Djerad rassure les Algériens : «L’Etat ne vous abandonnera pas»

0
192

En dépit d’une crise financière aiguë engendrée par la propagation du coronavirus et ses répercussions sur la chute des prix du pétrole, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a tenu hier à rassurer les Algériens quant à la disponibilité de l’Etat à les assister et à les accompagner en cette conjoncture difficile.

En visite au centre hospitalier de Frantz-Fanon de Blida où il s’est enquis de la situation épidémiologique liée au coronavirus, le chef de l’exécutif a affirmé que l’Etat ne laissera aucun Algérien sans assistance dans la conjoncture que traverse l’Algérie. Djerad a assuré que grâce aux mécanismes de solidarité mis en place par l’Etat associés à l’élan spontané de solidarité des citoyens dans la wilaya de Blida et à travers l’ensemble du territoire national, aucun Algérien ne sera laissé sans assistance. Il a fait savoir, également, qu’en dépit de la situation financière difficile que connaît le pays en raison de la chute des cours du pétrole, l’Etat n’abandonnera aucune famille algérienne, où qu‘elle soit, dans les montagnes, dans les villes, dans les villages ou dans les régions sahariennes. Djerad a rappelé, dans ce cadre, la mise en place de mécanismes de solidarité avec des démembrements locaux, pour répondre aux besoins des familles confinées et prendre en charge les travailleurs journaliers, qui ne peuvent du fait du confinement percevoir des revenus. La conjugaison de nos efforts et notre union, nous permettra de faire face à cette crise sanitaire, a-t-il ajouté. Admettant l’existence d’une crise sanitaire, le Premier ministre a rassuré les citoyens quant à l’absence d’une quelconque crise alimentaire ou d’approvisionnement, assurant que le gouvernement avait pris toutes les dispositions en vue d’assurer un approvisionnement permanant et suffisant des marchés en différents produits agricoles et alimentaires. Rassurant encore les citoyens, Djerad a indiqué que l’Algérie est à l’abri de toute pénurie en denrées alimentaires, de même pour les moyens de production qui pourront répondre aux besoins nécessaires des citoyens à long-terme. L’Etat a prouvé qu’il était en mesure de garantir la disponibilité des produits alimentaires à tous les citoyens, a encore soutenu le Premier ministre.

