EN: Belmadi : « Ça n’a pas été facile de trouver une ville en France pour nous accueillir »

0
78
Photo L'Echo d'Algérie@Fateh Guidoum

Comme le veut la tradition, le coach national tient une conférence de presse au début de chaque regroupement de la sélection. C’était le cas, hier au Centre technique national de Sidi Moussa où Djamel Belmadi a rencontré les journalistes pour aborder les sujets d’actualité ayant trait à son équipe et de tout ce qui l’entoure.

Une occasion aussi de tirer au clair certaines choses notamment à propos du nouvel organigramme de l’équipe nationale. Fort de son statut de champion d’Afrique, Belmadi a pris visiblement le pouvoir dans le sens où c’est désormais  lui qui décide de tout. Il ne se contente pas du technique, comme le montrent les derniers changements au niveau des postes de manager et celui de responsable de la communication. Le sélectionneur a voulu s’entourer de personnes qu’il juge être plus compétentes. « Le terme de manager n’a pas le même sens chez moi que chez vous. On a fait de la promotion interne en nommant Brahim Belyacine. Il apportera sa compétence dans le management. C’est quelqu’un qui avait besoin de s’exprimer », a-t-il justifié. Un thème abordé parmi tant d’autres encore plus importants qui concerne notamment la vie de la sélection. On a eu droit à un nouvel épisode sur les consultants des chaines de TV privées. Belmadi ne regrette nullement ses propos tenus le mois dernier dans lesquels il les taxe de « criminels de l’audiovisuel ». « Mes propos de la dernière fois ont peut être été extrêmes mais ces personnes là avaient tenues des propos encore plus extrêmes. Je ne suis pas là pour faire des excuses. C’est passé, je me concentre sur mon travail ». Son travail consiste justement à préparer les deux matches amicaux contre le RDC le 10 octobre  à Blida et face à la Colombie le 15 à Lille en France. «On a la possibilité de disputer deux matchs de bon niveau. Pratiquement tous les joueurs auront l’opportunité de jouer. Ce sera l’occasion pour eux de montrer qu’ils peuvent prétendre à une place de titulaire ». Par ailleurs et à propos de la rencontre contre la Colombie, Belmadi nous apprend que plusieurs villes en France ont refusé d’abriter ce match. « Ça n’a pas été facile de trouver une ville en France pour nous accueillir, certains villes ont carrément refusé. Lille a accepté, nous sommes heureux d’y aller », confie-t-il. « Évoluer en France, c’est bien pour notre communauté mais c’est bien aussi pour notre sélection de jouer à l’extérieur, ajoute-t-il. Il n’omet pas aussi d’envoyer un message aux supporters qui vont avoir le privilège de suivre cette rencontre au stade. « Qu’ils profitent de ce moment. Ils ont une équipe les rend fiers. Elle va jouer à fond. On espère que de leur côté tout se passe bien, sans le moindre incident, un peu à l’image de ce qui se passe les vendredis au pays », dira-t-il content que le match se jouera à guichets fermés. Preuve de « l’amour des Algériens pour l’équipe ». Sur le plan technique, cette rencontre permettra à l’EN de connaitre son véritable niveau. «On sait où l’on se situe en Afrique, là on va voir quel est notre niveau sur le plan mondial », analyse-t-il.Pour ce stage, le coach des Verts a fait appel pratiquement au même groupe qu’on a pris l’habitude de voir. Il y a néanmoins quelques nouveautés  et un joueur plus particulièrement ne fait pas vraiment l’unanimité autour de lui. Il s’agit d’Ilyes Hassani. Belmadi n’est pas du même avis que ceux qui pensent qu’il n’a pas sa place au sein de la sélection. « Ses débuts ont été difficiles en sélection dans un match joué à l’extérieur, mais pour moi c’est un jeune joueur intéressant, c’est à lui de valider ou pas sa place au sein de l’équipe », précise-t-il. Par ailleurs, il est ravi pour Slimani qui pour lui « marche sur l’eau actuellement ». « Il fait des choses exceptionnelles dans une équipe moribonde. Il est le n°1 au milieu de vedettes. Je ne suis pas étonné, avec sa mentalité, je suis sûr qu’il battra le record de buts en sélection de Tasfaout ».  Le technicien algérien a également cité le cas de Youcef Atal dont le changement de poste  Nice ne lui plait guère. «  Pour Atal ça peut poser problème s’il joue tout le temps ailier avec Nice, mais ce n’est pas le cas. Ce qui est bien c’est que dans ses déclarations il dit que son poste de prédilection c’est latéral droit. Quand il vient en stage, il faut le lui rappeler dès la première séance ». Ces derniers temps, de nombreux médias e sites ont évoqué la possible arrivée en sélection de nouveaux joueurs comme Aouar ou encre Adli. Belmadi est on ne peut plus clair à ce sujet. «Evidemment que ce sont des Algériens et qu’on est intéressés par leur profil. Mais Pour le moment,  ils sont en équipe de France. Allez leur poser la question, s’ils veulent rejoindre l’équipe d’Algérie. Soit ils vous disent oui on vient, soit ils vous disent on est en stand-by. Leur réponse est connue, alors Il faut arrêter d’en parler pour le moment», rétorque-t-il.  Belmadi veut apparemment des joueurs entièrement engagés avec l’EN. Ce qui n’est pas le cas actuellement. En revanche, pour les éléments écartés pour une raison ou une autre, leur retour en sélection est tout à fait possible dès le moment où ils seront suffisamment aptes et performants pour jouer en équipe nationale. L’on pense à des joueurs comme Ghoulam, Soudani, ou même Belkebla. « Je ne fais de croix sur personne. Ghoulam comment ne pourrait-t-on pas le suivre ? Je communique avec lui, mais le retour n’est pas bon ». Est-ce à dire que le latéral de Naples ne veut pas retourner en sélection ? Même si le coach n’a pas voulu s’étaler sur son cas, d’après son ton on comprend que Ghoulam préfère se consacrer à son club. Autre sujet largement évoqué par Djamel Belmadi, celui du manque criard des stades aux normes pouvant accueillir les Verts. Il n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour critiquer la gestion de nos infrastructures. « On a un vrai souci de stade. Ça fait un an que je me déplace à Tchaker, à chaque fois on me dit la même chose. J’ai été hier et c’est vraiment du bricolage. J’ai eu honte lors du match des A’ face au Maroc, l’hymne qui ne démarre pas, l’éclairage qui saute… Pour le moment on ne sait pas quel sera notre stade. Je suis devenu un spécialiste en jardinage, hier on m’a fait un cours sur comment scalper la pelouse», plaisante-t-il. Il se demande quelle aurait été la réponse des Colombiens si on leur avait demandé de jouer à Tchaker ! Enfin revenant sur sa nomination parmi les  Meilleurs coachs du monde, Belmadi en est fier, surtout que Ronaldo et Deschamps ont voté pour lui. «Etre quatrième ou dixième c’est super, ça veut dire qu’on travaille bien », rappelle-t-il, tout en rappelant qu’il est  un entraîneur ambitieux.

Ali Nezlioui