Du pétrole et des armes

    0
    306

    Ce qui se passe au Yémen devrait interpeler l’opinion mondiale sur un drame humanitaire sur fond de règlement de comptes. Ce n’est pas le cas et la population continue de se faire massacrer dans l’indifférence totale.  Au départ, l’Arabie saoudite qui s’était mise en tête de mater la rébellion des houtis de confession chiite, opposés au président actuel. Mais comme dans toute guerre, il y a ce qu’on appelle les victimes collatérales, il se trouve justement que c’est le peuple seul qui trinque, alors que les houtis s’en sortent et narguent leurs agresseurs. Résultat: 10.000 morts, une grosse épidémie de choléra, des populations fuyant leur domicile et la famine qui s’installe durablement. Et c’est toute une coalition de pays arabes sous la houlette de l’Arabie saoudite, qui s’acharne sur un des pays les plus pauvres de la planète. Avec l’armement lourd payé en pétrodollars  aux marchands de la mort qui se frottent les mains du climat des bonnes affaires. Tant que les conflits meurtriers perdurent dans la région, le chiffre d’affaires des usines d’armement françaises et nord-américaines principales pourvoyeuses des clients arabes, se porte à merveille. C’est l’objectif des puissances occidentales que d’entretenir des guerres pour la croissance de leurs économies basées essentiellement sur l’armement et les hydrocarbures. Et comme l’un ne va pas sans l’autre, on comprend mieux pourquoi les conflits ont lieu dans des pays pétroliers. N’eussent été les complicités félonnes des pays arabes dont l’Arabie saoudite et le Qatar, le conflit syrien aurait connu son épilogue depuis longtemps. D’ailleurs la dislocation de l’Irak et plus tard, de la Libye, vient de livrer ses secrets en dévoilant les mensonges grossiers et en pointant du doigt les responsables du chaos : les cartels pétroliers et leur porte-parole (porte-flingues) qui ont pour nom Bush père et fils, Blair, Sarkozy…C’est pour quand leur procès?