Election présidentielle du 12 décembre: Cinq candidats retenus

0
36

Ils seront cinq candidats sur le point de départ pour la course à la magistrature suprême du pays le 12 décembre prochain qui ont été retenus par l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE).

Lors de la conférence de presse qu’il a animée hier, le président de l’ANIE, Mohamed Charfi a indiqué que la liste des candidats retenus au poste de président de la République a été établie après l’opération de vérification des dossiers de candidatures effectuée par l’Instance durant une semaine. Les postulants remplissant conditions requises pour la candidature à la présidence de la République sont: le candidat du Rassemblement national démocratique (RND), son Secrétaire général par intérim Azzedine Mihoubi, le candidat du Mouvement El-Bina, son président Abdelkader Bengrina, l’ancien Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, le candidat du parti Talaie El Houriyet, son président Ali Benflis, et le candidat du Front Al-Moustakbel, son président Abdelaziz Belaid. Ce sont là les postulants dont les dossiers de candidature à la présidence de la République ont rempli toutes les conditions requises au terme de l’opération d’étude et de vérification des dossiers, a-t-il ajouté. Sur un total de 143 postulants ayant procédé au retrait des formulaires de souscription des signatures individuelles, seuls 23 ont déposé, samedi passé avant minuit, leurs dossiers de candidature au niveau de l’ANIE. Selon l’article 141 de la loi organique relative au régime électoral, l’ANIE est appelée à «statuer sur la validité des candidature à la Présidence de la République par décision dûment motivée dans un délai de 7 jours, à compter de la date de dépôt de la déclaration de candidature. la décision de l’ANIE est immédiatement notifiée à l’intéressé». En cas de rejet, le concerné peut éventuellement introduire un recours auprès du Conseil Constitutionnel, et ce, dans les 48 heures qui suivent l’heure de la notification. L’ANIE transmet, également, au Conseil Constitutionnel ses décisions relatives aux candidatures accompagnées des dossiers des candidats dans un délai n’excédant pas 24h à compter de la date de l’annonce de ses décisions. Le Conseil constitutionnel devra valider, par décision, la liste définitive des candidats à l’élection du Président de la République, y compris les recours dans un délai de 7 jours à partir de la date de transmission de la dernière décisions de l’ANIE. Il publiera également cette liste au journal officiel. Dans le cadre de l’examen des dossiers des postulants à la prochaine présidentielle déposés à son niveau, l’ANIE a procédé à l’installation de 10 commissions ad hoc chargées de l’examen de ces dossiers et de la vérification de la véracité des informations fournies. En prévision du prochain scrutin présidentiel duquel l’élément féminin sera absent, le secrétaire général par intérim du Rassemblement national démocratique (RND), Azzedine Mihoubi, le président du Mouvement El Bina, Abdelkader Bengrina, le président du parti Talaie El Houriyet, Ali Benflis, le président du parti du Rassemblement algérien (RA), Ali Zeghdoud, le président du Front Al Moustakbel, Abdelaziz Belaïd, le président du parti «Errafah», Mourad Arroudj, Habirat Abderrezak, l’ancien Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, et l’enseignant universitaire Abbas Djamel ont déposé leurs dossiers de candidature au siège de l’ANIE au Palais des Nations (Club des Pins). La liste des candidats comprend également le secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine (ANR), Belkacem Sahli, le président du Front de la bonne gouvernance, Belhadi Aissa, le président du parti de l’Union nationale et du développement, Mohamed Dif, le journaliste Slimane Bekhlili, l’économiste Farès Mesdour, le président du réseau Nada pour la protection de l’enfance, Abderrahmane Arar, l’avocat Nadjeh Abdelmounim, Abdelhakim Hemadi, Kherchi Neoui, Ali Sekouri, Mohamed Bouaouina, Belabbes Layadi et Raouf Aieb. La loi relative au régime électoral prévoit des conditions pour les candidats à la présidence de la République. Celles-ci sont énoncées dans l’article 87 de la Constitution qui renvoie à d’autres conditions contenues dans la loi organique 16-10 relative au régime électoral, modifiée et complétée par la loi organique 19-08 L’article 139 de cette loi exige le dépôt, par le candidat lui-même, d’une déclaration de candidature à la présidence de la République auprès de l’ANIE contre accusé de réception. Cette déclaration doit contenir le nom et prénom, la signature, la profession et l’adresse du candidat, et être jointe d’un dossier constitué des pièces citées à l’article susmentionné, selon l’article 142 de la même loi qui stipule que le candidat «doit présenter en même temps les formulaires de souscription des signatures individuelles légalisées par un officier public». Le candidat à la présidentielle doit, selon cette loi, présenter une liste comportant 50 000 signatures individuelles, au moins, d’électeurs inscrits sur une liste électorale. Ces signatures doivent être recueillies à travers au moins 25 wilayas. Le nombre minimal des signatures exigées pour chacune des wilayas ne saurait être inférieur à 1200. La nouvelle loi fait obligation au candidat à la présidence de la République de joindre au dossier de candidature un diplôme universitaire ou un diplôme équivalent et de déposer lui-même son dossier de candidature auprès de l’ANIE.

  1. Benslimane