En prévision de la rentrée universitaire: Tebboune exige des réformes profondes

0
131

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a insisté sur l’impératif de procéder à de «profondes» réformes du système universitaire concernant les volets relatifs au transport et à l’hébergement, en sus de l’ouverture de la formation post-graduation à tous les intéressés, relevant la nécessité de s’orienter vers l’indépendance des universités et leur ouverture sur le monde.

L’examen du dossier universitaire a été au cœur de la réunion périodique du Conseil des ministres, tenue dimanche dernier, lors de laquelle le président de la République a instruit le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de procéder à des réformes «structurelles profondes» du secteur, et ce, «dans les plus brefs délais et dans la concertation la plus large possible sans perdre de vue l’indispensable réflexion globale sur celle du système des œuvres universitaires». Ces réformes souhaitées passent à travers la rationalisation des dépenses et l’amélioration des prestations fournies aux étudiants, allant de l’hébergement au transport. Le président de la République a insisté à ce sujet sur le besoin de procéder à la révision du dispositif de transport universitaire et d’envisager de nouvelles solutions qui évitent les situations de monopole et favorisent la concurrence. Par ailleurs et concernant le volet pédagogique, le Président Tebboune est revenu sur la nécessité d’ouvrir la formation en master et en doctorat à tous les étudiants qui le souhaitent, sans sélection, notamment en recourant à l’enseignement à distance qui peut être une formule appropriée, à condition qu’elle soit soutenue par les moyens technologiques et satellitaires nationaux. Il a rappelé, à ce propos, l’importance de connecter l’université à l’économie réelle avec la possibilité de prestation effective en faveur de ses différents segments. Tout en instant sur le besoin d’ériger la ville de Sidi Abdellah en pôle exclusif de technologie, le chef de l’Etat a relevé l’importance du développement du système des grandes écoles à travers le pays. S’agissant du milieu des universités, l’accent devra être mis sur «le besoin de leur autonomisation et de leur ouverture sur le monde qui leur permettraient de développer des échanges d’enseignants et d’étudiants, dans le cadre d’opérations de jumelage avec leurs homologues étrangères et de coopérations mutuellement bénéfiques». Le dossier de l’enseignement supérieur figurait parmi les principaux points inscrits à l’ordre du jour de cette réunion, tenue par visioconférence, et consacrée notamment à l’examen des modalités d’achèvement de l’année universitaire (2019-2020) et aux préparatifs de la rentrée universitaire (2020-2021). A cet effet, le Conseil des ministres a pris note d’une présentation du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique se rapportant aux préparatifs de la prochaine rentrée universitaire (2020-2021), dans laquelle il a été également question des modalités d’achèvement de l’année universitaire (2019-2020). Le Président de la République a tenu à clarifier le besoin de séparer les mesures d’achèvement de l’année universitaire 2019-2020 de celles qui concernent la rentrée universitaire 2020-2021.Il a, à ce sujet, instruit le Premier ministre à l’effet d’inscrire cette question à l’ordre du jour du prochain Conseil du Gouvernement pour faire adopter le programme retenu par le prochain Conseil des Ministres. Dans cet examen, devrait être pris en compte le besoin d’étaler dans le temps le retour aux cours en tenant compte des impératifs liés aux conditions sanitaires et leur évolution sur le terrain. D’autre part, le chef de l’Etat a ordonné la mise en place d’une équipe multidisciplinaire pour la lutte contre la surfacturation afin de l’écarter définitivement du paysage national. M. Tebboune a ordonné «la mise en place d’une équipe multidisciplinaire pour la lutte contre la surfacturation pour l’écarter définitivement du paysage national, à travers notamment le renforcement de la coopération avec des instances internationales comme l’Union européenne  (UE), y compris en adhérant à des instruments juridiques internationaux qui peuvent rendre plus effective une telle lutte», a précisé la même source. Cette instruction a été donnée par M. Tebboune après avoir entendu une présentation du ministre du Commerce relative à la feuille de route concernant la relance des activités du secteur du commerce, souligne le document. Ainsi, et après avoir relevé la pertinence de la démarche présentée qui va dans le sens de la moralisation de l’activité commerciale et de la lutte contre la fraude, le président de la République a également instruit le ministre du Commerce en vue de renforcer les capacités d’intervention du ministère du Commerce, notamment en ressources humaines qualifiées pour pouvoir concrétiser le programme arrêté. M. Tebboune a aussi exhorté le ministre de procéder à l’assainissement des inscriptions au registre de commerce pour mettre fin à son utilisation frauduleuse et aux fausses attestations, en veillant notamment aux conditions d’âge et en renforçant la numérisation et la coopération avec les services de la douane et des impôts, ainsi qu’avec les services de sécurité. Engager, après concertation avec les services du ministère de la Défense nationale (MDN), la reprise du commerce transfrontalier dans les zones du sud du pays tout en renforçant les mesures de sécurité et de contrôle, a été également ordonnée par M. Tebboune. Le Président a demandé aussi, en concertation avec les autorités des deux pays, d’examiner la possibilité de procéder à des investissements directs de Naftal dans les régions voisines du Mali et du Niger pour réduire le trafic et la contrebande de carburants et de gaz butane. Il a instruit également de revoir le dispositif de remboursement des frais de transport vers et depuis le Sud du pays, et mettre à jour la liste des produits qui sont désormais disponibles tout en luttant contre les fausses factures. Se préparer à la mise en œuvre de la Zone africaine continentale de libre échange, notamment en affinant la question des règles d’origine, en tirant, en cette matière, des enseignements de notre expérience avec la Zone arabe de libre échange, a également été recommandée par le président de la République. M.Tebboune a également ordonné de procéder à une évaluation de la présence des commerçants étrangers installés et contrôler l’exercice réel de leurs activités, notamment les réfugiés parmi eux. Enfin, le président de la République a donné instruction au ministre du Commerce à l’effet de procéder à une évaluation des accords commerciaux multilatéraux, régionaux et bilatéraux, notamment le dossier sur l’accord d’association avec l’UE qui doit faire l’objet d’une attention particulière faisant valoir nos intérêts pour des relations équilibrées.

  1. Benslimane