EN:  Le Sénégal et après… 

0
110

 

 Tout le monde se focalise sur le match de demain jeudi contre le Sénégal considéré à juste titre d’ailleurs comme la finale, décisive pour l’obtention de la première place du Groupe C.

Mais il ne faut pas non plus lui donner l’importance qu’elle n’a pas. Il s’agit seulement d’une rencontre du premier tour, alors que le chemin est encore très long  pour ceux qui aspirent aller loin dans ce tournoi. L’essentiel est de savoir gérer la compétition match après match avec méthodologie, modération, patience et maturité sans perdre de vue la progression du groupe en essayant d’aller crescendo. Il ne sert à rien de partir sur les chapeaux de roue pour s’essouffler en cours de route. Ce n’est pas parce que l’on va battre le Sénégal qu’on va gagner la Coupe d’Afrique des nations. Le contraire est tout à fait valable puisque une défait ce jeudi contre les Lions de la Teranga ne signifie nullement l’élimination ou une remise en cause des objectifs assignés au départ. L’expérience nous a appris à tout relativiser dans ce genre de tournoi qui dure dans le temps et où il faut avoir le souffle long pour espérer triompher. Combien d’équipes par le passé ont commencé la compétition doucement pour finir en apothéose. Alors que d’autres ont fait grosse impression au départ pour faire pschitt par la suite. Parfois, les voies du football sont…impénétrables. C’est pour cela qu’il est plus sage d’avancer prudemment et surtout éviter de s’enflammer. L’essentiel est de savoir faire avancer ses pions tout en essayant de cacher au maximum ses atouts. Le football à ce niveau est également une guerre psychologique qu’il faudra savoir remporter. C’est pour cette raison que Djamel Belmadi tente d’évacuer la pression sur ses poulains. Une bonne tactique jusque-là en se considérant moins fort que les autres prétendants au sacre dont fait partie justement le Sénégal. Les Lions de la Teranga doivent en effet assumer leur rôle, comme l’a confié récemment leur stratège Sadio Mané au site wiwsport.com : « Pour ce qui est du match contre l’Algérie, on va bien le préparer. On sait que ce ne sera pas facile, mais tout est possible avec le Sénégal. On va tout faire pour gagner ce match et battre l’Algérie. J’ai regardé la première mi-temps du match Algérie-Kenya. L’Algérie, c’est une bonne équipe qui joue bien au ballon. Ce sera un bon match », avant d’ajouter : « C’est à nous de réussir quelque chose de grandiose. Bien sûr que l’on fait partie des favoris, on ne va pas se le cacher. Mais ce statut ne suffit pas pour aller au bout. […] Gagner pour son pays, qui n’a encore jamais remporté une CAN, ça doit être magnifique. Je suis même prêt à échanger une Ligue des champions contre une CAN. Le retour à Dakar serait extraordinaire. Ce serait mon rêve le plus fou ». C’est dire combien est forte la pression qui pèse sur les épaules des joueurs sénégalais. Une pression que si elle n’est pas canalisée, peut vous jouer un vilain tour. Ce dont doivent profiter les Verts pour sortir de cette empoignade avec le moins de mal possible. C’est tout à fait dans les cordes de Bounedjah et ses coéquipiers. L’essentiel lors de cette première phase est de ne pas laisser trop de forces dans la bataille.

Ali Nezlioui