En dépit des promesses de Djellab: Le Ramadhan 2018 aussi cher que les précédents

0
89
Photo conception L'Echo d'Algérie@

La flambée des prix durant la première semaine du mois de Ramadhan est un phé- nomène récurrent, en Algérie. Toutefois, cette année, 18 jours se sont écoulés et la tendance haussière est toujours d’actualité.

Pire encore, la hausse des prix a touché d’autres produits qui étaient, jusque là, épargnés, alors que d’autres ont encore grimpé, comme l’oignon rouge. Ce légume cédé à 100 DA, les premiers jours du mois de Carême, est proposé à 150 DA, au marché populaire d’Aïn Bénian dans la wilaya d’Alger. La pomme de terre a aussi gagné quelques dinars, pour atteindre les 65 DA contre 50, au début du mois de Ramadhan. En effet, la mercuriale a commencé à s’affoler, dangereusement à quelques jours du Ramadhan, avec des prix qui ont quasiment doublé. Mais au 19e jour du mois de Ramadhan rien n’a changé.

Est-ce une flambée conjoncturelle de quelques jours ou alors s’agit-il d’une véritable saignée programmée des budgets des ménages ? Ni la disponibilité des produits et encore moins les «assurances» des responsables ne semblent freiner les agissements incompressibles de certains commerçants et intermédiaires qui se frottent les mains, à la moindre occasion, sans trop se soucier du pouvoir d’achat des citoyens qui peinent à joindre les deux bouts. La spéculation et la hausse touchent tous les produits. Au rayon boucherie, la volaille prend des ailes. Le poulet entier est vendu entre 360 et 380 DA/kg, et entre 400 et 420DA/kg, au détail ; une nette hausse après des prix variant entre 320 et 360 DA, il y a quelques jours.

La fièvre a touché, aussi, la dinde, le kg d’escalope est cédé entre 980 et 1.000 DA et les autres parties entre 400 et 500 DA le kg, contre 800 DA pour l’escalope et 400 DA, le kg pour les autres parties, il y a quelques jours. Pour ce qui est des légumes et des fruits, la courgette, prisée au mois de Ramadan, est proposée à 100 DA, la carotte à 80 DA, alors que la laitue est cédée entre 140 et 150 DA, le kg. Le prix de la tomate de saison varie entre 100 et 120 DA/kg, selon la qualité et le calibre. Les haricots verts sont cédés à 200 DA/kg. Selon certains détaillants, la multiplication des intermédiaires est à l’origine de l’envolée des prix des viandes blanches.

D’autres l’expliquent par l’éternelle équation de l’offre et la demande. Pour les professionnels du secteur «il faut qu’il y ait une stratégie claire pour arriver à, vraiment, réguler le marché. Celle-ci ne peut être efficace que si on prend en compte les besoins réels de notre marché local pour qu’on puisse, par voie de conséquence, organiser tous les maillons de la production, afin d’éviter tout dérèglement ou, écart démesuré en matière des tarifs)», assure un professionnel. Cette hausse est due, selon un boucher, à l’absence d’un plan de production agricole stable. Chacun se livre alors à la spéculation et les prix ne peuvent qu’augmenter. La hausse est aussi justifiée, en grande partie, par l’interruption volontaire du travail de certains éleveurs avicoles qui dénoncent la concurrence inégale qu’ils subissent de la part des éleveurs non déclarés. Pour les fruits, la pêche et l’abricot sont à cédés à 350 et 200 DA, le kg respectivement, la fraise à 350 DA, la nectarine à 400 DA, la pastèque à 50 DA/kg, les bananes entre 280 et 320 DA/kg, alors que la datte est cédée entre 450 et 600 DA/kg, selon la qualité proposée. Des prix qui dissuadent les consommateurs les plus téméraires.