En dépit d’une conjoncture économique difficile, La politique sociale de l’Etat sera maintenue

0
914
A travers les visites de travail et d’inspection qu’il effectue dans les différentes wilayas du pays, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, aura démontré tout l’intérêt que le gouvernement porte à l’amélioration des conditions de vie des citoyens et à la préservation du caractère social de l’Etat.
Le gouvernement qui demeure conscient de la situation économique délicate que traverse le pays, semble plus que jamais déterminé à ne ménager aucun effort pour répondre aux attentes des citoyens en privilégiant la cohésion sociale, la solidarité nationale et le développement socio-économique.
Le président de la République qui avait exhorté le gouvernement à expliquer davantage à la population la gravité de la conjoncture financière que traverse notre pays comme tous les autres Etats producteurs d’hydrocarbures, avait souligné que « c’est grâce à une parfaite compréhension de la situation que notre peuple adhérera aux efforts nécessaires pour préserver l’indépendance de décision économique du pays, laquelle est indispensable à la poursuite d’une politique conforme à nos valeurs de justice sociale réelle et de solidarité nationale effective ».
Il avait également invité le gouvernement à persévérer dans la rationalisation des dépenses publiques et dans la lutte contre le gaspillage et contre toute forme d’atteinte aux richesses nationales.
Un tel engagement, explique le chef de l’Etat, est une « option stratégique » de l’Etat, mais son maintien exige un retour en production de biens et de services pour réduire les importations et procurer de nouvelles recettes d’exportations et en création d’emploi.
Le chef de l’Etat avait insisté également sur l’impérative nécessité de gagner la bataille de la productivité et de la compétitivité, d’autant qu’il s’agira par là, dira-t-il, de consacrer l’indépendance et la souveraineté économiques du pays.
Pour ce faire, il y a nécessité d’associer les efforts des pouvoirs publics et de la société civile en vue de promouvoir le développement de tous les secteurs économiques. 
A ce propos, des mesures spécifiques ont été prévues pour encadrer et réguler le marché national, garantir l’approvisionnement continu en produits et marchandises et protéger les consommateurs et leur pouvoir d’achat.
Dans la même optique, l’Etat a renforcé l’investissement dans les secteurs créateurs d’emplois comme l’agriculture, l’industrie et le tourisme, tout en favorisant le développement de la petite et moyenne entreprise, au même titre que le dispositif d’aide à l’insertion professionnelle qui a été rénové, assoupli et fondé sur une approche résolument économique en faveur des jeunes diplômés en vue de lancer leurs propres projets à travers des mécanismes incitatifs.
Cela dit, les programmes de développement sont très ambitieux, alors que des mesures spécifiques devraient s’ajouter aux grands objectifs déjà fixés en vue d’élargir la base économique et de multiplier les chances d’emploi et de logement pour les populations locales, notamment les jeunes, ainsi que l’amélioration de leurs conditions de vie.
C’est la raison pour laquelle, l’exécutif a opté pour une nouvelle approche de une communication rénovée en direction des citoyens pour expliquer, avec constance la démarche engagée, lever les incompréhensions et barrer la voie à la rumeur et à la polémique et ce, conformément aux instructions données en ce sens par le président de la République.
La démarche du gouvernement vise particulièrement l’amélioration et la préservation du pouvoir d’achat des Algériens ainsi que la poursuite de l’effort en matière d’action sociale et des programmes dans les domaines de l’emploi, du logement, de la santé, de l’éducation.
Le Premier ministre avait affirmé, à cet égard, que le choix d’une économie nationale hors hydrocarbures était irréversible, soulignant que l’objectif est de produire localement de façon à satisfaire les besoins des Algériens.
Le chef de l’exécutif avait souligné, dans le même cadre, que la situation engendrée par la chute des prix des hydrocarbures a  incité le gouvernement à revoir son modèle économique, à travers notamment la diversification de l’économie nationale, citant, à titre d’exemple, le rôle de l’entreprise dans le développement et la création de la richesse.
Cependant, l’atteinte de cet objectif est tributaire de la promotion et du développement de la production nationale, une aspiration qui se concrétisera véritablement par la promotion d’exportations en plus des hydrocarbures et le renforcement de l’indépendance économique du pays.
Aujourd’hui, il s’agit pour le gouvernement de relever de nombreux défis, dont celui d’asseoir durablement le socle d’un nouveau modèle économique et social visant à construire une Algérie forte et stable, résolument tournée vers l’avenir et la modernité.