le retrait des différents documents administratifs, traduit, en fait, la volonté du gouvernement d’œuvrer sans cesse pour concrétiser ses engagements en ce qui concerne l’amélioration de la qualité des prestations dans le cadre du service public. Partant de ce principe, le développement local sera l’axe principal dans l’agenda de son département après l’achèvement de l’opération de modernisation de l’administration. Les efforts seront axés ainsi sur la relance du développement local à travers l’activation du rôle des communes et l’amélioration de leurs performances. C’est à ce titre que l’administration centrale a été dotée d’un observatoire national pour le service public dans le cadre des différentes mesures engagées par l’Etat pour l’amélioration du service public et rapprocher davantage le citoyen de l’administration. Cette mesure vise à poursuivre la performance et l’évaluation de l’efficacité de service public.

Lors des différents Conseils des ministres qu’il a présidés, le chef de l’Etat n’a eu de cesse d’insister sur la célérité avec laquelle les pouvoirs publics devaient répondre aux attentes de la population, notamment la jeunesse, par la construction d’une économie compétitive et diversifiée garantissant la pérennité du développement national et de la politique de justice sociale.