Elle aura lieu au siège de l’ANIE: Conférence sur le rôle de la société civile dans l’échéance présidentielle du 12 décembre

0
64
Siège de l'Autorité nationale indépendante des élections, Club-des-Pins.

Une conférence sur le rôle de la société civile dans l’échéance présidentielle du 12 décembre 2019  regroupant les responsables de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), des représentants de la société civile et des experts, se tient aujourd’hui au siège de l’Autorité à Club des Pins.

Cette conférence abordera le rôle de la société civile dans l’organisation et le contrôle de l’élection présidentielle qui requiert la conjugaison des efforts de tout un chacun en vue de s’acquitter de cette tâche. D’autre part, la campagne électorale pour l’élection présidentielle du 12 décembre se déroule dans «des conditions normales» et aucun dépassement n’a été enregistré, a indiqué le membre de l’ANIE, Rachid Berdane, ajoutant que les saisines reçues par l’ANIE «ont été traitées dans l’immédiat». S’exprimant lors d’une conférence de presse consacrée à l’évaluation des deux premières semaines de la campagne électorale au titre du prochain scrutin,  Berdane a affirmé que la campagne électorale, qui entame sa 3e semaine, se déroule dans «des conditions normales», soulignant que «plusieurs parties misaient sur des incidents qui n’ont pas eu lieu». «Les candidats présentent leurs programmes à travers toutes les wilayas de manière normale. Ils dialoguent même avec les boycotteurs», a-t-il poursuivi, considérant que «c’est là un point positif à mettre en avant». Concernant les opinions opposées, le membre de l’ANIE a relevé l’importance de respecter les avis de tout un chacun, soulignant que «grâce à la campagne, plusieurs citoyens sont convaincus de l’importance des élections», ajoutant que «les boycotteurs ont le droit de s’opposer pacifiquement dans le cadre de la loi». «Le régime électoral dans son volet pénal ainsi que le code pénal exposent toute personne ayant commis un acte à caractère pénal à des peines», a rappelé Berdane. S’agissant des saisines reçues par l’ANIE depuis le début de la campagne, Berdane a fait savoir qu’«elles ont été traitées dans l’immédiat», soulignant que l’Autorité est intervenue dans certains cas, se contentant d’adresser des messages et avertissements aux parties concernées dans d’autres cas». En réponse à une question relative aux agissements de certains citoyens refusant la prochaine élection présidentielle dans la wilaya de Tizi-Ouzou, Berdane a affirmé que «l’ANIE n’impose guère une position unique et reconnaît, de ce fait, l’existence des positions opposantes à cette échéance électorale car étant des positions positives au regard de la pratique démocratique». A ce titre, il a souligné qu’il était «inacceptable de recourir à la violence, et qu’il ne faudra pas tolérer ces comportements ou dérapages, car le code pénal est là pour la protection de la société et des élections qui façonnent, à leur tour, le destin de cette société». Dans le même sillage, il a fait savoir que «les enquêtes sont en cours dans ce sens et que ces personnes ne représentent qu’eux-mêmes» et non pas les habitants de la région, indiquant que «ceux qui recourent à de tels actes seront poursuivis en justice». «L’ANIE n’impose guère une position unique et reconnaît, de ce fait, l’existence des positions opposantes à cette échéance électorale car étant des positions positives au regard de la pratique démocratique». Le même interlocuteur a appelé, par ailleurs, à «ne pas amplifier ces évènements et à prendre en considération la sensibilité de la région». Revenant sur les débats télévisés prévus entre les candidats, Berdane a fait savoir que «les préparatifs sont en cours pour les organiser dans les jours à venir, avant la fin de la campagne électorale», ajoutant que ces débats permettraient aux citoyens de connaître de plus près les programmes électoraux de chaque candidat. «Pour rappel, les cinq candidats ont été soumis à une charte d’éthique des pratiques électorales, élaborée par l’ANIE et qui énonce les principes directeurs et les pratiques particulières qui forment le cadre du comportement moral attendu des acteurs et personnes participant au processus électoral. Elle est fondée sur «le respect profond