Disparition du petit Ramzi à Douaouda Marine: Une 5e personne arrêtée et la découverte de l’enfant à Chlef infondée

0
254

Un 5e individu suspecté d’être impliqué dans la disparition, mercredi dernier, à Douaouda Marine (Tipasa), du petit Ramzi dans des circonstances «obscures», a été arrêté par les services de la gendarmerie de Tipasa qui ont démenti la rumeur selon laquelle l’enfant aurait été retrouvé dans la wilaya de Chlef, a-t-on appris, hier, de source sécuritaire.

Les services de la gendarmerie de Douaouda ont procédé, dans le cadre de l’enquête judiciaire diligentée suite à une plainte faisant état de la disparation du petit Ramzi Boudjeri (8 ans), à l’arrestation d’un 5e individu suspecté d’être impliqué dans cette affaire avec 4 autres mis en cause présumés, précédemment arrêtés dans le cadre de cette enquête, a-t-on ajouté de même source. Le 5e mis en cause dans cette affaire serait le propriétaire du véhicule saisi, dans le cadre de l’enquête judiciaire, a précisé la même source, sans donner de plus amples informations afin de préserver le secret de l’enquête, tout en s’engageant, néanmoins, à faire le maximum pour retrouver l’enfant sain et sauf. La même source sécuritaire a, par ailleurs, démenti les informations relayées sur les réseaux sociaux, dont Facebook, notamment, dans la nuit de samedi à dimanche, selon lesquelles le petit Ramzi aurait été retrouvé dans la wilaya de Chlef, appelant, en outre, à éviter la diffusion de ce type d’informations erronées susceptibles de nuire à l’enquête et de faire du mal aux familles. L’information selon laquelle l’enfant aurait été retrouvé à Chlef, «est une rumeur sans fondement», a affirmé la même source. Parallèlement, les forces de la Gendarmerie nationale poursuivent leurs recherches pour la 4e journée consécutive, en mobilisant tous leurs moyens humains et techniques, dont les brigades canine et des plongeurs (pour la fouille des puits), tout en étendant le périmètre des recherches aux fermes et villes voisines de Douaouda Marine, a-t-on ajouté. Les enquêteurs, qui ont entamé leur enquête dès que le dispositif national d’alerte fut déclenché, ont également émis le signalement du petit Ramzi, soulignant qu’il était vêtu, lors de sa disparition, d’un survêtement gris et de chaussures noires. Il portait un sac à dos bleu. Le petit Ramzi, de corpulence chétive, les yeux marron et les cheveux noirs, n’est pas rentré chez lui à la ferme Morsli Abdelkader de Douaouda Marine (Tipasa) après sa sortie, mercredi à 14h30, de l’école Saouli-Rabah où il était scolarisé, en 3e année primaire. L’affaire de la disparition du petit Ramzi, qui a suscité un élan de sympathie et de solidarité dans la ville de Douaouda Marine et dans toute la wilaya de Tipasa, à travers le rassemblement de dizaines de citoyens devant la maison familiale, a été également relayée par les réseaux sociaux. Le petit Ramzi est issu d’une famille modeste, composée de ses deux parents et de deux frères.