EN: Belmadi : «La Zambie ? Une équipe qui nous a fait très mal en 2017»

0
128

Comme de coutume, à chaque début de stage des Verts, le sélectionneur national anime une conférence de presse. C’était le cas, hier, au centre technique national de Sidi Moussa, à la veille du 1er match comptant pour les éliminatoires de la CAN 2021 face à la Zambie.

Djamel Belmadi s’est entretenu durant une heure et demie environ, avec les journalistes abordant de nombreux sujets ayant trait à l’actualité de son équipe et celle de ses joueurs. Une rencontre qui s’est déroulée dans la bonne humeur ou du moins dans une ambiance décontractée où même l’humour a fait irruption. Ce qui tranche avec le sérieux et la méfiance des fois précédentes. Il fallait d’abord expliquer ses choix pour ce stage et l’arrivée de trois néophytes au sein du groupe qui, selon lui, ne tombent pas du ciel. Les Zorgane, Helaimia et même Spano-Rahou ont été suivis et observé depuis un certain temps par le staff technique. Particulièrement, le premier nommé sur lequel le coach ne tarit pas d’éloges. «Malgré son jeune âge, Zorgane possède une maturité et analyse bien les différentes situations de jeu. C’est intelligent de sa part. Il a en outre fait toutes ses classes dans les différentes sélections. C’est un joueur à suivre», dira-t-il à son propos. Pour Helaimia, c’est un peu la même chose, puisque le profil de l’ex-joueur du MCO plaît beaucoup au coach, notamment sa faculté à bien défendre. Il sait également faire sortir proprement le ballon «en étant très à l’aise avec le ballon».

D’après lui, il mérite sa chance dans un poste qui manque un peu de prétendants. Tout comme Span-Rahou qui profite un peu de la retraite de Halliche. Mais pour Belmadi, être dans le groupe n’est pas une fin en soi, ces joueurs doivent confirmer pour mériter d’être rappelés en sélection. C’est le cas de Belkebla qui revient chez les Verts en toute humilité, après sa mauvaise blague qui lui avait coûté sa place durant la CAN. Cela dit, le sélectionneur assure qu’il ne lui a pas fait de cadeau. «Belkebla a payé pour ce qu’il a fait et c’est une leçon pour tout le monde. Il revient avec beaucoup d’humilité. Je l’ai repris parce qu’il est performant», précise-t-il. Quant à la non-convocation de Brahimi, elle est liée à des raisons familiales. C’est du moins la version du coach. Il est remplacé par le revenant Soudani qui semble avoir retrouvé à l’Olympiacos la forme qui était la sienne avant sa grave blessure. L’occasion ensuite d’évoquer le match de ce jeudi contre la Zambie à Blida et l’importance de bien entamer les éliminatoires de la CAN. «À domicile, on se doit de prendre les trois points. Ces qualifications, on les prendra match après match», dira-t-il, tout en reconnaissant la difficulté de la tâche qui les attend face à un adversaire très coriace. «La Zambie n’est pas seulement redoutable sur le papier, mais aussi par rapport à ses résultats enregistrés durant toute l’année 2017. C’est une équipe qui nous a fait mal lors des qualifications au Mondial 2018, puisqu’elle nous a battus en aller et retour», avertit-il. Par contre, pour lui il n’y a de risque que son groupe sous-estime les Zambiens. Cela dit, il a axé son travail sur les points forts de son équipe plus que sur «le niveau de l’adversaire». Par ailleurs, Belmadi ne pouvait pas ne pas évoquer le sujet qui passionne tous les fans algériens en ce moment. Celui du statut délicat de Mahrez dans son club actuel, Man City. Le sélectionneur, même s’il ne veut pas critiquer Guardiola, le fait quand même en déclarant que «sur un match comme celui face à Liverpool, je pense que Riyad aurait dû avoir la possibilité de rentrer pour changer le cours du jeu». Cela dit, le fait qu’il ne soit pas un titulaire à part entière dans son équipe ne le dérange pas, d’autant qu’il joue régulièrement à City. Il est sûr que l’on va voir un bon Mahrez contre la Zambie. Et c’est le plus important pour lui. Concernant un autre volet tout aussi passionnant, celui des jeunes franco-algériens qui ont encore la possibilité de rejoindre les Verts. L’on pense, notamment à Houssem Aouar, de Lyon et Rayan Aït Nouri, d’Angers. A ce propos le coach n’a pas changé de discours, même s’il fait au passage une confidence en révélant que ces deux joueurs ont été officiellement contactés. Il y a eu un intérêt réel pour ces jeunes et ça ne date pas d’hier. On a fait le nécessaire pour les contacter. Mais pour le moment il n’y a pas de réponse de leur part. Maintenant, c’est à eux de faire les démarches nécessaires pour changer de nationalité sportive. A eux de se manifester». Belmadi a néanmoins tenu à rappeler «qu’à part Mekhloufi et Zitouni, personne d’autre n’a refusé l’équipe de France, mais ça peut changer».

Enfin, le coach national déplore l’absence de gardiens de qualité dans le championnat local. Il avoue que M’Bolhi n’a pas de concurrent pour le moment et c’est un peu regrettable pour la sélection.

Ali Nezlioui