et durable du processus démocratique et sur l’observation des lois et textes subséquents qui codifient les règles des élections et des campagnes électorales» et stipule que «le comportement moral relatif au processus électoral entend le respect des principes démocratiques de base à travers le libre exercice des droits démocratiques sans intimidation, notamment le droit de se porter candidat, le droit de vote, le caractère secret du vote, la transparence du financement des campagnes électorales ainsi que l’indépendance et la neutralité de l’institution en charge des élections et des services qui en dépendent». La charte note également que «tous les acteurs participant au processus électoral doivent accepter la responsabilité d’agir de façon à maintenir et à renforcer la confiance du citoyen par rapport à l’intégrité et la transparence du processus électoral». Elle cite, par ailleurs, 10 principes généraux, dont la souscription de tous les acteurs participant au processus électoral aux principes d’élections libres et équitables et au respect des lois électorales. Il s’agit aussi pour tous les acteurs participant au processus électoral de s’efforcer à renforcer la confiance du citoyen dans le processus électoral, défendre les droits démocratiques des Algériens, respecter les principes et les règles de déontologie formulées dans la charte et veiller à s’y conformer. «La charte note, également, que tous les acteurs participant au processus électoral doivent accepter la responsabilité d’agir de façon à maintenir et à renforcer la confiance du citoyen par rapport à l’intégrité et la transparence du processus électoral». Les acteurs participant au processus électoral observeront la législation et la réglementation en vigueur régissant le processus électoral et promeuvent le respect de celles-ci et consacreront tous les efforts nécessaires pour que le vote soit administré convenablement et équitablement et que son caractère secret soit assuré, est-il relevé. La charte stipule, en outre, que les membres de l’ANIE ainsi que ses démembrements et services administratifs qui en relèvent s’engagent «à s’astreindre au respect du principe de neutralité, d’impartialité et de traitement équitable des candidats aux élections et s’interdire tout comportement ou action susceptibles d’altérer ces principes». Il s’agit aussi pour tous les acteurs participant au processus électoral de s’efforcer à renforcer la confiance du citoyen dans le processus électoral, défendre les droits démocratiques des Algériens, respecter les principes et les règles de déontologie formulées dans la charte et veiller à s’y conformer Le ministère de la Défense nationale (MDN) avait indiqué avoir pris toutes les dispositions sécuritaires nécessaires pour le bon déroulement de la présidentielle du 12 décembre. Le haut commandement de l’ANP «a accompagné le mouvement populaire et affiché son soutien aux revendications légitimes des citoyens pour la concrétisation des changements voulus, et la réalisation de l’objectif principal consistant en l’organisation d’une élection présidentielle dans le cadre de la légitimité constitutionnelle, et le respect des institutions de l’Etat et rendre l’espoir aux Algériens pour un meilleur avenir, comme espéré par nos valeureux martyrs». Et pour permettre aux citoyens et aux candidats de se déplacer et de s’exprimer «dans un climat de quiétude et de sécurité» à travers tout le territoire national, et à la veille de la campagne électorale, le haut commandement de l’ANP a donné d’«amples instructions et les orientations nécessaires» à tous les Forces et les services de sécurité concernés pour garantir les conditions adéquates et permettre au peuple algérien de «participer massivement à la campagne électorale et au prochain scrutin présidentiel en toute liberté et transparence». A cette occasion, le haut commandement de l’ANP «exhorte tous les citoyens jaloux de leur pays à participer activement au côtés des Forces de l’Armée nationale populaire et des services de sécurité qui sont mobilisés jour et nuit et avec une grande vigilance, disposés et disponibles, à assurer la réussite de ce rendez-vous crucial pour l’avenir du pays et relever le défis pour renforcer et consolider la place et l’image de l’Algérie».

  1. Benslimane