En marge de sa visite à Arzew  Ouyahia : « le secteur connait de grands changements,  réviser la loi sur les  hydrocarbures est donc impératif »

0
869
Photo conception L'Echo d'Algerie@

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, en visite  hier au pôle pétrochimique d’Arzew (Est d’Oran), a estimé nécessaire de réviser la loi sur les hydrocarbures car, a-t-il dit, le secteur connait de grands changements dans le monde obligeant l’Algérie à se mettre au diapason.

M. Ouyahia, qui s’exprimait à l’issue d’une communication qui lui a été présentée au niveau de la raffinerie RA1Z sur le bilan des activités de Sonatrach, a estimé qu’il était temps pour que l’Algérie révise sa loi sur les hydrocarbures afin d’encourager la venue de nouveaux investisseurs et d’améliorer les recettes du pays. Une relecture de cette loi est nécessaire en fonction des défis actuels dans le domaine de l’énergie, a-t-il souligné. Le Premier ministre a également insisté sur la nécessité d’investir dans le domaine du gaz de schiste. « Nous estimons que Sonatrach dispose de capacités nécessaires pour expliquer aux Algériens qu’il ne s’agit pas là d’une démarche aventurière mais d’une option visant à garantir l’avenir en matière énergétique », a expliqué le Premier ministre. Il a considéré que les potentialités de Sonatrach permettent d’être optimistes quant aux perspectives d’avenir pour le secteur des énergies. « C’est un message d’espoir au peuple algérien, notamment en cette période difficile marquée par une fluctuation des cours du pétrole sur les marchés  internationaux », a-t-il indiqué. Il est temps pour que Sonatrach exploite toutes ses énergies au service de l’entreprise et du pays, a-t-il recommandé aux responsables du groupe pétrolier national. M. Ouyahia est accompagné, dans sa visite à Oran, d’une délégation composée de Mustapha Guitouni, ministre de l’Energie, Noureddine Bedoui, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales et d’Abdelghani Zaalane, ministre des Travaux publics et des Transports.

Ouyahia insiste sur la nécessité d’augmenter la production des carburants

« Les importations des carburants nous reviennent très chères et la dépréciation de la valeur du dinar rend la situation encore difficile. Il est donc nécessaire d’intensifier les efforts pour augmenter la production des carburants », a souligné le Premier ministre. Dans ce contexte, le PDG du Groupe Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a annoncé que la raffinerie d’Alger sera opérationnelle début 2018 et que des appels d’offres seront lancés prochainement pour la réalisation des raffineries de Hassi Messaoud et de Tiaret. « Tous ces projets permettront d’augmenter la production des carburants afin de répondre aux besoins nationaux », a-t-il assuré. Auparavant, le Premier ministre avait suivi une présentation de cette importante installation industrielle, implantée au pôle pétrochimique d’Arzew. La raffinerie a été réalisée en 1970 et 1972, avant de bénéficier d’un projet de réhabilitation de ses installations à la fin de l’année 2008. Son entrée en exploitation date de février 2012. Les travaux de réhabilitation de cette raffinerie ont porté sur la modernisation de ses outils de production, notamment l’instrumentation, le réseau électrique ainsi l’augmentation de sa capacité de production. Dans ce cadre, la capacité de traitement du pétrole brut est passée de 2,5 millions tonnes à 3,75 millions de tonnes par an. L’opération a permis, entre autres, l’installation d’une série d’équipements modernes, comme une nouvelle torche et des unités nouvelles, permettant la fabrication d’essence sans plomb. La raffinerie RA1Z produit annuellement 130.000 tonnes de GPL, 500.000 tonnes d’essences, 450.000 tonnes de naphta, 291.000 tonnes de kérosène, 1,5 million de gazole, 700.000 tonnes de fioul, 160.000 tonnes de lubrifiants et 140.000 tonnes de bitumes.Le parc de stockage au niveau de cette raffinerie est composé de 212 bacs, dont les capacités varient entre 8.000 et 60.000 m3 et six sphères pour le stockage des GPL (propane et butane), tandis que l’acheminement des produits se fait par camions, pipes et navires, a-t-on expliqué.

