Droits TV:   Vers un championnat sans les caméras

0
138

 

Temps dur encore pour les clubs dits ‘’professionnels’’ en Algérie vu que leur situation financière va de mal en pis.

Même les espoirs placés par ces clubs sur l’argent des droits TV émanant de l’EPTV sont en train de fondre comme neige sur soleil. Et pour cause, la direction de l’EPTV ne s’est toujours pas acquitté de ses dettes envers la LFP, une attitude ayant mis l’instance que préside Abdelkrim Medouar dans tous ses états. Selon Medouar d’ailleurs, l’EPTV n’a pas encore honoré ses engagements et cela depuis la saison 2017-2018. La quatrième tranche de cette saison n’a jusque-là pas été versée sur les comptes de la LFP. Aucun centime n’a été également versé au profit de la LFP pendant la saison 2018-2019. Il se trouve que jusque-là aussi aucune explication n’a été donnée par les responsables de l’EPTV à la LFP, déplore encore Medouar, précisant que toutes les tentatives en direction de cette entreprise pour discuter de ce grand retard accusé dans ce dossier ont été vouées à l’échec. «Nous les avons sollicité à maintes reprises afin de faire des réunions avec le PDG, mais il n’y jamais eu de retour. Ils ont même vendu les matchs à une chaîne étrangère sans nous consulter et sans avoir signé la convention, et on n’a rien dit. Et le jour où on a parlé, le PDG qui ne s’était jamais manifesté est sorti de réserve comme par hasard lorsque la LFP a réagi. Donc on est en train de penser à lancer un avis d’appel d’offres pour la saison 2019-2020», a-t-il expliqué. En attendant, la LFP a fait déjà un effort, et ce, en débloquant les arriérés des clubs de L1 et L2 de la saison 2017-2018 à partir de son budget, ainsi qu’une avance de la saison 2018-2019, en attendant de restituer l’argent en question une fois l’EPTV honore ses engagements. Face à cette situation, certains présidents de club sont montés au créneau pour réclamer l’assainissement de la situation avec l’EPTV. Certaines voix s’élèvent même pour appeler à interdire l’accès des caméras de la télévision nationale dans les stades. Se dirige-t-on alors vers un championnat sans télévision ? Une chose est sûre : les chaines privées sur lesquelles table Medouar pour racheter les droits de retransmission du championnat ne devront pas se bousculer devant le portillon. Tout le monde connait d’ailleurs leur situation dans ce registre.

Bessa N