Emploi et Sécurité sociale : Zemali affirme que l’Algérie est  un Etat social par excellence

0
314
Photo : New-Press

 Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la  Sécurité sociale, Mourad Zemali, a affirmé, hier  que l’Algérie était  « un Etat social par excellence », comme l’illustrent les transferts sociaux  prévus par la loi de finances 2019, et s’élevant à 1.763 Mds Da, soit 21%  du budget global de l’Etat.

Intervenant lors des travaux du 3ème Congrès de la Fédération nationale  des travailleurs de la Sécurité sociale (FNTSS) affiliée à l’Union générale  des travailleurs algériens (UGTA), M. Zemali a indiqué que « le système  national de sécurité sociale est fondé sur la solidarité entre les membres  de la même génération et entre les générations et fonctionne suivant un  mécanisme de distribution et de partage de charges » ajoutant qu’il « couvre  également toutes les branches prévues dans les conventions internationales  y afférents ». Le système de sécurité sociale garantit actuellement « une large couverture  sociale au profit de plus de 39 millions de citoyens, et d’autres  catégories, à savoir, les personnes démunies et aux besoins spécifiques et  ce grâce à la contribution de l’Etat ce qui permet à plus 3,2 personnes de  bénéficier de la retraite », a-t-il fait savoir. Par ailleurs, le ministre a appelé à « maintenir le cap et à multiplier les  efforts afin de renforcer le système de sécurité sociale et faire face aux  défis », soulignant, dans ce sens, que le système national de sécurité  sociale et de retraite « connaît des difficultés financières liées, a-t-il  dit, à plusieurs facteurs socioéconomiques, démographiques et normatifs  résultant notamment de la générosité même de ce système ». Pour M. Zemali, « le déséquilibre financier du système national de la  sécurité sociale est dû au déficit important et croissant de la branche  retraite, laquelle n’a de cesse focalisé toute l’attention du Gouvernement  qui a soumis ce dossier sensible au débat dans le cadre de la Tripartite ».  Plaidant pour « des mesures, des dispositions et des efforts en vue de  rationaliser les dépenses et élargir et diversifier l’assiette des  cotisations tout en veillant à une amélioration des prestations », le  ministre a mis l’accent sur l’importance du dialogue social comme solution  démocratique optimale pour réussir l’équation du développement et de la  justice sociale ».  Pour sa part, la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille  et de la Condition de la femme, Ghania Eddalia, a mis en avant « la  nécessité de promouvoir le dialogue social, qui a de tout temps figuré  parmi les priorités du Président de la République M. Abdelaziz Bouteflika ».  Affirmant que « l’action syndicale est un droit garanti par la Loi »,  Mme Eddalia a exhorté les syndicats à « s’armer des lois qui protègent et  consacrent le droit du travailleur ».  De son côté, le Secrétaire général de la Centrale syndicale,  Abdelmadjid Sidi Saïd a évoqué « l’importance du dialogue social et de la  solidarité entre les travailleurs dans la concrétisation de la stabilité »,  appelant les travailleurs à « dépasser les difficultés et à adopter le  dialogue pour le traitement des différentes questions posées ».  Rappelant les acquis obtenus par les travailleurs et les retraités  grâce à la politique judicieuse du président de la République M. Abdelaziz  Bouteflika », il a précisé que le soutien de l’UGTA au Président de la République « est basé sur des réalités concrètes pour la préservation de la  paix et de la stabilité sociale ».

Houda H