Pour rappel, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune avait recommandé l’extrême degré de vigilance au sein des institutions et des différents services de l’Etat. Il avait instruit aussi les responsables de l’Etat et des institutions à tous les niveaux pour une meilleure coordination des efforts en cette conjoncture difficile que traverse le pays. À cet effet, une enveloppe supplémentaire de 100 millions de dollars avait été consacrée pour l’achat des différents produits pharmaceutiques et des équipements pour lutter contre le coronavirus. Le chef de l’Etat avait pris une série de décisions visant à endiguer la propagation de la pandémie et à appliquer les mesures d’isolement aux cas confirmés ou suspectés. Il s’agissait de la suspension de tous les moyens de transport en commun publics et privés à l’intérieur des villes et inter-wilayas ainsi que le trafic ferroviaire, la démobilisation de 50% des employés et le maintien des employés des services vitaux nécessaires, avec maintien des salaires et la démobilisation des femmes travailleuses ayant des enfants en bas âges. Les catégories concernées par la démobilisation seront définies, dans les deux cas, via un décret exécutif qui sera promulgué par le Premier ministre. le chef de l’Etat avait insisté, à nouveau, sur «le sens élevé de responsabilité dont tout un chacun devaitt faire preuve, notamment les médias, car la situation est maîtrisée et les capacités du pays, même si le stade III venait à être atteint, seraient renforcées par le recours aux moyens de l’Armée nationale populaire (ANP), capable d’apporter son aide à travers des hôpitaux de campagne, et des capacités humaines telles que les médecins, spécialistes, corps paramédical et ambulances» Tebboune avait ordonné également la fermeture temporaire des cafés et restaurants dans les grandes villes et la régulation du marché pour lutter contre les pénuries en assurant la disponibilité de tous les produits alimentaires de première nécessité. Il avait chargé, par la même occasion, le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire de guetter, en coordination avec les ministères du Commerce et de l’Agriculture, les spéculateurs tout de prenant les mesures nécessaires à leur encontre, dont la mise sous scellés de leurs entrepôts et locaux et leur signalement à travers les médias avant de les déférer à la justice. Aussi, il avait été décidé de doter l’actuelle Commission de vigilance et de suivi au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière d’un Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du coronavirus, composé d’éminents médecins spécialistes à travers tout le territoire national sous la supervision du ministre de la Santé, et dont la tâche consistera à suivre l’évolution de la pandémie et à en informer l’opinion publique quotidiennement et de manière régulière. L’épidémiologiste, le Pr Djamel Fourar, directeur général de la prévention au ministère de la santé, a été nommé porte-parole officiel de ce nouveau comité scientifique. Le Président Tebboune avait chargé, en outre, le ministère des Finances à l’effet de faciliter les mesures de dédouanement des produits alimentaires importés et d’accélérer les procédures bancaires y afférentes en fonction de la situation exceptionnelle que traverse le pays. À ce propos, le chef de l’Etat avait insisté, à nouveau, sur «le sens élevé de responsabilité dont tout un chacun doit faire preuve, notamment les médias, car la situation est maîtrisée et les capacités du pays, même si le stade III venait à être atteint, seraient renforcées par le recours aux moyens de l’Armée nationale populaire (ANP), capable d’apporter son aide à travers des hôpitaux de campagne et des capacités humaines telles que les médecins, spécialistes, corps paramédical et ambulances». Il avait tenu également à rassurer les citoyens en affirmant que les choses seront plus claires avant le 10 avril, une fois terminée la période de mise en quarantaine des derniers voyageurs algériens bloqués dans certains aéroports internationaux, lesquels seront rapatriés incessamment. Il avait appelé les Algériens à limiter leurs déplacements, même au sein de leurs quartiers, pour éviter la propagation de la pandémie et ordonné les services de sécurité de faire preuve de rigueur et de fermeté envers tout rassemblement ou marche attentant à la sécurité des citoyens. Le président de la République avait appelé à «ne pas s’adonner à la panique et à la peur, car la situation est sous contrôle sur les plans financiers et humains, grâce à la mobilisation de tous les secteurs de l’Etat, mais aussi à l’état d’alerte décrété au niveau des établissements hospitaliers et des frontières aériennes, terrestres et maritimes». Il a, par ailleurs, fustigé «les voix défaitistes qui s’élèvent ça et là pour propager, avec une insistance étrange, des fake news tendancieuses et de fausses informations dont les auteurs sont à la solde de clans haineux», mettant en garde contre «tout dépassement sous le couvert de la liberté d’expression». Il avait instruit, dans ce sens, les départements ministériels concernés à l’effet de «lutter quotidiennement contre les campagnes de désinformation, par la diffusion de données scientifiques de manière intégrale sur l’évolution de la propagation de la pandémie, en y associant des spécialistes et des experts dans l’opération de sensibilisation, afin de rassurer les citoyens et de les inciter à respecter les mesures de prévention». Auparavant, le président de la République, avait affirmé que la pandémie relevait de «la sécurité sanitaire nationale», ajoutant que l’Etat est pleinement conscient du caractère sensible de la conjoncture et soucieux du respect des libertés et des droits, et tout autant responsable de la protection des personnes et des biens. «L’Etat est responsable de la protection des personnes et des biens, y compris la protection sanitaire et la garantie des soins médicaux aux citoyens, considérant que la pandémie relève de la sécurité sanitaire nationale, même si cela impliquerait la restriction temporaire de certaines libertés, la vie humaine étant au-dessus de toute autre considération», avait-t-il souligné. «Cependant, l’Etat ne saurait, à lui seul, endiguer la propagation de cette pandémie, si le citoyen ne s’acquitte pas de son devoir de se protéger et ne se conforme pas scrupuleusement aux règles d’hygiène et aux mesures préventives, prises par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière en collaboration avec la Commission nationale présidée par le Premier ministre et regroupant tous les départements ministériels concernés et les services de sécurité», avait ajouté le président de la République. Parallèlement à cela, les appels au respect des règles de prévention, notamment en ce qui concerne le confinement, se multiplient aussi bien de la part du président de la République que du côté des personnalités, des institutions et des organisations nationales. Les campagnes de sensibilisation contre le coronavirus se poursuivent à travers les différentes wilayas du pays avec la participation de la société civile et ce, parallèlement à l’opération de désinfection des structures et installations publiques et privées. Les caravanes de prévention et de sensibilisation continuent ainsi de sillonner tout le pays pour inciter les citoyens à rester chez eux et à respecter les conditions de quarantaine, ainsi que les règles d’hygiène, en se lavant les mains régulièrement et en prévoyant une distanciation sociale d’un mètre entre eux, de même que d’éviter les rassemblements de plus de deux personnes. C’est le cas notamment de plusieurs associations et organisations nationales qui ont appelé les citoyens à contribuer avec les autorités locales aux opérations de service public, au vu du développement de la situation sur le coronavirus. Tout en insistant sur les mesures préventives nécessaires et en soulignant l’importance des opérations de sensibilisation et de prévention, tout comme les opérations de solidarité en direction des citoyens, ces organisations ont tenu à saluer les dernières décisions prises par les hautes autorités du pays pour faire face au coronavirus et exprimé leur appui aux décisions du Haut conseil de sécurité présidé par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune qui s’inscrivent dans le cadre de la préservation de la santé des citoyens pour réduire la propagation de la pandémie.

  1. Benslimane