Djellab : « Le local n’est pas une nécessité pour les jeunes porteurs  de projets »

0
370

 Les jeunes porteurs de projets voulant lancer une  activité, notamment dans les nouvelles technologies, n’ont pas besoin de  local de domiciliation pour obtenir un registre de commerce, a indiqué  dimanche à Alger le ministre du Commerce, Said Djellab.

Intervenant lors de la Journée d’information intitulée « Génie algérien »,  M. Djellab a fait savoir que les jeunes porteurs de projet pourraient  domicilier leur siège social auprès d’un commissaire aux comptes, d’un  expert-comptable, d’un avocat ou d’un notaire, ou encore dans la résidence  du représentant légal de la société pour une durée maximale de deux (2)  années renouvelables une fois. « Pour les personnes physiques, le domicile habituel est suffisant. Pour  les jeunes désirant créer une entreprise commerciale, ils peuvent avoir  comme adresse de domiciliation auprès d’un commissaire aux comptes, d’un  expert-comptable, d’un avocat ou d’un notaire », a-t-il affirmé. Cette disposition est comprise dans la loi relative à l’exercice des  activités commerciales depuis 2013. Par ailleurs, lors de cette Journée d’information, il a été annoncé la  participation officielle de l’Algérie à la prochaine édition de l’un des  plus importants salons internationaux dédiés aux nouvelles technologies,  « VivaTech Paris », du 16 au 18 mai 2019 dans la capitale française. L’Algérie bénéficiera, pour la première fois, d’un pavillon national lors  de cette manifestation. « L’Algérie aura cette année son pavillon pour exposer le génie algérien  dans le numérique et les services technologiques », a avancé le ministre, en  soulignant l’importance des services en termes d’exportation. Selon lui, le secteur numérique de l’Algérie a exporté pour plus de 50  millions de dollars en 2018. Dans ce sens, il a affirmé l’intérêt d’encadrer ce secteur et de le  promouvoir pour « démultiplier les exportations des services numériques et  de la matière grise ». A ce propos, il a soutenu que l’Algérie dispose de plusieurs atouts  permettant aux start-ups, PME et grands groupes de la filière numérique de  conquérir des parts de marchés à l’export grâce à la proximité géographique  avec l’Europe, troisième marché numérique mondial. « L’Algérie peut s’offrir une excellente plateforme pour développer des  partenariats à l’export » dans ce créneau, a-t-il affirmé. Intervenant au cours d’une vidéo projetée lors de cette Journée  d’information, l’ambassadeur d’Algérie en France, Abdelkader Mesdoua, a  indiqué que la participation algérienne au salon VivaTech Paris contribue à  soutenir la participation algérienne aux salons internationaux de façon  structurée et régulière « pour être à la hauteur de l’intérêt qu’accordent  les pouvoirs publics au secteur numérique ». « Les start-ups seront les ambassadeurs du génie et du savoir algériens à  l’occasion de cette prestigieuse opportunité », a-t-il estimé, faisant  savoir que les représentants nationaux au pavillon Algérie pourront nouer  des partenariats et collaborer avec l’élite algérienne établie à  l’étranger.

Moussa O