EN: La CAN ou la Coupe arabe ?

0
77

Comme il fallait s’y attendre, l’Algérie est parmi les 22 équipes invitées à participer à la Coupe panarabe devant se déroulerau Qatar en décembre 2021. «Cette compétition, qui se tiendra au Qatar, verra la participation des plus grandes équipes issues du monde arabe (Asie et Afrique).

Les rencontres se dérouleront dans des stades de haut standing à une année du déroulement de la Coupe du monde 2022 dans ce même pays», a souligné hier Gianni Infantino, le président de la Fifa, sur le site officiel de la haute instance de football. Ce sera donc l’occasion pour la bande de Djamel de fouler les pelouses des stades qataris qui abriteront quelques mois plus tard les matches de la Coupe du monde. Une bonne répétition pour Mahrez et ses coéquipiers, à condition toutefois de se qualifier à la grande messe du football. Ce qui n’est pas acquis d’avance, même si l’équipe nationale est citée parmi les favoris en puissance sur le Continent. Reste à le concrétiser sur le terrain. Il reste néanmoins que sa programmation en fin de l’année 2021 pose un sérieux problème de calendrier. La Coupe arabe dans sa version grandiose, comme souhaitent la présenter les organisateurs, coïncide à quelques semaines près avec la tenue de la CAN au Cameroun prévue, quant à elle, au mois de janvier 2022. Soient trois compétitions dans l’espace de moins d’une année, si l’on inclut le Mondial du Qatar au mois de novembre 2022. Il va faire inexorablement des choix pour ne pas arriver à la Coupe du monde sur les rotules. On sait par ailleurs que Belmadi compte bien défendre le titre de champion d’Afrique que les Verts ont remporté haut la main en Egypte. C’est ce qu’il a en tout cas confié dans sa dernière sortie médiatique. «Notre objectif pour la CAN 2022 est très clair : défendre crânement notre titre. Le report de cette phase finale sera une occasion pour nous de voir à l’œuvre plusieurs joueurs capables de renforcer la sélection», a-t-il précisé dans un entretien accordé au site officiel de la FAF. Il n’a guère l’intention de négliger cette compétition. Ce n’est pas dans son caractère de compétiteur, même si son principal objectif reste la qualification au Mondial. «Je n’ai pas connu la Coupe du monde en tant que joueur, j’ai envie de la connaître en tant que sélectionneur dans un pays que je connais très bien, dans lequel je vis. Tout est réuni pour pouvoir progresser, aller loin. Cela passera par l’implication et l’investissement à 100% des joueurs. On s’est remis au boulot après la CAN 2019», a-t-il ajouté. Il faut dire que par le passé, beaucoup de sélections africaines, qualifiées au Mondial, ont consciemment ou inconsciemment délaissé la CAN, préférant se concentrer sur le plus grand rendez-vous footballistique de la planète. Mais cette fois, ce qui perturbera inévitablement le programme pour le rendre pesant, c’est sans doute la Coupe arabe. Comment le coach national va-t-il la gérer, sachant qu’elle se déroulera chez ses amis les Qataris. Compte-t-il la disputer avec l’ensemble de son effectif et se contentera-t-il d’envoyer une équipe bis ? Autant de questions auxquelles il doit répondre très rapidement, surtout qu’il y a des priorités à respecter.

Ali Nezlioui