Ecole  supérieure de la sécurité sociale – 100 étudiants rejoignent l’ESSS pour l’obtention d’un Master en protection sociale

0
512

Cent (100) étudiants ont rejoint jeudi, l’Ecole  supérieure de la sécurité sociale (ESSS), au titre de l’année 2018-2019,  dans le but d’obtenir un Master dans 4 spécialités de formation supérieure  relatives au domaine de la protection sociale, à savoir: la spécialité  juridique, la gestion stratégique et la gestion informatique.

Présidant la cérémonie de lancement officiel de l’année scolaire de cette  école, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, Mourad Zemali a affirmé que cet établissement scientifique avait pour  objectifs « la consolidation des connaissances et des capacités  fondamentales, afin de garantir le bon fonctionnement du système de la  sécurité sociale, selon les normes de l’Organisation internationale du travail (OIT) et le développement de l’échange d’expériences en matière de  sécurité sociale au double plans régional et international ».  Outre la formation en Master, M. Zemali a précisé que l’ESSS œuvrait à  « développer la formation continue dans le domaine de la protection sociale,  pour assurer la qualification de la ressource humaine », contribuant ainsi à  « la promotion continue du système de la sécurité sociale », ajoutant que  cette école a été placée « en cotutelle pédagogique » du ministère du Travail  et de celui de l`Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Devenue « un pôle de formation et de spécialisation dans le domaine de la  sécurité sociale et de sa modernisation tant au niveau national que  régional », le ministre a indiqué que l’ESSS a vu « la sortie de trois  promotions composées de 221 étudiants d’Algérie et de différents pays  africains », rappelant que la concrétisation de cet édifice scientifique  intervient « conformément aux instructions du président de la République Abdelaziz Bouteflika ».  Le ministre a rappelé les conventions bilatérales de coopération, conclues entre l’ESSS et les établissements de sécurité sociale de Mauritanie, Mali,  Niger, Cameroun, Tunisie et Sénégal.  Le directeur de la formation supérieure au ministère de l’Enseignement  supérieur et de la Recherche scientifique, Boukezzata Djamel, a évoqué dans  son intervention, un projet de décret fixant les conditions et modalités  d’exercice de la tutelle pédagogique sur les établissements de formation  supérieure relevant d’autres départements ministériels qui « paraitra  prochainement dans le journal officiel ». Ce projet intervient, a-t-il  précisé, pour actualiser les dispositions du décret 83-363, promulgué le 28  mai 1983, et ce conformément aux développements et nouveaux critères du  secteur de l’Enseignement supérieur. Le responsable a fait savoir que six (06) secteurs dont les ministères du  Travail, de la Culture et du Tourisme disposaient d’écoles ou d’instituts  nationaux supérieurs soumis à la tutelle pédagogique du ministère de  l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, précisant que la  tutelle pédagogique constituait un « accompagnement » de toutes ces écoles  pour garantir la cohésion du système de l’enseignement supérieur en  Algérie.

N.I