26 nouveaux gisements pétroliers et gaziers découverts depuis janvier

Au total 26 nouveaux gisements de pétrole et de gaz ont été découverts en 2017 dans le Nord et le Sud du pays, a-t-on annoncé lors d’une communication sur les activités de Sonatrach, présentée au Premier ministre Ahmed Ouyahia, en visite hier  au pôle pétrochimique d’Arzew (Est d’Oran). « Ces découvertes ont été faites par les équipes de Sonatrach durant la période allant de janvier à fin septembre 2017. Ces nouveaux gisements représentent des réserves estimées à 130 millions tonnes équivalent pétrole (TEP) », a précisé le Directeur de la planification du Groupe pétrolier national, A. Mazighi Sonatrach prévoit plus de 30 nouvelles découvertes avant fin 2017 alors que, durant toute l’année dernière, 30 découvertes ont été réalisées, a rappelé le même responsable.Pour répondre à ses besoins nationaux et à l’exportation, l’Algérie a besoin d’une production annuelle de 190 millions TEP, a-t-il ajouté.

Les importations des carburants nous reviennent très chères et la dépréciation de la valeur du dinar rend la situation encore difficile

Auparavant, en visitant la raffinerie RA1Z d’Arzew, le Premier ministre avait insisté sur la nécessité d’intensifier les efforts pour augmenter la production des carburants.  « Les importations des carburants nous reviennent très chers et la dépréciation de la valeur du dinar rend la situation encore difficile. Il est donc nécessaire d’intensifier les efforts pour augmenter la production des carburants », a-t-il souligné. Dans ce contexte, le PDG du Groupe Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour a annoncé que la raffinerie d’Alger sera opérationnelle au début de l’année 2018 et que des appels d’offres seront lancés prochainement pour la réalisation des raffineries de Hassi Messaoud et de Tiaret. M. Ouyahia est accompagné d’une délégation composée de Mustapha Guitouni, ministre de l’Energie, Noureddine Bedoui, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales et Abdelghani Zaalane, ministre des Travaux publics et des Transports.

Inauguration deux nouveaux méthaniers

Le Premier ministre a, également, présidé une cérémonie d’inauguration de deux nouveaux méthaniers, acquis par la filiale Hyproc Shipping Compagny relevant du Groupe pétrolier Sonatrach. Ces deux nouveaux méthaniers, Tessala et Ougarta, permettront à la flotte maritime nationale chargée du transport à l’international des hydrocarbures d’être au diapason des perspectives du développement de l’industrie nationale de la pétrochimie. Les deux navires ont été mis déjà en navigation expérimentale le long du littoral national, selon des explications données par les cadres de Sonatrach. Le navire Tessala a été construit en 2016 et dispose d’une capacité de transport de 169.000 m3 de GNL. Il est d’une longueur de 291 mètres et d’un maitre-bau (sa plus grande largeur) de 46 mètres. Son tonnage est de 112.867 tonnes. Quant à Ougarta, construit en 2017, il dispose d’une capacité de transport de 169.000 m3 de GNL. Sa longueur est de 291 mètres et son maitre-bau est de 46 mètres. Son tonnage est de 84.000 tonnes, a-t-on précisé. Les deux méthaniers ont été fabriqués dans les chantiers navals sud-coréens par le constructeur Hyundai.

Sonatrach prévoit une recette de plus de 31 milliards de dollars en fin 2017

Sonatrach prévoit une recette de plus de 31  milliards de dollars en fin 2017, a-t-on annoncé lors d’une présentation  faite par un des cadres de ce groupe pétrolier au Premier ministre, Ahmed  Ouyahia, dimanche à Arzew. En septembre dernier, un excédent de plus de 4 milliards de dollars par  rapport à la même période de l’année 2016 a été réalisé, a-t-on souligné. Sonatrach a réalisé en 2016 une recette de 27,910 milliards de dollars,  a-t-on rappelé, signalant une production de 106 millions de tonnes  équivalent pétrole.  Il s’agit de produits de pétrole brut, de condensat, de gaz naturel  liquéfié et de produits raffinés.