En application aux instructions du chef de l’Etat : Bedoui insiste sur le rôle des collectivités locales dans le développement durable

0
729

Intervenant jeudi dernier lors d’une cérémonie de signature de conventions de financement commun entre le ministère de l’Energie et les représentants des communes, le e ministre de l’Intérieur, des collectivités locales et de l’aménagement du territoire, Noureddine Bedoui a insisté sur le rôle que doivent jouer les responsables au niveau des collectivités locales pour promouvoir le développement durable auquel aspirent les citoyens et ce, conformément aux instructions données en ce sens par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Bedoui a fait état de la mise en place d’une feuille de route pour la création d’un nouveau modèle de consommation de l’énergie dans les structures et les biens publics au niveau local, assurant que ce modèle contribuera à la réduction des moyennes de consommation et la protection de l’environnement, tout en encourageant la création d’un tissu de micro-entreprises activant dans ce domaine. A ce propos, le ministre a précisé que cette feuille de route reposait sur la définition d’un programme d’investissement en faveur des collectivités locales, en vigueur depuis le deuxième semestre 2018 et s’étalera jusqu’à 2020. Bénéficiant d’une enveloppe de plus de 40 milliards DA, le programme a pour objectif d’intégrer les énergies renouvelables au niveau des biens communaux, et ce en dotant 1.541 écoles primaires par l’électricité produite par l’énergie solaire soit une moyenne d’une (01) école primaire par commune à l’horizon 2020.Le ministre a rappelé la réception et la réalisation de 80 écoles, au niveau national, dotées d’énergie solaires au titre de l’année en cours. Ces projets revêtent, a-t-il poursuivi, « un caractère aussi bien écologique qu’économique permettant de souffler aux esprits des enfants scolarisés le sens de sensibilisation à l’importance des énergies renouvelables afin de transmettre cette culture et cet engagement écologique à leurs familles ». Dans ce contexte, le ministère a adressé des instructions pour la généralisation de l’éclairage public alimenté par les panneaux solaires notamment dans les wilayas du sud, des hauts plateaux ainsi que les régions lointaines ne bénéficiant pas encore du réseau national d’électricité. Environ 100.000 poteaux d’éclairage public comptant sur des panneaux solaires seront réalisés à l’horizon 2020, a précisé le ministre, faisant état de « l’autonomie » que procureront ces panneaux dans l’alimentation en énergie « propre » sans avoir à payer ainsi aucune facture d’électricité. Par ailleurs, M. Bedoui a affirmé que plus de 148 mosquées seront alimentées en panneaux solaires, grâce à ce programme ternaire, avec la programmation de généralisation de cette initiative progressivement vers d’autres mosquées ». Le secteur œuvre également, dans le cadre de ce programme d’investissement, à poursuivre les travaux des grandes réalisations en matière d’alimentation en électricité en annexant au réseau national certaines régions éloignées situées notamment dans le grand sud, les hauts plateaux ou dans les zones frontalières.

