Education nationale: «95% des cantines ouvertes depuis le 23 septembre», affirme Benghabrit

0
559

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit, l’a rappelé, ce mercredi, à Alger, «95% des cantines scolaires avaient ouvert leurs portes aux élèves, le 23 septembre», ajoutant que «l’Etat avait mobilisé d’importantes ressources financières pour améliorer les conditions de solarisation des élèves, notamment pour le cycle primaire».

Répondant à une question d’un député de l’Assemblée populaire nationale (APN), lors d’une séance plénière consacrée aux questions orales, la ministre a précisé que 95% des cantines scolaires avaient ouvert leurs portes aux élèves, le 23 septembre et 80% d’entre elles servaient des repas chauds. Après avoir souligné que la gestion des cantines relevait principalement des communes et ce, depuis l‘indépendance, elle a indiqué que «les affectations consacrées par l’Etat pour la gestion des cantines scolaires sont inscrites dans le budget de gestion du ministère en charge des collectivités locales, étant la partie en charge juridiquement, de la gestion des cantines scolaires».

Dans le cas où les ressources sont insuffisantes, «la communes bénéficie d’aides et d’affectations de gestion de la part l’Etat», a-t-elle ajouté. Indiquant, à cette occasion, que le rôle du secteur de l’Education nationale en matière d’alimentation scolaire, réside en la détermination des différents besoins de la cantine scolaire, à veiller au respect des règles de l’Education sanitaire et alimentaire, l’application du programme hebdomadaire des repas alimentaires, ainsi que la proposition d’une liste des élèves bénéficiaires, la ministre a fait savoir que son secteur travaillait en coordination avec les Collectivités locales.

Concernant le tarif du repas, la ministre a affirmé qu’il était fixé «en vertu d’un arrêté interministériel du ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, du ministère des Finances et celui de l’Education nationale». Benghabrit a rappelé qu’à l’occasion de la rentrée scolaire 2018-2019, «des ressources financières considérables ont été dégagées pour l’amélioration des conditions de scolarisation des élèves, notamment dans le cycle primaire, d’autant plus que le ministère de l’Intérieur a consacré une importante enveloppe budgétaire (76 milliards de dinars) à la gestion des écoles, destinée à l’équipement des écoles en appareils de chauffage, de climatiseurs, en cantines scolaires, en transport scolaire, en sus des opérations de formation et de recrutement massif de travailleurs et d’agents (45 000), dont des cuisiniers. «Les écoles primaires ne disposant pas de cantines scolaires peuvent bénéficier, en vertu du décret exécutif publié en 2018 fixant les dispositions applicables aux cantines scolaires, des prestations d’une cantine scolaire centrale», a ajoute la ministre.

Benghabrit réaffirme la poursuite des efforts pour pallier la surcharge des classes

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit, a réitéré, jeudi, à Alger, l’engagement de son secteur à poursuivre «les efforts afin de pallier la question de la surcharge des classes que connaissent certains établissements scolaires notamment à Alger-Est». En réponse à une question à l’APN lors d’une séance plénière, présidée par Saïd Bouhadja, et consacrée aux questions orales, la première responsable du secteur de l’Education nationale a précisé que son département «poursuivait ses efforts en vue de pallier la question de la surcharge enregistrée au sein de certains établissements scolaires notamment à Alger-Est». Cette question, a-t-elle poursuivi, revêt «un intérêt particulier et fait l’objetr d’un suivi quotidien», ajoutant que «nous avons toujours reconnu l’existence de ce problème, notamment à Alger-Est. Nous suivons la situation avec intérêt, et avons effectué avec les autorités concernées, des visites de terrain dans différentes régions connaissant une surcharge afin d’examiner toutes les solutions possibles».

Par ailleurs, Benghabrit a fait état des éléments essentiels à l’origine de ce phénomène, outre la croissance démographique et les opérations de déménagement et de relogement enregistrées à l’est d’Alger, le retard accusé quant à la réception de nouvelles structures. A ce propos, la ministre a passé en revue l’ensemble des projets relatifs à l’édification des établissements scolaires à Alger-Est, notamment au niveau de la circonscription de Baraki, et plus précisément dans la commune des Eucalyptus. S’agissant de l’encadrement pédagogique, Benghabrit a souligné «la prise en charge de toutes les défaillances enregistrées», indiquant que «le taux d’encadrement a atteint 100% pour tous les cycles d’enseignement à Alger-Est». Quant aux vendeurs ambulants installés aux abords de certaines écoles dans cette région, la ministre a fait remarquer que «le secteur de l’Education nationale œuvre, en coordination avec les autorités concernées et les parents d’élèves afin d’éradiquer ce phénomène».