Education Nationale: Le ministère et le Cnapeste parviennent à un accord

0
1960
Photo Fatah Guidoum@L'Echo d'Algérie

Le ministère de l’Education nationale et le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’Education (CNAPESTE) sont parvenus dimanche à l’issue de leur réunion, à un accord sur l’une des revendications du syndicat.

A l’issue de cette réunion tenue à huis clos, le coordonnateur national du CNAPESTE Salim Oualha , a indiqué que cet accord concerne la mise en place d’une commission commune chargée de trouver les modalités de promotion aux grades nouvellement créés, à savoir enseignant principal et enseignant formateur.

La commission œuvrera, selon les explications du coordonateur, « à définir les quotas de  promotion aux grades dans les trois cycles d’enseignement (primaire, moyen et secondaire) » en sus du concours de promotion devant être organisé au courant de l’année 2018. Notons que les  travaux de cette commission devront débuter le 7 mars et prendre fin le 31.

Le dialogue reste encore ouvert car, notera le coordonateur, d’autres revendications sont restées en suspens. Et parmi elles figure, la réintégration de « 436 enseignants grévistes radiés ». Le syndicat demande leur réintégration directe sans passer par un recours. Le ministère n’est pas du même avis. Nouria Benghebrit avait informé que les enseignants radiés etaient tenus de faire un recours « individuel ».

Alors que le syndicat relève la présence de points en suspens, le ministère de son côté estime que tout a été discuté. Selon le chef de cabinet au ministère de l’Education nationale, Abdelouahab Guellil, la rencontre a permis de  débattre de « tous les points soulevés par le CNAPESTE », ajoutant que « la majorité de ces points ont fait l’objet d’un consensus ».

Le ministère reste disposé, a-t-il dit, « à appliquer les lois de la République et à maintenir le dialogue ouvert, en vue de trouver des réponses aux problèmes soulevés ».

Pour rappel, les revendications du CNAPESTE portent, notamment sur la prise en charge de certains cas relatifs aux postes en voie de disparition (enseignants d’écoles primaires, enseignants de l’enseignement technique secondaire et laborantins), notamment en leur assurant une formation jusqu’à leur prise en charge totale. Le CNAPESTE revendique également l’installation officielle des structures de la médecine de travail, d’une formule de logement adaptée aux enseignants, de la comptabilisation des années d’étude effectuées au niveau des Ecoles normales supérieures (ENS) au sein de la carrière professionnelle et de la retraite, de l’inventaire des biens des œuvres sociales et du droit à la prime d’excellence et à celle du Sud calculées sur la base de l’actuelle grille des salaires.