Une alimentation en électricité qui concernera environ 25.000 foyers à l’horizon 2020. Abordant l’importance de ce programme pour toutes les wilayas et principalement les wilayas du Sud et les wilayas déléguées, le ministre de l’Intérieur a précisé que « le défi des énergies renouvelables s’avère aujourd’hui une nécessité et est loin d’être un choix, d’autant que ces régions bénéficient d’une énergie solaire importante, dans une ère où les technologies utilisées dans cette source ont nettement évolué et sont devenues plus efficaces et moins consommatrices en termes de coûts d’investissement primaire et de frais d’exploitation », a-t-il ajouté. Pour le ministre de l’Intérieur, toutes les collectivités locales sont appelées à valoriser ces occasions en vue de développer des projets locaux « amis de l’environnement », et susceptibles de conférer « davantage d’autonomie » vis-à-vis du réseau national et d’économiser les enveloppes destinées auparavant aux factures d’électricité. M. Bedoui a souligné, à cet égard, que « le défi de la transition énergétique locale est un choix irréversible, tant que la situation financière actuelle des collectivités locales requiert de chercher des solutions alternatives, afin de réduire les dépenses du budget ».  Il a mis l’accent, en outre, sur la formation, la qualifiant de clé de la transition énergétique. Pour rappel, plusieurs conventions de financement avaient été signé entre le ministère de l’Energie et les représentants des Assemblées populaires communales (APC) pour financer une deuxième opération de substitution des lampes ordinaires de l’éclairage public par des lampes économiques « LED » (lampe à diode électroluminescente) au profit de 33 communes, répartis sur 29 wilayas. En vertu de ces conventions, le financement de l’opération de substitution de 10.000 unités d’éclairage public ordinaires par des lampes économiques sera assuré au niveau des collectivités locales à travers une moyenne de 300 appareils d’éclairage public dans chacune de ces 33 communes. Ces conventions prévoient la contribution du Fonds national pour la maitrise de l’énergie (FNME) au financement du programme à hauteur de 50%, l’autre moitié sera prise en charge par les communes. Le montant de ce programme de financement s’élève à 400 millions DA.  Il s’agit pour M. Bedoui de « la deuxième initiative, et non pas la dernière, et sera suivie par d’autres opérations similaires, afin de couvrir un grand nombre de communes par l’éclairage économique. Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur a annoncé le lancement prochain d’une administration virtuelle offrant des services 24/24h et ce, dans le cadre d’un « ambitieux projet dont toutes les conditions de mise en œuvre ont été réunies ». Il s’agit d’un projet très ambitieux pour lequel toutes les conditions ont été réunies, a commencer par la mise en place du numéro d’identité nationale figurant sur la carte d’identité nationale biométrique, a indiqué le ministre, précisant, à ce titre, que 11.400.000 cartes d’identité biométriques avaient été délivrées, en raison de l’importance de cette pièce pour la concrétisation de la E-Administration à l’horizon 2020, et ce de par les nombreuses applications qu’elle offre, dont le plus important sera le livret de famille électronique. Le ministère de l’Intérieur avait initié des réformes structurelles ayant pour objectif d’asseoir de « nouveaux modes de gestion, caractérisés par la célérité, l’efficacité et la transparence, à travers l’introduction de moyens modernes dans le Service public et la prise d’autres mesures pour l’assouplissement des procédures administratives et l’amélioration des conditions d’accueil des citoyens ».  A cette occasion, M. Bedoui a affirmé que « le mouvement important des cadres supérieurs » au niveau de l’administration régionale, opéré récemment par le président de la République « a consacré » le principe d’implication des jeunes cadres et leur « encouragement » à occuper les postes d’encadrement, en sus de la « promotion du rôle de la femme », à travers l’accès aux postes de responsabilité, rappelant que « les promotions ont concerné 11 chefs de daïra (femmes) qui viennent s’ajouter aux 38 actuelles », un taux « jamais égalé depuis l’indépendance ».

