Économie circulaire: Le secteur privé peut contribuer à la création de près de 100 000 emplois

0
217

Le Directeur général de l’environnement et du développement durable auprès du ministère de l’Environnement et des Énergies renouvelables, Nouar Laïb a assuré, hier, à Alger, que «le renforcement du rôle du secteur privé dans le domaine de la valorisation et du recyclage des déchets peut contribuer à la création de près de 100 000 emplois à l’horizon 2035.»

«Les emplois liés à la valorisation des déchets seront plus importants de par leur nombre que ceux qui seront liés à l’enfouissement de ces déchets et seront créés par le secteur privé qui jouera un rôle majeur dans la valorisation de ces déchets», a indiqué  Nouar Laïb lors d’une présentation liée à la valorisation et le recyclage des déchets en Algérie, à l’occasion de l’inauguration du projet FILREC portant sur le même sujet.

Il a, cependant, relevé que «la participation du secteur privé dans le marché de la gestion des déchets est encore très timide voire limitée» ajoutant qu’il devient vital, aujourd’hui, que le secteur privé joue un rôle important dans la valorisation des déchets et ce, dans le but d’instaurer une économie circulaire. Il a indiqué dans ce contexte que le «système de gestion des déchets actuel demeure déséquilibré financièrement» avec un déficit annuel de 36,3 milliards de dinars, ajoutant que les coûts de gestion (dépenses et investissements) représenteront 38,6 milliards de dinars par an alors que les recettes ne sont que de 2,6 milliards de dinars. Il a rappelé dans le même contexte que le développement socio-économique et l’accroissement démographique qu’a connu l’Algérie durant les dernières décennies ont induit non seulement une augmentation de la quantité des déchets, mais aussi,  une évolution assez complexe de leur qualité ajoutant que leur élimination, sans impact sur la santé des citoyens et l’environnement constitue l’une des préoccupations majeures des pouvoirs publics. «Le traitement écologique rationnel des déchets et la sensibilisation des citoyens sur les risques que représentent les déchets et leurs impacts sur la santé et l’environnement ainsi que la promotion des métiers et des services liés à la gestion des déchets figurent parmi les points essentiels pour l’instauration d’une économie circulaire», a souligné le responsable.

Yasmina Derbal