En réponse aux violations des droits élémentaires des algériens – Le FLN décide  le  transfert du combat au cœur du territoire ennemi

0
91

La question du transfert des opérations militaires sur le territoire français en 1958 est une riposte aux violations  des droits élémentaires des algériens notamment depuis la grève nationale des huit jours. Ces opérations visaient essentiellement des objectifs à caractère économique au moment ou  l’intensification de l’action militaire en Algérie était  à son comble.

L’organisation des premières opérations de fidaï  par le Front de libération national (FLN) sur le territoire de l’occupant  français lors de la Guerre de libération nationale a été dimanche le thème  d’une conférence à Alger. « Ces opérations, engagées par le FLN le 25 août 1958, ont montré la  puissance de la Révolution algérienne qui est parvenue à transférer le  combat au coeur du territoire ennemi », a affirmé le président de la  Fédération de France du FLN, Ali Haroun lors de cette rencontre organisée à  l’initiative de l’association Mechaal Echahid en coordination avec la  commune d’Alger centre.  Il a précisé que « l’objectif était d’ouvrir un autre front afin  d’affaiblir la puissance coloniale de la France et de l’amener  à  comprendre que l’Algérie n’était pas un territoire français ».  Qualifiant ces opérations d »‘épopée nationale » reflétant la lutte de la  communauté algérienne établie en France », M. Ali Haroun a rappelé les  principales phases de création de la Fédération de France du FLN et les  personnalités ayant contribué à sa création. Soulignant les missions assignées à cette Fédération, il a cité notamment  son rôle dans la diffusion de l’idéologie du FLN et sa vulgarisation au  sein de la communauté des Algériens en exil.  Pour sa part, le moudjahid Lakhdar Bourakaa a apporté son témoignage sur  le rôle de Fédération de France du FLN en matière d’accélération du recouvrement de la souveraineté nationale, soutenant que l’objectif de la  création de cette Fédération était de desserrer l’étau sur les moudjahidine  à l’intérieur du pays et d’organiser la communauté nationale à l’étranger. Le moudjahid Mohamed Bousmaha a estimé, pour sa part, que l’organisation  des opérations de fidaï en France constituait une « étape cruciale dans  l’histoire de la guerre de libération » eu égard à l’écho médiatique de ces  opérations et leur rôle dans la vulgarisation de la cause nationale ». La Fédération de France du FLN a lancé ses opérations de fidaï en France  le 25 août 1958 en exécutant cette nuit la 80 opérations à l’explosif ayant  ciblé les centres de police, des unités de stockage et de distribution de  carburant et autres structures sensibles. Malheureusement, la réaction des autorités françaises ne s’est pas fait attendre,  dès le 27 août 1958, le gouvernement, dirigé par Michel Debré, passe à l’offensive. Il décide dans la foulée un couvre-feu à l’encontre des algériens. « En une semaine, 14.000 contrôles sont effectués et provoquent 306 arrestations », Enfin, malgré ce lourd tribut, l’objectif assigné à l’action de la fédération de France du FLN est atteint dans la mesure où les troupes ne sont pas envoyées en renfort en Algérie, afin de desserrer l’étau sur les maquis algériens.

Ahsene  Saaid