Lors de ses différentes visites de travail, le ministre de l’Intérieur est revenu, encore une fois, sur l’importance accordée par le programme du président de la République aux attentes et à préoccupations citoyennes dans tous les domaines. M. Bedoui a tenu à préciser que l’implantation de projets d’envergure au niveau des régions frontalières fait partie de la stratégie de développement national, assurant que le programme du président de la République vise à asseoir une nouvelle vision dans la gestion des collectivités locales, basée sur la satisfaction des préoccupations et des attentes des citoyens. Le ministre de l’Intérieur a exhorté, par ailleurs, les jeunes et les acteurs de la société civile à défendre les acquis du pays et œuvrer à la poursuite du développement avant de valoriser la grande importance qu’accorde le chef de l’Etat au développement des différentes régions du pays. En ordonnant une prise en charge meilleure et rapide des problèmes des citoyens, Noureddine Bedoui, aura prouvé, une fois de plus, tout l’intérêt accordé par le gouvernement aux préoccupations et aux attentes des populations où qu’elles soient sur le territoire national. Tous les efforts consentis par le gouvernement vont dans le sens de la satisfaction des aspirations du citoyen, a affirmé le ministre, mettant l’accent sur les priorités de l’heure. Apres avoir salué les efforts de l’ANP dans la préservation de la sécurité et de la stabilité et la protection des frontières, M. Bedoui a indiqué que l’Etat « ne permettra à quiconque de porter atteinte à la sécurité du citoyen, à la stabilité du pays et aux acquis du peuple algérien », soulignant que l’amélioration du service public est au centre de « toutes les réformes profondes initiée par le Président Abdelaziz Bouteflika depuis 1999 ». Cette démarche, a-t-il ajouté, s’est traduite par les projets et les réalisations accomplis et s’est cristallisée dans les réformes politiques et dans le dernier amendement de la Constitution qui a placé le citoyen au cœur des politiques publiques tout en l’associant dans la gestion des affaires publiques. Le ministre de l’Intérieur n’a pas manqué récemment d’affirmer que l’Etat avait assuré tous les moyens nécessaires pour préserver les acquis liés à la sécurité et à la stabilité, lesquels constituent, a-t-il dit, « une ligne rouge à ne pas franchir ». « L’Etat a assuré, sous la direction du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, tous les moyens nécessaires pour préserver les acquis de sécurité et de stabilité », avait indiqué M. Bedoui, tout en appelant les menaces terroristes et criminelles qui pèsent sur les frontières nationales.  Il avait réaffirmé que les acquis de sécurité et de stabilité ont été réalisés grâce à la Charte pour la paix et la réconciliation nationale et constituent « une ligne rouge à ne pas franchir ». Les différents corps de sécurité, dira-t-il, sont capables de préserver la sécurité et la stabilité et protéger les citoyens et leurs biens, a précisé M. Bedoui, ajoutant que la préservation de la sécurité est la responsabilité de tous et il sera procédé prochainement à la dotation de plusieurs communes de nouvelles structures de sécurité. Pour lui, le peuple algérien est à même de surmonter toutes les crises et difficultés et ne permettra à quiconque de porter atteinte à l’intégrité territoriale du pays ni à sa stabilité. Le ministre de l’Intérieur avait indiqué que le gouvernement comptait mettre en place une nouvelle stratégie de développement des régions frontalières, en vue d’insuffler une nouvelle dynamique aux régions du sud du pays. Il avait précisé que cette stratégie concernera tous les domaines de développement local et que tous les moyens matériels et humains seront mobilisés à cet effet. Le premier responsable du secteur avait, par ailleurs, indiqué que l’Etat « ne restera pas les bras croisés » devant les défaillances enregistrées, arguant que la commission gouvernementale en charge du dossier veille à prendre les mesures nécessaires pour protéger les frontières du pays. Il avait alors rappelé l’existence de réseaux criminels qui exploitent les femmes et les enfants des migrants clandestins pour tenter de déstabiliser le pays et porter atteinte à sa sécurité.  Le ministre avait, en outre, salué la contribution de la population de la région, ainsi que les efforts consentis par les services de sécurité à leur tête l’Armée nationale populaire (ANP) pour la protection des frontières et la sauvegarde de la sécurité et de la stabilité du pays. Déplorant l’esprit défaitiste de ceux qui s’adonnent aux critiques de ce  qu’entreprennent les autorités locales, même si l’impact positif demeure  palpable, le ministre avait appelé à favoriser la critique constructive, à  œuvrer au renforcement des moyens de rapprochement avec toutes les bonnes  volontés et à ne ménager aucun effort afin d’intensifier les contacts  avec les différentes catégories de la société à travers tous les moyens  disponibles, notamment les plus populaires.  Quant à ceux qui tentent par tous les moyens de porter atteinte aux pays  à l’intérieur et à l’extérieur et hésitent pas à tendre la main à ses  ennemis pour semer la fitna, M. Bedoui avait invité les élus locaux à rester fidèles à leurs prédécesseurs qui ont fait face à ces derniers avec professionnalisme et un sens élevé de responsabilité,  affirmant que la meilleure réponse sera de servir le pays avec abnégation  et loyauté en impliquant le citoyen dans le cadre de la concertation et le  dialogue.